//Entrevue avec l’artiste peintre Marina Gavanski Zissis

Entrevue avec l’artiste peintre Marina Gavanski Zissis

Roger Huet

Marina Gavanski Zissis est une artiste peintre montréalaise de grande sensibilité.

Elle a une production passionnée qui touche à plusieurs domaines : le portrait, le nu et l’aquarelle. Je lui ai demandé de nous parler de ses sublimes nus.

L’artiste dans son atelier

RH. – Comment définissez-vous votre art Marina?

MARINA GAVANSKI ZISSIS. –  Mon art est «réaliste-expressif». Mon travail se divise en plusieurs catégories selon les thèmes et les matériaux utilisés. La plupart des travaux en studio sont figuratifs, réalisés à l’huile. Quand je dis figuratif, beaucoup sont des nus avec des modèles vivants. Dans ces circonstances, les émotions et les sens occupent une part importante. Il y a quelques années, une amie et moi avons créé le terme de «Sensu-expressionnisme» pour désigner mes peintures figuratives. Mes aquarelles sont réalisées principalement dans la nature et tout comme l’aquarelle elles sont plus douces et plus calmes. J’appelle mes aquarelles des « poèmes » et mes huiles des «drames».

Je suis aussi portraitiste et je peins parfois des portraits sur commande. Au fil du temps, j’ai également peint de nombreux portraits de famille, d’amis et de personnalités.  

RH. –  Chacun de vos nus, exprime une sensibilité et une intensité non seulement de votre part en tant que peintre, mais aussi de la part de vos modèles.

MARINA GAVANSKI ZISSIS. – Oui, c’est quelque chose d’intéressant que j’ai découvert en peignant mes premiers nus lorsque j’étais étudiante, ce que les professeurs ne nous ont pas expliqué. Le modèle devant l’artiste fait également partie de la création. On nous apprend à voir les lignes, la position, la lumière et la couleur, mais pas la personne. C’est quelque chose qui m’a fasciné depuis le début, la collaboration entre l’artiste et le modèle.

Chaque personne a sa propre énergie et cela se manifeste surtout dans un cadre serein pendant la pose du modèle et la peinture de l’artiste. Il y a des histoires partagées. Les peintures sont des conversations visuelles.

RH. – Quelles sont les qualités essentielles pour un artiste?

MARINA GAVANSKI ZISSIS. – Je crois que les qualités essentielles sont le talent, la véracité et l’appréciation de ce que c’est d’être humain et d’essayer de protéger ces qualités. L’amour de l’humanité joue un grand rôle dans l’art. L’artiste doit toujours poser les questions existentielles, surtout lorsque survient une nouvelle ère.

Une grande question maintenant c’est ce que signifie d’être humain à l’ère numérique. Trop d’artistes  sont obsédés aujourd’hui par leur propre image et leur succès commercial, oubliant l’image essentielle.

Si l’on revient aux origines de l’art, les artistes ne signaient pas leurs œuvres. Les images avaient souvent un but magique, comme « invoquer » une chasse réussie, raconter des événements historiques ou des événements quotidiens, ou même essayer d’aider des gens dans l’au-delà. Je crois que nous devrions conserver la narration et la magie en essayant de préserver l’humain.

J’insiste sur ce point car nous sommes en train d’explorer scientifiquement l’essence de l’être humain. D’énormes quantités d’argent et de connaissances sont utilisées pour exploiter l’essence humaine en essayant de numériser sa conscience.

Dans un sens, je sens que je peins les derniers humains purs alors même que nous évoluons. C’est comme regarder un mouvement inévitable dans l’avenir et d’essayer de préserver le moment présent.

RH. – Vous n’employez jamais l’aquarelle dans vos nus, pourquoi?

MARINA GAVANSKI ZISSIS. –  Je dessine parfois des nus à l’aquarelle et au crayon. Les couleurs que j’utilise à ces occasions ne contiennent généralement que très peu de tons de terre, tels que l’ocre et la sépia, car j’aime que le papier interagisse sur les points forts.

Je vois plus les aquarelles comme reflétant la beauté extérieure, tandis qu’avec les huiles j’explore l’expression intérieure.

RH. – À part des rares exceptions, vos nus sont plus sensuels qu’érotiques, et parfois presque mystiques, et même teintés  de souffrance,  comme ce tableau de femme qui une apparence presque « androgyne ».

MARINA GAVANSKI ZISSIS. –  Le féminin est en soi sensuel, sensible et mystérieux. C’est aussi fluide et se combine avec le masculin. Les frontières entre les deux ne sont pas des contours nets et peindre le corps humain signifie véritablement pouvoir représenter tous les espaces intermédiaires.

J’appelle cette peinture « Évolution« . À l’arrière-plan, les éléments de la terre, de l’air et de l’eau se mélangent comme le font le corps et l’esprit. L’esprit n’est pas un homme ou une femme, jeune ou vieux, il « est », c’est tout. Il existe indépendamment de toutes les catégories.

RH. – Par contre, lorsque vous vous abandonnez, vos nus expriment le bonheur, comme sur ce tableau que vous avez nommé Alestra.

MARINA GAVANSKI ZISSIS. – J’ai toujours voulu exprimer toutes les différentes émotions que nous possédons. La couleur a toujours été liée aux émotions. Je dirais que mes couleurs représentent le spectre émotionnel. La plupart du temps, ils sont tous présents et un ou deux peuvent être prédominants dans un tableau. C’est peut-être parce que le modèle et moi partageons les mêmes émotions pendant la création de la peinture.

RH. – Vos nus de maternité sont particulièrement heureux.

Mère Terre

MARINA GAVANSKI ZISSIS. – En effet, les modèles se trouvent généralement dans un moment joyeux, même si elles portent le fardeau physique de la grossesse. Elles se sentent puissantes et pleines d’espoir et cette énergie positive de la vie est transférée à travers moi.

RH. –  Comment a évolué votre art du nu de vos débuts jusqu’à aujourd’hui?

MARINA GAVANSKI ZISSIS. – C’est une bonne question … j’y ai déjà pensé. Mon choix de sujets est influencé par mon environnement et j’essaie toujours de les interpréter avec mon instinct, mes émotions et ma logique. Un critique d’art m’a dit un jour que nous peignions mieux avec l’âge et un autre m’a dit le contraire. Je pense que nous peignons en fonction de nos capacités et de notre expérience personnelles, ainsi que des endroits où nous nous trouvons à une certaine heure. Les événements et les gens autour de moi surviennent. Pour certains, je suis capable de les transposer sur ma toile, d’autres expériences sont absorbées pour une autre fois. L’expérience de la vie apporte une énorme richesse qui doit être partagée.

RH. – Sur ce nu mystique, la création du monde se fait autour d’une déesse nue. Voulez-vous nous l’expliquer?

MARINA GAVANSKI ZISSIS. – Cette peinture a commencé comme une représentation abstraite d’une « nova, nébuleuse, et comme telle elle a attendu quelques années pour que la figure de la femme apparaisse. La modèle était une vraie danseuse de feu. C’est pourquoi je l’appelle Une danse de feu cosmique. Le tableau dépeint la femme comme un centre de l’univers, en cours de création, créant et contrôlant son destin. Si vous regardez le tableau de loin, il ressemble à l’iris d’un œil. C’est un pouvoir qui émane de l’intérieur et qui affecte et se confond avec tout ce qui nous entoure.

RH. – Selon qu’ils soient masculins ou féminins vos nus semblent affecter différemment votre sensibilité de peintre.

MARINA GAVANSKI ZISSIS. – Tout comme le féminin et le masculin ont leurs similitudes, les confins de chacun peuvent être très différents. Tout a une incidence sur mon art, que ce soit un événement mondial ou un événement personnel. Les histoires du monde et des gens qui m’entourent m’impressionnent et m’inspirent profondément. Ils sont tous tissés dans mes peintures par les lignes visibles, les couleurs, et par le temps, l’émotion et la pensée invisible mais tangible. Chaque moment passé a laissé une trace sur la toile.

RH. – En général, vos nus masculins traduisent moins de souffrance et plus de puissance. Ils atteignent parfois comme certains de vos nus féminins, une dimension cosmique et spirituelle.

Faire le saut, le Saint, Feu musical

MARINA GAVANSKI ZISSIS. – Certains modèles posent pour moi lorsqu’ils sont à la croisée des chemins dans leur vie, quand ils doivent traverser des difficultés ou effectuer des changements ou des décisions importantes. Ce triptyque décrit certaines de ces émotions et situations. Chaque peinture peut être autonome, mais en réalité, elle a été peinte dans une séquence d’événements. J’ai eu un concept pour commencer. Cela a été inspiré par des jeunes hommes sautant d’une très haute falaise et par le courage nécessaire pour se préparer à ce saut. Le premier tableau représente ce moment de préparation et de décision, le reste évoluant, a pris une dimension spirituelle, en particulier dans le deuxième tableau. C’est aussi une collection interactive, dans le sens où j’ai demandé aux modèles de choisir les couleurs de l’arrière-plan. C’est intéressant de noter qu’ils ont plutôt choisi des couleurs que nous considérons féminines.

RH. – Plusieurs de vos portraits comportent des mots discrets ou des poèmes en langage cyrillique. Composez-vous de poèmes pendant que vous peignez?

MARINA GAVANSKI ZISSIS. – J’écris souvent de la poésie pendant que je peins et les poèmes se rapportent généralement au travail effectué. Chez-moi, certains états d’âme, certaines expériences et circonstances appellent à la poésie.

RH. – Lorsque vos peintures ne sont pas mystiques elles expriment une grande sensualité. La texture semble alors presque vivante, comme celle de cette Odalisque :  

MARINA GAVANSKI ZISSIS. – Cette peinture s’appelle « Sheherezade« . Les odalisques ont toujours exercé une certaine fascination sur les peintres, principalement les hommes. Je les peins d’un point de vue féminin, consciente de leur intellect et de leur sensualité. J’emprunte l’idée classique et peins des Odalisques d’aujourd’hui.  Je suis parfois amenée à décrire simplement la beauté du corps de la femme, en me concentrant sur le réel et en laissant le non-dit silencieux. Il arrive assez souvent que le tableau parle au spectateur par lui-même.

RH. – Dans votre puissance créative, certains de vos nus sont semi-cachés sous des tâches d’ombre et de lumière. Est-ce que vous voulez les cacher au regard des hommes, ou c’est votre sensibilité qui vous pousse à une sorte de pudeur?

MARINA GAVANSKI ZISSIS. – Notre culture, m’a inculqué la modestie, surtout en tant que femme. Une partie de cela s’est évidemment transférée dans mon art, en particulier dans la peinture de nus. Mais dans ma famille, les représentations de la nudité dans l’art ont toujours été considérées comme normales.

Il est vrai qu’à certaines époques, la plupart des cultures deviennent pointilleuses vis-à-vis des nus. Moi je souhaite que mes peintures restent à l’écart des représentations banales de femmes en tant qu’objets sexuels. Je veux montrer l’essence de la femme et une partie d’elle demeure secrète.

RH. –  Un tableau puissant c’est celui de la jeune mariée, nue, dans sa robe de mariage. Comment doit-on l’interpréter?

La mariée

MARINA GAVANSKI ZISSIS. – Ce tableau a été peint pour une exposition à Ottawa, organisée par l’ambassade de Bosnie-Herzégovine. La mariée se dirige vers la lumière. Devant elle est peinte une fleur de lys symbolisant son nouveau pays, ainsi que l’espoir. Elle ne peut cependant pas se débarrasser de son manteau de Bosnie, alors elle le porte à la nouvelle terre et à son « mariage » symbolique. Ce manteau fait partie d’elle-même et ne peut pas le perdre complètement parce qu’il est son identité et sa culture. Il lui donne la force de prendre son envol, et en même temps elle en est également prisonnière.

La robe de la mariée possède en elle beauté, profondeur et magie; elle la porte à la fois avec fierté et douleur, volontairement et à contrecœur.

Les lettres et les écrits de cette peinture sont en cyrillique et en alphabet latin, symbolisant la fusion des cultures en Bosnie et au Canada. Ils sont aussi des rappels de son identité et de son histoire.

RH. – Vos études de nus masculins et féminins semblent souvent se dégager du cadre, comme sur ce tableau :

Apparence simultanée

MARINA GAVANSKI ZISSIS. – Dans cette peinture, je suis absorbée par le mâle cru et vulnérable dans sa souffrance alors qu’il tend la main à quelqu’un qui n’est pas là. Lorsque je peignais cette œuvre, j’ai lu que la science étudiait la possibilité de transporter un être vivant d’un endroit à un autre pendant un instant; j’appelle donc cette peinture « Apparence simultanée« . Il est présent et représenté de manière réaliste avec tous ses muscles et os, et en même temps, il est également ailleurs.

RH. – Dans le cadre restreint de cette entrevue, nous n’avons pu montrer qu’une toute petite partie de votre production. Comment les collectionneurs d’art peuvent vous contacter?

MARINA GAVANSKI ZISSIS. – La meilleure façon serait de m’envoyer un courriel à artistmarina@live.com  ou d’appeler à mon studio 514-288-4375, pour prendre rendez-vous.

J’ai aussi un site web www.marinastudio.com

RH. –  Merci de m’avoir accordé cette entrevue Marina Gavanski Zissis et de nous dévoiler votre art fascinant.

MARINA GAVANSKI ZISSIS. – Ce fut un plaisir de partager avec vous quelques réflexions sur mon processus créatif!

Note : Tous les portraits illustrant cette entrevue sont sous copyright.

Roger Huet

Chroniqueur

http://lametropole.com/category/arts/arts-visuels/

Le GustaveLas Olas

Ce Québécois d’origine sud-américaine, apporte au monde du vin, sa grande curiosité, et son esprit de fête. Ancien avocat, diplômé en sciences politiques et en sociologie, amoureux d’histoire, auteur de nombreux ouvrages, diplomate, éditeur. Dans ses chroniques Roger Huet parle du vin comme un ami, comme un poète, et vous fait vivre l’esprit de fête.

Partagez par courriel