//Denis Lévesque sensible, émotif et ouvert à l’invisible

Denis Lévesque sensible, émotif et ouvert à l’invisible

Michel Bureau
BUREAU RENCONTRE

Vous savez probablement que l’animateur télé, Denis Lévesque, a eu des problèmes d’alcool, qu’il était musicien à ses heures, que son entrevue avec René Lévesque l’a marqué tout comme celle avec Paul McCartney des Beatles, qu’il pouvait lire trois à quatre bouquins par semaine, ce que vous ne savez peut être pas cependant, c’est qu’il est très sensible à l’invisible.

Après avoir conquis le pays des bleuets et couvert la traversée du Lac St-Jean à plusieurs occasions, Denis Lévesque débarque à Montréal à l’âge de 37 ans. Il fait alors ses débuts à RDI, comme rédacteur adjoint, lecteur de nouvelles de nuit. A 39 ans, il passe au réseau TQS, puis le réseau LCN lui présente en 2005, un défi très attrayant, un retour aux sources pour cet habile interviewer. Une offre qu’il ne peut refuser! Il n’a pas quitté TQS pour une question d’argent. ‘’Les gens disent maintenant me reconnaître dans le rôle d’interviewer.’’

Comme animateur radio à CJMT Roberval, il était reconnu comme un interviewer remarquable. Il n’a que 17 ans, lorsqu’il s’initie à la radio. Pierre Pascau aura été une grande source d’inspiration pour lui. ‘’Ce fut un véritable maître dans l’art de réaliser une entrevue. Lorsqu’une personne ne lui disait pas la vérité, son long silence faisait foi de tout’’. A la télé, Bernard Derome fut son modèle. ‘’Il n’avait pas son égal pour travailler avec un souffleur, car son débit était parfait’’, de me confier Denis Lévesque qui compose très bien avec la célébrité. ‘’C’est très agréable d’être reconnu pour le travail que l’on accomplit. Je ne m’attendais pas à vivre une telle popularité. Je ne fais cependant pas ce métier-là dans le but de devenir populaire’’. Soulignons que Denis Lévesque a carte blanche à son émission dans le choix de ses invités.

LE DÉNI L’EXASPÈRE

Fils de notaire de génération en génération, Denis Lévesque a toujours rêvé de faire carrière dans les communications. ‘’A trois ans, je voulais devenir, comme on disait à l’époque, un annonceur de radio. ‘’S’il y a une chose qui met en rogne le sympathique animateur de LCN, c’est le déni. ‘’Selon moi, les gens qui nient l’évidence, manquent d’honnêteté. Une personne qui reconnaît ses torts mérite le respect’’, relate Denis Lévesque. La force de celui-ci est d’orienter davantage l’entrevue sur le côté humain de l’invité, d’exploiter l’aspect émotif, d’amener la personne à s’ouvrir et à faire des confidences. ‘’Nous sommes tous des êtres humains avec des blessures et des souffrances. Je discute toujours avec mes invités durant les pauses publicitaires’’, raconte Denis Lévesque. La popularité de Denis Lévesque est sans cesse grandissante, ses ‘’cotes’’ d’écoute atteignaient plus de 700 000 auditeurs tout récemment. ‘’Je suis un gars émotif, je ne crains pas d’exprimer mes émotions’’, ce qui explique en grande partie sa popularité. Il se souvient d’avoir  à l’occasion, des trémolos dans la voix lors de certaines entrevues. ‘’J’avais les larmes aux yeux lors de mon entrevue avec Pierre-Hugues Boisvenu’’. Tout comme lui, Denis Lévesques est père de deux filles, dont il a la garde légale. La vie des gens fascine Denis Lévesque.

Denis Lévesque n’est pas un gars superstitieux, mais il a cependant une grande ouverture d’esprit. ‘’Je suis un sceptique intéressé par la vie après la vie, les religions, l’histoire, etc. Bien souvent, les sujets que nous abordons à l’émission ne sont pas les mêmes que sur les autres réseaux. Je suis ouvert à l’invisible’’.Le moins que l’on puisse dire c’est que Denis Lévesque est un gars à l’affût. ‘’Je fais la lecture de mes journaux tous les matins, en plus de lire trois à quatre livres par semaine. Mon père m’a enseigné la lecture dynamique, paragraphe par paragraphe.’’ Il est également très friand de biographies et de romans policiers. La lecture et les voyages sont des moyens d’évasion pour Denis Lévesque, lui permettant de décrocher. ‘’Je suis aussi passionné par les voyages, les différentes cultures. Les couleurs et saveurs des autres pays, la musique, la mythologie, la bouffe, les eaux cristallines des océans m’émerveille au plus haut point. La Grèce est ma destination favorite. J’ai eu l’opportunité d’aller à quatre reprises en Grèce, et je rêve de m’y installer lorsque l’heure de la retraite sonnera. Je vais peut être m’ouvrir une ‘’putinos’’, de dire Denis Lévesque en souriant de bon coeur au bout du fil. Il va chaque année ou presque au Saguenay pour rendre visite à sa famille et ses amis.

LE LÂCHER PRISE

A 43 ans, alors qu’il est victime d’un infarctus, il s’apprête à vivre un virage important dans sa vie. Cet épisode allait changer le cours de son existence. ‘’J’ai depuis perdu une trentaine de livres, j’ai changé mes habitudes alimentaires’’. Ajoutons qu’il est sobre depuis maintenant plus de 30 ans. ‘’Je tirais trop sur mon bord et mettais beaucoup trop de pression sur les autres. Les choses ont commencé à débloquer, le jour ou j’ai décidé de lâcher prise, de relaxer’’. La musique est aussi un moyen de décrocher du quotidien. ‘’La musique a toujours été présente dans ma famille, de génération en génération. ‘’Ma mère chantait tout le temps, et mon père était un grand mélomane. Elton John est mon artiste favori. J’ai eu la chance de le voir en spectacle tout près d’une douzaine de fois. Chaque chanson D’Elton John se veut pour moi une carte postale, me rappelant des moments précis dans ma vie’’.

MOMENTS FORTS

En près de 30 ans de carrière, Denis Lévesque aura vécu son lot d’émotions. ‘’Le tremblement de terre, qui avait secoué le Saguenay en 1988, m’a beaucoup bouleversé. C’était la panique et je ne m’attendais pas à jouer un rôle aussi important dans cette tragédie. Nous avons été en ondes de 13 à 14 heures par jour, pour apaiser et réconforter les gens touchés par cette catastrophe naturelle. Les autorités étaient vraiment dépassées par les événements. ‘’

Au chapitre des grands moments de sa carrière, figure également cette rencontre mémorable avec l’ex-premier ministre René Lévesque. ‘’Alors que je venais de terminer une entrevue avec René Lévesque. Je lui ai lancé une invitation à casser la croûte dans un restaurant de la région. A mon grand étonnement, il a accepté mon invitation. Cette rencontre fut très intimiste à un tel point que j’avais l’impression d’échanger avec un grand-oncle. Ce fut assurément un moment fort dans ma carrière, huit mois avant le décès de monsieur Lévesque. Il m’avait bien fait rire en mentionnant que nous étions probablement des petits cousins’’. Nul doute que l’ex-premier ministre du Québec s’est ouvert comme un grand livre à Denis Lévesque, un confident hors de l’ordinaire.

J’ai retenu une chose dans le métier, il est préférable d’avoir de bons contacts pour gagner la confiance des sujets. A venir dans BUREAU RENCONTRE, des entrevues exclusives avec Ron Fournier, Alain Choquette, Jean-Sébastien Giguère, Michel Bergeron, Paul Buisson, Etienne Boulay, Soeur Angèle, Mario Lirette, Mario Tremblay, Emmanuel Auger, Jean-Paul Chartrand jr, Mario Lemieux, Eric Lucas, Mark Grudzielanek, etc.

Partagez par courriel