//Janette Bertrand a toujours osé

Janette Bertrand a toujours osé

Michel Bureau
À 95 ans, Janette Bertrand est toujours très active, et planche encore sur des projets. Cette grande dame du Québec a eu du succès dans tout ce qu’elle a entrepris en carrière, que ce soit à la télé (Un grand A, Quelle Famille, Adam et Ève, Parler pour parler, Jeunesse d’aujourd’hui, etc.), au cinéma (Catherine dans Aurore l’enfant martyr), à la radio à CKAC, comme écrivaine, Janette Bertrand à la recette du succès. Elle a entrepris sa carrière dans le monde de la presse parlée et écrite en 1945.

Elle a osé en parlant de sexe, des relations de couple, alors que c’était des sujets tabous. Elle récolte aujourd’hui le fruit de ses labeurs. Elle a eu droit à tous les honneurs inimaginables. Femme du siècle au salon de la femme de Montréal en 1990, nommée officier de l’ordre national du Québec en 1992, prix du gouverneur pour les arts du Québec en 2000, officier de l’ordre du Canada en 2002, prix du grand public salon du livre de Montréal en 2005, doctorat Es Honoris causa de L’Université Laval en 2006, pour souligner son engagement social incommensurable. Ajoutons à cela que Denis Coderre, à l’époque qu’il était maire de Montréal, lui avait rendu un hommage à l’hôtel de ville pour l’ensemble de son œuvre. Tout récemment, la société des auteurs a nommé une salle de réception dans ses locaux en son honneur. Toujours pas de rue, théâtre, ou parc en son nom, mais cela viendra assurément.

Une vraie

Janette Bertrand aimerait que les gens se souviennent d’elle comme d’une femme vraie, une battante, qui a toujours défendu les intérêts des Québécoises avec conviction, pour que la femme soit l’égale de l’homme, et qu’elle prenne sa place dans la société. Elle a notamment beaucoup d’admiration pour Pauline Marois. « Je ne voulais pas que mes filles soient victimes d’injustice comme moi », raconte Janette Bertrand qui se dit tout le contraire de sa mère. « J’ai toujours voulu ne pas être comme ma mère qui n’aimait pas les enfants. Je me révolte contre toutes formes d’injustice. Je sais que j’ai choqué certaines personnes, mais j’assume mes propos », affirme Janette Bertrand.

Écrire sa vie

À l’automne, Janette Bertrand lancera son 19e  bouquin, il sera question des hommes après le mouvement Me To, un livre qui sera assurément un autre best seller. Rappelons que son livre « Ma vie en trois actes » paru aux éditions Libre Expression, aura été le livre le plus vendu au Québec, après la biographie de feu René Lévesque.

Elle planche présentement sur Écrire sa vie à l’intention des aînés qui trouvent le temps long pendant cette pandémie. Chaque dimanche, elle offre sur le web une série de capsules sur le site AvantÂge (centreavantage.ca). Elle donne des conseils d’écriture pour les gens qui veulent écrire leurs biographies, pour publication ou non, un bel héritage pour la famille, « de quoi les tenir occupés pour deux ans », de dire en riant de bon cœur Janette Bertrand lors de notre conversation téléphonique. L’idée est venue de Yvonne Bernier, après que Janette Bertrand eut écrit une lettre pour la fête de Pâques pour l’institut de gériatrie de Montréal, puis il y a eu une association avec le groupe Cogir qui regroupe une quarantaine de résidences. Plus de 120 000 personnes écoutent les capsules de Janette Bertrand les dimanches. Janette déplore que les plus jeunes veuillent placer leurs aînés rapidement, même s’ils sont encore en bonne condition physique. « Les aînés ne sont pas des toasters. Chaque personne doit se responsabiliser. La bibitte qui vient de nous frapper de plein fouet nous rappelle que nous n’avons pas le contrôle sur tout. Nous avons un problème de société. À nous, d’apporter les correctifs », de conclure cette grande dame inspirante. 

Réf : Entrevue radio avec Janette Bertrand sur la page Facebook de ainesradio.com

Pour les capsules d’écriture de Janette Bertrand : AvantAge (centreavantage.ca)

 

Carnaval des couleurs 3e édition
Partagez par courriel