Yves P Pelletier, Déboussolé

Jai aimé ma jeunesse. Le Cégep par-dessus tout. En lisant, Yves P Pelletier, je replonge, malgré moi, dans mes souvenirs. Nous appartenons à cette jeunesse presque révolutionnaire. Des inventaires, des réflexions. Lamour insaisissable. Trouver sa Voie par le voyage. Il sidentifie à Peter Gabriel ( le look 1973) mais surtout il avoue quil est puceau.
Voyager et dessiner

Pour échapper à Laval, à son Égo (maladroit), il dessine, il voyage. Il a une piètre (mauvaise ou médiocre pour ne pas répéter piètre) estime de lui-même. J’étais un piètre épouvantail (p.28 ). Avec son Euro Pass, il fait la navette, Paris-Stockholm. Avec son sac à dos, il se retrouve en juillet 1981 à Helsinki puis en Norvège. Les auberges de jeunesse ont un tarif exorbitant. Il faudra coucher à la belle étoile. Cest le coût de la vie qui est incroyable : 50$ pour une dizaine de bouteilles de bière (p.39 ). Ce nest pas facile pour Pelletier, il sfait refuser par L’Écho des savanes et célèbre Charlie Hebdo . Il sera étudiant en Cinéma à lUqam. L’émission Rock et Belles Oreilles représente un moment clé de son évolution.

Dabord cette émission de radio à CIBL alliant humour et musique rock alternative et cette rencontre avec une fille lumineuse Kali (une vie sentimentale complexe). RBO a acquis une certaine notoriété. L’émission est diffusée sur plusieurs radios communautaires. Le groupe avec laffectueux Richard Z Sirois (1) sera en vedette avec Luba et Offenbach. Je men souviens très bien puisque j’étais mandaté pour la couverture de cet événement au Salon de la Jeunesse. Voivod y était aussi. Ici et là, quelques confidences plutôt surprenantes, je souligne celle-ci Kali nest pas là ce soir. RBO, ce nest pas son truc. Elle nous trouve sympas, broche à foin, et artistiquement peu pertinents. Son opinion ne me contrarie pas trop, car je pense la même chose quelle (p.85 ). Pourtant, il accepte d’être avec RBO pour 60$ par semaine.

La mort de son frère

Un exercice de reconstruction sur lexistence. Un artiste qui a son propre parcours. RBO en France (les déboires, limposture). La mort soudaine de son frère âgé de 16 ans par un chauffard saoul (p.99 ). Le fantôme de son frère Francois omniprésent. Cest peut-être le moment le plus douloureux à la lecture de cette autobiographie. Puis soudainement, ce passage après le deuil profond proche de la folie. Il parle dun rêve lumineux qui va tout changer : il se trouve face à face devant son frère au petit déjeuner dans un silence total, il lui demande :  Cest quoi la mort? La mort cest la fin de lindividu. Cest tout. Cest beaucoup. Après son rêve, il se sent libéré (p.109). Cest une métaphore. Un transfert sur la perte de Sens.

1993, nouveau départ

Sa rupture avec Sarah. Une chanson de Pierre Flynn comme une prémonition. Son voyage en France avec sa sœur en 1989. Les spectres qui surgissent. Son personnage dextra-terrestre Stromgol, ses visites chez sa psy. Notre ami Pelletier se remet en question : les lois de lamour, la vie à deuxEt encore, il doute d’être un écrivain. Désormais, il fera comme Tintin, il voyagera (p. 221). Sans le savoir, il fait comme André Breton, cette idée de surréel, de changer de vie. (2). Peut-être ce désir de lart à linfini (je pense à ses films, son one man show, etc). Jai aimé ce livre. Jai découvert le génie caché du créateur en effervescence.


Notes

1. À propos de Richard z Sirois, je vous invite à lire Le vinyle de linsomniaque .(Guy Saint Jean, éditeur 2022) Une véritable encyclopédie du rock des années 70 jusqu’à nos jours. Lauteur rend hommage à limmense popularité de Rock et Belles Oreilles à la Place des Festivals à Montréal en 2014.
2. Yves Bonnefoy, L’écharpe rouge. Folio 2017.Un très beau livre sur les événements, les références à partir dun poème.

Yves P. Pelletier, Déboussolé, VLB éditeur, 2022.

Au cinéma, il a joué dans Ding et Dong, le film (1990), Les Sauf-conduits (1991), Karmina (1996), Deux Secondes (1998), K2 (2001), Camping sauvage (2004), Le cas Roberge (2008) et L’Empire Bo$$é (2012). À la télévision, on a pu le voir dans Un gars, une fille (1997-2003), Histoires de filles (1998-2001), Mon Œil ! (2007) et Partir autrement (2011) (9). Il a aussi écrit et réalisé Bollywood, Bombay, un documentaire produit par Coscient, en 1998.

Le groupe Rock et Belles Oreilles, de 1984 à aujourdhui, a été couronné de nombreux prix Gémeaux, Félix, Olivier et Victor. Le TIFF vient dailleurs de nommer la série RBO au 17e rang dans sa liste des productions ayant enrichi le paysage télévisuel canadien. En 1997, Karmina rafle le Prix du Jury et le Prix du Public au 15e Festival international du film fantastique de Bruxelles. En 2001, Yves P. Pelletier remporte le Prix Gémeaux du meilleur rôle de soutien masculin pour Histoires de filles. En 2005, il gagne le Prix Jutra du meilleur scénario pour Les Aimants. (10)Récemment, il est remonté sur scène avec un spectacle solo intitulé Moi ?  (Wikipédia)

Mains Libres