//Les meilleurs films sur le sport

Les meilleurs films sur le sport

Michel Bureau
Au fil des ans, le sport a été une source d’inspiration pour plusieurs producteurs. Même si vous n’êtes pas un amateur de sports, les films racontent des histoires humaines susceptibles de susciter de l’intérêt même chez un profane. En temps de pandémie, c’est toujours le cas, même si le couvre-feu est à 21h30 maintenant dans plusieurs régions, plusieurs sont devenus des cinéphiles. Et heureusement qu’il y a les chaînes spécialisées comme NetFlix, Walt Disney, qui offrent des contenus autrement plus intéressants que ce que nous avons sur les chaînes populaires comme TVA et Radio-Canada. Voici donc mon top dix des meilleurs films sur le sport que j’ai eu l’occasion de voir au cours des derniers mois.

Un film très émouvant Le meilleur gentleman Babe film réalisé en 1992 par Arthur Hiller avec en vedette John Goodman dans le rôle de Babe Ruth. Le même acteur qui a joué le rôle de Fred Cailloux dans le film. On a découvert Babe Ruth, cette légende du baseball, dans un orphelinat. Il est devenu le tout premier athlète, tous sports confondus, à gagner un salaire dans les six chiffres, nous étions dans les années 30. Babe Ruth avait le cœur sur la main, d’une grande générosité avec son monde, ses coéquipiers, ses partisans. À voir absolument !

Il y a également le film La couleur de la victoire qui raconte l’histoire du coureur olympique Jesse Owens que Hitler a refusé de rencontrer aux Jeux d’été de 1936 à Berlin. Un film réalisé par Stephen Hopkins avec notamment Stephen James dans le rôle de Jesse Owens. Un film réalisé en 2016 qui a engendré des revenus bruts de plus de 25 millions $. Hitler détestait les noirs tout comme les juifs.

Le film racontant l’histoire de Jackie Robinson le 42, réalisé par Brian Helgeland avec Chadwick Boseman dans le rôle de Jackie Robinson, vous fera couler des larmes. C’est incroyable tout ce que Jackie Robinson a pu endurer dans sa vie d’athlète. Si à Montréal, il était accueilli en héros, alors qu’il a porté brièvement l’uniforme des Royaux de Montréal, club-école des Dodgers dans la prestigieuse Major League, il en fut autrement dans les grandes ligues. Il a été injurié, insulté, non seulement par les spectateurs, mais aussi par les joueurs des équipes adverses. Même ses coéquipiers avec les Dodgers ne voulaient pas prendre leur douche en même temps que Jackie Robinson. Comme premier joueur noir dans le baseball majeur, le propriétaire des Dodgers, Branch Rickey, voulait un athlète de couleur qui a du caractère. Jackie Robinson a conduit les Dodgers au sommet de la gloire, aujourd’hui tous les joueurs dans le baseball majeur portent le numéro 42, le jour de son anniversaire, ce qui démontre tout le respect à l’égard de ce grand athlète.

Il y a également le film Rocky, un classique qui raconte l’histoire d’un boxeur qui a aussi trimé dur pour atteindre le sommet avec Sylvester Stallone dans le rôle principal. Un plaisir coupable, le film Slap Shot avec en vedette Paul Newman. Un film de Nancy Dowd inspiré de faits vécus d’une équipe de hockey dans la ligue nord-américaine qui mise sur la violence pour remplir les gradins. C’est cru, vulgaire, le reflet d’une certaine réalité dans le semi-pro et la LNH (match du vendredi entre les Canadiens et les Nordiques dans les années 80), et même la LHJMQ (ligue hockey junior majeur du Québec) à une certaine époque. Mais il y a encore des scènes disgracieuses au hockey comme ce fut le cas lors du dernier match entre Washington et New York alors qu’il a eu six bagarres dès le début du match.

 Le film Le champ de rêve avec en vedette Kevin Costner est un incontournable, j’ai vu le film plusieurs fois, et chaque fois je suis ému. Et pourtant ce film date de plus de trente ans. Le fermier Ray Kinsela, interprété par Kevin Costner, entend une voix de l’au-delà l’invitant à bâtir un terrain de baseball, il ne se doute pas que les fantômes du passé vont venir y jouer des matchs. Ce film m’a touché d’autant plus que j’ai d’excellents souvenirs avec mon regretté père dans les gradins du parc Jarry. J’étais en communion avec mon père, c’est toujours le cas lorsque je regarde un match de baseball à la télévision.

 Le film Les Boys le premier est sorti en 1997. Une ligue de garage au hockey avec des coéquipiers de toutes les sphères de la société. L’univers de chacun diffère, mais le hockey et la bière sont le centre d’attraction. Un film qui met en vedette notamment : Marc Messier, Rémy Girard (dans mon livre… un des plus grands acteurs au Québec), Paul Houde, Michel Charette, etc. Le film Senna, Ayrton Senna, un des plus grands noms dans l’histoire de la Formule Un, triple champion du monde, ce pilote a fasciné les amateurs jusqu’à son décès tragique au Grand Prix D’imola en 1994. Lance et Compte dans les années 80, Réjean Tremblay a créé un univers fascinant avec de nombreux personnages qui ont eu le don de marquer les esprits comme Marc Gagnon, Jacques Mercier, Nounou, etc. Moneyball même ceux qui ne sont pas des amateurs de baseball vont apprécier, Brad Pitt est excellent dans le rôle du directeur général d’une équipe de baseball (Les Athletics D’Oakland) qui parvient à gagner même avec un petit budget comparativement aux autres équipes. Et finalement, comment oublier le film sur Maurice Richard avec Roy Dupuis qui incarne brillamment le rôle du rocket ! Les films exclusivement sur le baseball et ses héros ont engendré des « cotes » d’écoute de plus de 50 millions de personnes au fil des ans.

Carnaval des couleursJGA
Partagez par courriel