//Francis Catalano, l’origine du futur

Francis Catalano, l’origine du futur

Ricardo Langlois
Francis Catalano se donne tous les pouvoirs. Il n’y a aucun impératif. Un essai historique revu et corrigé. Une pensée personnelle et anarchiste liée à la réappropriation possible d’un temps libertaire. Des réflexions historiques « sous une lune dopée à la neige d’azote. » (1)

Catalano est celui qui écoute, regarde et observe l’univers. Le sang du poète coule de partout. Il invente des souvenirs, revisite le passé. « Il parle devant le silence des hommes, son âme au secours du poète épuisé. » (2). Je projette. Je virevolte. Je meurs donc j’existe et j’existerai.

Avant la COVID

Un monde de corps et de foudres, de vents et de chair, de sons. Une rétrospective. Une toile surréaliste au sens étymologique sur le réel, avant l’au-delà du réel. Il dépasse les frontières du temps. Catalano est un poète errant. Il possède une technique d’écriture qui lui appartient. Jonglerie perpétuelle et temporelle.« C’était avant les divulgateurs de mythes, les cartographes de l’âme » (3). Les grandes questions surgissent :« D’où venons-nous ? Où allons-nous ? Être l’homme. De paille d’une étoile, son rayonnement exténué, le prétexte à une cryogénisation. » (4)

L’adolescence Catalano raconte son adolescence (5). Le prix d’un mythe, celui de Dédé Fortin des Colocs. En le lisant, j’ai pensé à la chanson « Belzébuth » : « Y’est pas question que j’passe ma vie Emprisonné dans ma p’tite tête Je suis un félin insoumis » (6)
Il est un adolescent en quête d’identité arborant des t-shirts de groupes de musique. « Fuck the world. Do it yourself, man » (7).
Tout est permis dans l’imaginaire. L’art de l’écriture contemporaine. La diversité et la pluralité autant dans la musique que dans les recoins les plus obscurs de son âme. C’est le choix de l’auteur. La théâtralisation de sa vie, de son monde, son adolescence, son autocastration. C’est une démarche esthétique comme celle de Platon, l’anti-matérialiste.

Avec une patience d’alchimiste

Pour reprendre les mots de Jacques Brault : « Il s’affaire à creuser le vers, formule étrange qui ouvre la pensée poétique à un sans –. » (8) Il passe du temps à écouter de la musique dans un lecteur, avec ses écouteurs. Il désire s’enterrer, disparaître. Il mémorise sa musique. Il pense à un road trip. Dieu ou le monde. Matérialiser le matériel ? La jeunesse, prisonnière des images. L’interrogation à la Spinoza. Nous en sommes là. Plus loin, c’est le passé. Que reste-t-il des fragments de notre histoire, de notre pays ? Jacques Cartier, Wolfe et Montcalm, les champs de bataille, les plaines d’Abraham, les forces terrestres françaises.

Le formatage des rituels

Le formatage des rituels qui existe uniquement dans la raison irraisonnable de l’auteur. La vision du monde qui suppose la transmigration des âmes. Le post-modernisme de Catalano en cette époque barbare. Une nostalgie libertaire. Écrire pour chercher la vérité quelque part. Des amours comme l’écriture où rien n’est jamais terminé. Des mots, des sons, des images. Plus on connaît la lumière des affects, plus on augmentera sa joie disait Spinoza (9). Un voyage aux mises en abîme. Hallucinant.

Notes
1. Francis Catalano, L’origine du futur, p. 31.
2. Robert Lalonde, Iotékha, Boréal Compact 2009 3. Francis Catalano, L’origine du futur, p. 41.
4. Idem. p. 43.
5. Idem, son adolescence p. 79 à 87.
6. Les Colocs, Dehors novembre.
7. Francis Catalano, L’origine du futur, p. 80
8. Jacques Brault, Images à Mallarmé, Noroit 2017. 9. Spinoza, Éthique, (Cité de mémoire.)

Francis Catalano a publié plusieurs recueils de poésie. Il a publié récemment son premier livre de nouvelles Qu’il fasse ce temps . Critique sur lametropole.com. Il est aussi traducteur et rédacteur à la revue de poésie Exit.


Francis Catalano, L’origine du futur, Mains Libres 2021.

Tunisie Golf Thalasso
Partagez par courriel