Hommage à Jacques Brault

Hommage à Jacques Brault  par Ricardo Langlois.
Un jeudi noir. Jai pleuré comme un enfant. Je me suis souvenu de mes conversations avec le poète Jean-Marc Fréchette sur Monsieur Brault. Les deux hommes étaient croyants. Jai toujours été sensible à la poésie de Nelligan, Miron le magnifique et Saint-Denys Garneau. Il en parle avec amour dans son essai Chemin faisant. (1) Un essai symbolique pour moi.
La découverte de la poésie

Il parle d’une blessure inguérissable. Son premier amour d’enfance, Pauline qui doit déménager. Elle lui laisse un cadeau qui va changer sa vie : une vieille grammaire qui explique les règles avec des poèmes. Il tombe sur cette phrase de Verlaine : I

Il pleure dans mon cœur comme il pleut sur la ville. Verlaine l’embarque dans une aventure qui sera sa vie. Il deviendra poète. L’amour et la poésie. Le reste n’a pas d’importance. 

Écrire, pour comprendre la Vie. Lidée de se perdre dans les mots comme moi. Jai eu la musique rock et la guitare. Mais la solitude du poète. Chercher par tous les moyens le miroir des mots. Le monde est fait pour aboutir dans un livre, disait MallarméMais en attendant ? Je nattends pas. J’écris. Je marche avec les autres vers cette existence possible. Aux pires moments, les creux tout en vertige, les pleins dangoisse à craquer(p.19)

Je me vois en train de recopier les chansons dHarmonium, les poèmes les plus tristes de Nelligan. Son amour fou pour sa mère. Être seul parce que tu naimes pas le sport. Écouter de la musique et lire des livres de poésie. Mon père narrêtait pas de dire : tu devrais te faire une blonde ? J’étais en amour avec mon meilleur ami. Il fallait que je sache tout sur nimporte quel musicien ? Tu es dans ma vie à jamais. Il riait quand je lui lisais : Mon âme, ah ! La fatalité dêtre une âme douce et mystiquement tendre (2) On essayait de mettre de la musique sur des poèmes. Jamais je noublierai nos fous rires dans la Lumière.

Jacques Brault

Moments fragiles

Je suis journaliste au journal Pop Rock. Jai réalisé un rêve. Même mon ami Michel nen revient pas. Malgré toute la musique rock et mon nouvel ami, je cherchais le Silence du poème. Jai lu Rimbaud, Lautréamont, Saint-Denys GarneauTrop de mots. Trop dimages. Cest ce livre Moments fragiles (2) qui sera comme une bouteille à la mer. Tu as beau te maquiller les yeux, avoir lair dun rockeur, je cherche autre choseLa paix, la douceur de vivre. Je lis ceci :

Je gravis ma colline

Et je massois solitaire

Sous un ciel vide

À mes pieds sendort

Comme un chien ma tristesse (p.47)

Ou simplement des fragments (comme des petits bouts de poèmes) oubliés :

De bon matin jai ouvert la porte

À mon ombre    elle grelottait d’étrangeté. (p. 76)

Le chemin par où je suis venu

Je lai oublié le chemin lui non plus

Ne sait où aller. (p. 86)

Jouir de la vie. Espérer des jours heureux. Je dois beaucoup à mon ami Denis, grand amoureux de la Bible et de Gilles Vigneault. Cest un peu lui qui ma fait découvrir les écrivains québécois. À lUniversité, je découvrirai Marie Uguay, Paul Eluard, le grand Barthes….Je lavoue, ici, jai failli tomber dans la schizophrénie. Jai été bien entouré à partir du Cégep. Oui, cest vrai, jentends des voix dans ma tête : celles de Miron, Nelligan, Anne Hébert et Jacques Brault (depuis jeudi dernier). Je suis enténébré, dépaysé, la vie file à 200 milles à lheure. Jai tant de poètes encore à découvrir.

Notes

1. Jacques Brault, Chemin faisant. Essai publié pour la première fois en 1975. Chemin faisant rassemble une vingtaine dessais écrits au cours des années 1960.

2. Émile Nelligan, Poésies complètes. Typo 2002.

3. Jacques Brault, Moments fragiles. Éditions du Noroît. 1984.

Jacques Brault est décédé le 19 octobre 2022 à 89 ans à Cowansville.

Poète, romancier et essayiste, Jacques Brault (né à Montréal en 1933) poursuit des études classiques au Collège Sainte-Marie puis à l’Université de Montréal, où il obtient un baccalauréat en philosophie et une maîtrise en arts ; il étudie également en France, à Paris et à Poitiers. De 1960 à 1996, il est professeur à l’Institut des sciences médiévales et au département d’études françaises de l’Université de Montréal…. Depuis 1970, il collabore à de nombreuses émissions littéraires pour Radio-Canada FM et sur les ondes de la Communauté radiophonique de langue française.

Traduite en plusieurs langues, l’œuvre de Jacques Brault a été récompensée par de nombreuses distinctions : le Prix Québec-Paris pour Mémoire en 1968 ; le Prix Duvernay en 1978 ; le Prix Athanase-David en 1986 ; le Prix du Gouverneur général du Canada 1970 pour sa pièce de théâtre Quand nous serons heureux publiée dans Trois Partitions, et pour son roman Agonie en 1985. En 1991, il reçoit le Prix Alain-Grandbois pour Il n’y a plus de chemin. En 1996, il reçoit le prix Gilles-Corbeil pour l’ensemble de son œuvre. En 1999, sa traduction de l’œuvre d’E. D. Blodgett (Transfiguration) lui vaut le Prix du gouverneur général. La Société des écrivains francophones d’Amérique lui décerne en 2007 son Prix de poésie, pour l’Artisan.

Mains LibresLas Olas

Ricardo Langlois

Ricardo Langlois a été animateur, journaliste à la pige et chroniqueur pour Famillerock.com