//André Gagnon, que dire?

André Gagnon, que dire?

Laurent Lavigne
Que dire ? Si André Gagnon n’avait pas été là, plusieurs de nos interprètes n’auraient pas eu la même carrière.

Il était avec Les Bozos, le berceau des  boîtes à chansons et de l’éclosion des chansonniers. Il était avec Monique Leyrac à Sopot quand elle a gagné le grand prix avec Mon pays de Vigneault. Est-ce que Nelligan serait aussi connu si ce n’était des spectacles et chansons avec Leyrac. Puis l’opéra avec Tremblay. Il demeurait sur la rue Laval où Nelligan a demeuré, je crois. Et que dire de son impact sur Claude Léveillé ? « Pour les amants », son plus grand succès international est une musique de Léveillée. Plusieurs artistes l’ont repris dont Roger Williams, Los Babys. Les deux disques instrumentaux avec Léveillée sont des classiques. Ses connivences avec Renée Claude. 

Le premier texte de Plamondon « Dans ma Camaro » par Steve Fiset c’est sur sa musique. Il a donné ses lettres de noblesse à La Bolduc avec son disque Les turlutteries. « Petit concerto pour Jean Carignan » avec lui c’est une autre reconnaissance qu’il a engendrée. On ajoute les bandes-sons (Kamouraska), les thèmes de téléromans (Les dames de coeur), ses musiques discos, et autres.  Une grande perte pour la musique québécoise.  

Las OlasCarnaval des couleurs 3e édition

Passionné de la chanson québécoise, des Beatles, Rolling stones et le rock en général, Laurent Lavigne a coordonné aux Éditions VLB et ailleurs, la conception et la publication d’une dizaine d’ouvrages sur la chanson québécoise dont la biographie de Beau Dommage et l’histoire de la Butte à Mathieu. Il a organisé des spectacles pour des artistes comme Marie-Josée Longchamps et Pierre Calvé. Également auteur-compositeur interprète, il coordonne la conception et la production de CD.

Partagez par courriel