Bran Van 3000, 25e

Bran Van 3000 : Un groupe emblématique de Montréal fête la fin de sa tournée du 25e anniversaire au Club Soda dans le cadre de Pop Montréal.

C’est samedi soir et je me dirige vers l’intersection de Ste-Catherine et St-Laurent. En levant les yeux je vois la marquis du Club Soda faiblement éclairée et vacillante avec Bran Van 3000 écrit dessus, et cela me rappelle une émission policière de fin de soirée des années 70, alors je m’arrête pour prendre une photo.

De l’autre côté de la rue, au Café Cléopatre, les filles bleu nuit fument des clopes une après l’autre tout en serrant leur manteau pour rester au chaud, et un groupe de voitures musclées vintage et leurs conducteurs accueillent volontiers leur attention. Je me rends alors compte de l’ingéniosité de ce scénario. Sans déconner, où serait-il plus approprié pour BV3 de conclure la tournée de son 25e anniversaire qu’un lieu historique sur la Main?

Après tout, James DiSalvio, l’interprète cosmique du groupe, a commencé à mixer dans le club de son père, le DiSalvio’s, situé tout près du Club Soda.  Sans compter que cet infâme coin de rue, imprégné de culture et de vice, ressemble étrangement au Sunset Strip de Los Angeles. Avec juste ce qu’il faut comme atmosphère un peu miteuse, c’est l’alchimie qui fait de Bran Van ce qu’il est. Funky, sexy, un peu dévergondé et sans complexe. Comme tous ceux qui succombent à la jeunesse éternelle.

Aller, c’est le temps de fêter.

À l’intérieur du Club Soda se trouvait un mélange éclectique de personnes de la génération X du Mile-End et de milléniaux arborant des oreilles de lapin et des t-shirts de marque BV3. L’humeur était tout aussi divergente mais on sentait un point commun indiscutable: peu importe l’âge, tout le monde dans la salle avait hâte de trouver son extase de danse.

Et ils ont dansé!

Dès l’apparition de l’ensemble sur scène, la secousse électrique a été envoyée et réciproquement. Chanson après chanson spectaculaire, ils ont éructé leur puissance trippante à leurs fans qui eux, étaient en feu. La grande majorité des plus grands succès qu’ils ont joués ce soir-là étaient tirés de leur premier album à succès  » Glee  » et de l’album suivant  » Discosis « . Des chansons qui ont fait leur chemin sur les pistes de danse de toute l’Amérique et de l’Europe.

Après deux heures de sensations nostalgiques qui ont évolué du hip-hop à l’électronique en passant par des vagues de pop funky avec un soupçon de folk, ils ont mis le feu à la baraque avec un rappel de quatre chansons avant de dire adieu à tous avec grande émotion. Une nuit de folie passée à ressusciter l’ancien temps avec passion, et à laisser leurs fans sur leur faim pour la suite.

DiSalvio, et le collectif d’avant-gardistes étaient dus aux importantes scènes publiques de cette année. Plus tôt en juin, ils ont également joué sur la scène principale TD du Festival international de jazz de Montréal avec quelques membres de leur grande caravane; Stephanie Moraille, Sara Johnston, Steve “Liquid” Hawley, Jayne Hill, Kwanza Shelley, entre autres. Un témoignage de leur quart de siècle de production musicale captivante à l’échelle internationale et de leur célébration dans le cadre des artistes légendaires du Québec.

Après tout, Bran Van n’a pas abandonné les Montréalais à la scène de Los Angeles après avoir touché l’or avec leur premier grand succès « Drinking in L.A.  » en 1997. Ils ont plus tôt ramené la texture du son (et les ressources) de Los Angeles à Montréal. Grace à BV3 ils ont permis aux artistes anglo-québécois de s’épanouir sur la scène internationale depuis. Alors, quand Bran Van 3000 dit  » We love you Montréal », il faut crissement croire ce n’est pas un coup de cœur.

Collaboration spéciale : Rachel SIrois

Crédit photos:  Paul Laflamme, photographe.
Facebook:  https://m.facebook.com/branvan3000/

Le Pluvier