//L’art de l’orgue de l’OCM

L’art de l’orgue de l’OCM

Alain Clavet
L’Orchestre classique de Montréal (OCM) fidélise un public de plus en plus important par une programmation généreuse de styles et d’approches avec une qualité d’exécution constante.   Le charisme de Boris Brott et la compétence dévouée du directeur général Taras Kulish sont indéniablement au cœur de ce succès.

Mentionnons d’abord quelques éléments du programme 2019-2020 de l’OCM.  Le concert sur L’art de l’orgue, le 6 octobre;  Gloria, le 3 novembre,  Le Messie de Handel , le 8 décembre 2019, Après-midi à Vienne, le 16 février, Tout ce Jazz, le 8 mars, Beethoven & Brott, le 24 mai et finalement l’Ode à la joie, le 7 juin 2020.  Ce programme généreux et éclectique saura plaire à un large public. Nous avons eu le bonheur d’assister au concert L’art de l’orgue. D’entrée de jeu, je dois avouer mon coup de cœur pour Alcee Chriss, ce virtuose a soufflé les spectateurs admiratifs en puisant avec une assurance et une sensibilité remarquables des sonorités émouvantes du merveilleux Grand Orgue Pierre-Béique de la Maison symphonique. Le Concerto pour orgue, cordes et timbales de François Poulenc, était inspiré, impressionnant et d’une grange beauté.  L’OCM deviendra un incontournable orchestre pour tous les mélomanes de Montréal.

Ce concert a utilisé l’application mobile interactive ONSTAGE.  Ma première expérience de cette application a été fort agréable et permet une écoute dynamique de l’orchestre.   Quatre caméras présentent le travail, des solistes, du chef d’orchestre et de l’ensemble des musiciens.  Voir de face la direction d’orchestre de Boris Brott permet d’apprécier la grande sensibilité de ce chef renommé et a permis d’observer de près l’impressionnante maîtrise des claviers et pédales de Alcee Chriss.   Cet outil me semble un complément heureux qui accroîtra encore davantage le plaisir des mélomanes et admirateurs de l’OCM.

 

 

Le GustaveLyrique 2020

Dans le contexte d'une carrière au gouvernement du Canada dans les secteurs de la francophonie, des langues officielles et de la culture, j'ai eu l'occasion de donner des conférences à l'UNESCO et l'Internet Society à Washington, à Paris et au Japon. Mes études m'ont aussi permis d'obtenir des maîtrises en administration publique et en histoire canadienne.

Partagez par courriel