Moktar Gania & Gnawa Soul

Il pleuvait des cordes en ce triste lundi soir de juillet.  À la recherche d’un peu de lumière, il était impératif de se rendre au Théâtre Fairmount pour assister à la prestation de Moktar Gania & Gnawa Soul qui présentaient leur premier album « Gwana Soul » lors d’un concert événement de la 36e édition du Festival international Nuits d’Afrique.

D’entrée de jeu, la présentatrice de la soirée a donné l’heure juste en confirmant que nous allions entendre une musique qui guérit. « Vous allez tous vous sentir bien à 22 h 30 », a-t-elle lancé aux spectateurs et spectatrices qui ont accueilli les musiciens avec de vibrants youyous d’usage et de larges mouvements de danse orientale.  La fête des corps et des esprits pouvait commencer !  Maâlem Moktar Gania d’Essaouira est le fier héritier de la culture Gnawa, une ancienne confrérie de musiciens d’origine saharienne dont le style repose sur des chants, des danses et des rythmes issus de la transe spirituelle et qui fait désormais partie du folklore marocain.

En 2019, le Maroc inscrit le Gwana sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.  Initié par ces piliers de la tradition Gnaouie que furent son père Boubker et son frère Mahmoud, il s’est produit dans le monde entier avec la famille Gania, mais aussi avec des musiciens tels que Randy Weston, Bill Laswell, Pharoah Sanders, Carlos Santana, etc. Sa rencontre avec le groupe Gnawa Soul a permis de créer à Essaouira un style novateur à la frontière de l’esprit Gnawa, des grandes mélodies orientales du Maghreb et des vibrations de la culture ouest-africaine.

Leur offrande musicale, ces danses et ces rythmes consolateurs ont agi sur notre petite communauté : nous sommes en effet sortis du théâtre dans l’apaisement et l’allégresse.

Las OlasMains Libres

Dominique Paupardin

Journaliste indépendante, elle s'intéresse au théâtre, à la danse et au cinéma mais signe aussi des grands reportages pour différents médias.. Elle a été critique littéraire pendant une dizaine d'années au journal La Presse et réalise aujourd'hui différentes chroniques reliées à l'actualité et au milieu culturel.