//Garou rencontre Johnny: Philippe Tremblay

Garou rencontre Johnny: Philippe Tremblay

Michel Bureau
J’ai connu Philippe Tremblay par l’intermédiaire de mon recherchiste, Frédéric Simard, à l’émission de télé Charlevoix Parle Moi sur TVCO, l’été dernier.  Dès ce moment, je suis tombé sous le charme, loin de me douter qu’il allait être une des figures dominantes à la populaire émission La Voix.

Car ce n’était pas dans ses intentions, l’été dernier, de poser sa candidature. Finalement, on l’a convaincu d’y aller, qu’à 17 ans, il n’avait rien à perdre, mais tout à gagner. Et quelle performance! Au moment de la pandémie qui frappe le Québec, tout particulièrement, il avait atteint les quarts de finale dans l’équipe de Garou. On lui a confirmé que les tournages allaient reprendre, et qu’il y aura une conclusion avant la fin de l’année. J’ai été charmé par sa maturité, sa prestance sur scène, son amour pour la musique, le grand respect qu’il témoigne à ceux qui ont pavé la voie à des jeunes comme lui. Un jeune qui me donne confiance en l’avenir, au Québec de demain. J’irais même jusqu’à dire qu’il pourrait bien devenir le Sidney Crosby de la musique au Québec. Il a une tête sur les épaules, le jeune homme, un très bon jugement de surcroît.

Comme tout le monde Philippe Tremblay trouve cela difficile, en ce moment, il était sur une envolée. Il occupe son temps en travaillant sur de nouvelles compositions, pense déjà à son entrée au Collège Lionel Groulx, en musique, en septembre prochain. C’est Luc Plamondon qui lui a suggéré d’opter pour cette maison d’enseignement à Sainte-Thérèse dans les basses Laurentides. Quoiqu’il advienne à La Voix, il veut poursuivre dans la même voie. « C’est certain que je rêve de faire carrière dans le show business comme chanteur, sinon, ce sera dans un monde parallèle, le montage, le sonore. Je ne veux pas faire autre chose », de me confier Philippe Tremblay au bout du fil entre deux séances de musique. Philippe affectionne tout particulièrement la guitare comme instrument de musique électrique ou guitare sèche. « Ma relation avec ma guitare, c’est comme une relation avec une blonde », raconte Philippe avec un petit sourire espiègle. Le jeune homme est toujours célibataire, rien ne presse pour le moment. Il met l’accent sur sa carrière ses études. Le succès ne lui a pas monté à la tête, il a toujours le même cercle d’amis dans Charlevoix. « Mes copains m’appellent la star pour me taquiner. Hormis des selfies avec des gens que je croise ici et là, et une demande accrue de jeunes filles qui veulent devenir mes amies Facebook, tout est comme à l’habitude ou presque », souligne Philippe Tremblay.

Johnny Hallyday lui a donné la piqûre

C’est le rockeur français Johnny Hallyday qui lui a donné le goût de faire de la musique, de devenir chanteur. « Plus jeune, j’écoutais les chansons de Johnny Hallyday, je voulais devenir un Johnny Hallyday. C’est lui qui a été mon inspiration. J’imitais Johnny dans mon sous-sol. Il avait du feu dans les yeux, il en imposait beaucoup sur scène, une  belle assurance », selon Philippe qui est le deuxième plus jeune participant à La Voix à 17 ans, la plus jeune étant Catherine Sansregret à 16 ans. Il pourrait devenir le plus jeune lauréat dans l’histoire de cette populaire émission. Le troisième dans la région de Charlevoix à faire un aussi long bout de chemin après Yann Brassard, finaliste en 2018, et Geneviève Jodoin lauréate de La Voix en 2019. Il a beaucoup de plaisir dans l’équipe de Garou. « Certaines personnes reprochent à Garou de ne pas prendre assez de place dans le show, de donner toute la place à ses protégés. C’est vous dire la grandeur d’âme de cet artiste très attachant. C’est du gros fun de travailler avec Garou, c’est un passionné comme moi », confie Philippe. Marc Dupré, un des coachs à La Voix, a dit de Philippe Tremblay qu’il était un deuxième Garou. « C’est très flatteur d’être comparé à Garou ».  Philippe Tremblay est l’aîné d’une famille de deux enfants, sa sœur à 15 ans. « Elle est l’inverse de moi, mais il n’y a pas de jalousie entre moi et ma sœur », rassure le jeune homme de La Malbaie. Il peut compter sur la confiance de ses parents, Daniel Tremblay et Chantal Breton, dans son aventure à La Voix.

La comédie musicale

Philippe Tremblay n’écarte pas la possibilité de jouer un jour dans une comédie musicale. « J’avais passé les auditions pour Notre-Dame de Paris, mais j’étais trop jeune à l’époque pour faire partie de la tournée. Ce serait une expérience extraordinaire. Une corde de plus à mon arc », mentionne le jeune prodige de Charlevoix. Il sait que sa carrière pourrait l’amener à voyager beaucoup. « Je déménage bientôt à Sainte-Thérèse pour les études, et inévitablement la carrière passe par la grande ville Montréal. Mais je n’oublierai pas ma ville, ma région pour autant» conclure Philippe Tremblay qui fait honneur à la jeunesse d’aujourd’hui .

* Vous pourrez entendre une entrevue exclusive de Philippe Tremblay sur la page Facebook de ainesradio.com

Carnaval des couleurs 3e édition
Partagez par courriel