//Frédéric Chopin et Isadora Duncan dans une luminescence perdurable de musique et de danse

Frédéric Chopin et Isadora Duncan dans une luminescence perdurable de musique et de danse

Roger Huet
Le Consul Général de la République de Pologne, Monsieur Dariusz Wisniewski a accueilli le 22 novembre, plusieurs danseuses de l’Institut International Isadora Duncan, dans un spectacle sur musique de Frédéric Chopin, qui a émerveillé le public.

Les danseuses Jeanne Bresciani, Rosemary Cooper, Cynthia Word, Ingrid Zimmer et Kathleen Hiley, accompagnées du pianiste Carlos Cesar Rodriguez, ont évolué sur 13 pièces mémorables de Frédéric Chopin et une de Franz Liszt.

Isadora Duncan était une danseuse californienne, née vers 1877 à San Francisco et décédée en 1927 à Nice en France. Elle a révolutionné le ballet en adoptant des mouvements et des formes expressives libres. Elle a abandonné le tutu pour la tunique inspirée de la Grèce antique faite de voiles et qui permet au corps féminin tout entier, et surtout aux jambes, un jeu scénique qui favorise l’interprétation de la musique dans une gamme de sentiments féminins très large, et de grande intensité.

La musique romantique de Chopin par la troupe de l’Institut International Isadora Duncan touche au sublime et lui donne une autre dimension qui matérialise la joie, l’amour, le désespoir, la tragédie, la folie… et la mort et qui émerveille le public.

C’est avec raison qu’Isadora Duncan disait : «le corps de la danseuse est simplement une lumineuse manifestation de l’âme».

Les voiles permettent d’élever l’érotisme à un tel degré de sensualité qu’il atteint la spiritualité. Les danseuses deviennent des nymphes, des déesses, des furies… c’est de l’art pur, très pur.

Nous ne pouvons que faire  le vœu que l’Institut International Isadora Duncan trouve auprès de nos institutions montréalaises de ballet l’ouverture qui nous permettra de voir et revoir les spectacles de ballet inspirés par Isadora Duncan, à qui on doit tant.

Las Olas

Ce Québécois d’origine sud-américaine, apporte au monde du vin, sa grande curiosité, et son esprit de fête. Ancien avocat, diplômé en sciences politiques et en sociologie, amoureux d’histoire, auteur de nombreux ouvrages, diplomate, éditeur. Dans ses chroniques Roger Huet parle du vin comme un ami, comme un poète, et vous fait vivre l’esprit de fête.

Partagez par courriel