//La danse fin mai à Montréal

La danse fin mai à Montréal

Aline Apostolska
Comme chaque année, la saison se termine avec le Festival International de Théâtre et de Danse de Montréal qui continue de battre son plein du 22 mai au 4 juin 2019.

Une 13ème édition qui fait la part belle à la danse d’ici, d’autant plus, peut-être, que, selon les confidences du directeur artistique Martin Faucher, plusieurs compagnies, en théâtre et en danse, n’ont pas pu venir à cause de visas de séjour non accordés par Immigration Canada, malgré les contrats signés avec le festival. Dommage. Dans un monde de plus en plus cacophonique, n’avons-nous justement de plus en plus besoin d’art pour nous aider à en faire une autre lecture ? Ceci ayant mérité d’être dit, tournons-nous vers cette semaine du 27 mai, et quelques spectacles qui attirent l’attention.

Une nouvelle pièce de Danièle Desnoyers est toujours une bonne nouvelle pour la chorégraphe et ses équipes, mais aussi pour l’ensemble de la création chorégraphique québécoise. Et internationale car les œuvres du Carré des Lombes sont depuis longtemps coproduites et soutenues par d’importants partenaires internationaux. C’est d’ailleurs à nouveau de le cas de cette nouvelle création. Présentée en première mondiale les 30, 31 mai et 1er juin dans le cadre du FTA, Unfold / 7 perspectives est en effet coproduite par le Festival TransAmériques et créée en résidence à Montpellier Danse à l’Agora, cité internationale de la danse (France), à Armunia à Castiglioncello (Italie), au Centre des arts de Banff et à Circuit-Est centre chorégraphique, avec le soutien de la Faculté des arts et du Département de danse de l’Université du Québec à Montréal. Et qui dit coproductions et résidences à l’étranger augure d’une prochaine tournée sur les scènes européennes. Mais l’important aujourd’hui, c’est bien que la pièce soit inaugurée à Montréal, à L’Espace Danse de l’Édifice Wilder ( Salle Rouge ).

Après une période d’incubation et de création répartie sur plus de deux ans, Danièle Desnoyers propose un déploiement, ainsi que l’annonce le titre Unfold. Un déploiement relationnel subtil, minutieusement articulé avec le vocabulaire à la fois précis, contenu, souple et ardent de la chorégraphe, pour sept interprètes, trois danseuses et quatre danseurs.

Lors des Minutes Chorégraphiques, l’évènement bénéfice de la compagnie qui s’est tenu le 23 mai à Circuit-Est Centre Chorégraphique, on a pu apprécier un avant-goût très prometteur de l’œuvre. Au milieu d’une scénographie épurée constituée de praticables, dans un clair-obscur texturisé qui découpe les corps et leur mise en contact, on a pu découvrir notamment les dialogues, les duos, qui constituent l’armature de l’œuvre. Qui dit dialogues dit malentendus, bégaiements, tremblements, fuites, face-à-face et volte-face, paires, impairs, manques et passe, avec toutes les perspectives possibles que permet la présence de deux, quatre ou sept personnes déployées sur la scène. Tout un monde qui tente de s’entendre, individuellement et collectivement, mais y parvient-il… eh bien, cette question renvoie au début de cet article.

Les extraits augurent d’une œuvre magnétique, dense et intense en même temps qu’onirique. Captivante en tout cas, avec cette prégnante forte de la musique qui constitue l’une des signatures fortes de Danièle Desnoyers qui, puisque nous parlons de dialogues, aime depuis toujours à dialoguer avec des artistes d’autres disciplines. Tout cela donne très envie de découvrir l’intégralité d’Unfold / 7 perspectives à l’Édifice Wilder – Espace Danse les 30, 31 mai et 1er juin à 19h.

Prenez le temps de consulter le site de la compagnie pour découvrir les noms de tous les interprètes et artistes collaborateurs, ainsi que l’historique de la compagnie http://www.lecarredeslombes.com/fr/creation/creation-unfold-7-perspectives

Innervision, Martin Messier

Innervision de Martin Messier, Agora de la Danse – FTA

Dans le cadre du FTA également,  l’Agora de la danse présente un Grand Spectacle gratuit pour 60 danseurs présenté à l’extérieur, sur la grande esplanade du Quartier des Festivals.

Dictant les mouvements de la partition chorégraphique au creux de leurs oreilles grâce à un système sans fil, l’artiste multidisciplinaire pilote une machine humaine qui s’abandonne magnifiquement. En spasmes ou en vagues, le spectacle se présente comme une masse qui pulse comme un seul corps, s’ouvre et se replie, fonce ou se terre. Primitif et futuriste, voici un spectacle de danse contemporaine à ciel ouvert comme on en voit trop rarement.

Prenez connaissance de tous les détails sur le site de l’Agora de la danse https://agoradanse.com/evenement/innervision/

Un ballet à grand déploiement dirigé en direct par l’artiste multidisciplinaire international Martin Messier, et qui évoque une fin du monde, ou du moins une vision et une réflexion sur celle-ci. Alors, dans un monde de plus en plus cacophonique, n’avons-nous justement de plus en plus besoin d’art pour nous aider à en faire une autre lecture ? La question, en tout cas, n’en finit pas de se poser.

Le FTA se poursuit jusqu’au 4 juin, le OFFTA y compris.

Plusieurs autres spectacles de danse sont à l’affiche cette semaine pour le plus grand plaisir de notre curiosité, notamment les œuvres singulières et fortes des chorégraphes montréalaises Catherine Gaudet, L’Affadissement du Merveilleux, et Clara Furey, Rather a Dich.  Photo principale : Unfold / 7 perspectives. Le Carré Des Lombes, FTA.

Tous les détails sur le site du festival http://fta.ca/spectacles/discipline/danse/

Parisienne devenue Montréalaise en 1999, Aline Apostolska est journaliste culturelle ( Radio-Canada, La Presse… ) et romancière, passionnée par la découverte des autres et de l’ailleurs (Crédit photo: Martin Moreira). http://www.alineapostolska.com

Partagez par courriel