//L’État lourd et l’Institut économique de Montréal

L’État lourd et l’Institut économique de Montréal

Alain Clavet
Entrevue avec Miguel Ouellette, directeur des opérations et économiste à l’Institut économique de Montréal à Montréal. (IEDM)

L’IEDM favorise l’entrepreneuriat, l’entreprise privée et le libre marché. Les recherches de l’IEDM sont dans des secteurs porteurs de l’économie du XXIe siècle : l’énergie, le rôle de l’État et les conditions favorables à la prospérité pour tous.  Michel Kelly-Gagnon, PDG de l’IEDM, créé par Pierre Lemieux en 1985, est appuyé par des femmes et des hommes d’affaires d’expérience dont Hélène Desmarais, Léon Courville, anciennement de la Banque Nationale du CanadaStéphan D Crétier de Garda World<François Hudon, de la Banque de Montréal, Guy Tremblay de Heenan Blaikie, Jean Bernier (Couche-Tard), Jacques Drouin, Nathalie Elgrably-Lévy, Richard Garneau et Philip Infilise.

Mission de l’IEDM

L’IEDM a une mission d’éducation et d’information du grand public au Québec afin de prendre conscience des enjeux économiques qui nous confrontent.  Ses recherches, en collaboration notamment avec les universités québécoises, permettent d’intervenir dans les instances publiques et les médias afin de favoriser une meilleure compréhension de ces enjeux. La privatisation de la Société des alcools du Québec favoriserait, par exemple, la libéralisation de la vente de l’alcool au Québec.  Pour ce qui est de Poste Canada, son inefficacité est bien connue et l’État canadien n’a pas besoin en 2021 d’intervenir avec nos taxes dans ce secteur bien desservi par de nombreuses entreprises privées. Le gouvernement Trudeau dépense de façon préoccupante et à un rythme sans précédent des fonds publics pour contrer la COVID.  L’IEDM prône également les partenariats publics/privés dans le système de santé québécois, l’augmentation de la transparence du financement des syndicats, la rémunération au mérite des enseignants, et le contrôle des dépenses de l’État québécois.

Selon l’IEDM, tout monopole, qu’il soit public ou privé, est inefficace et coûteux, puisqu’il n’y aura pas de concurrence pour le motiver à être plus productif. La vision de l’IEDM est celle d’un monde libre et responsable où les échanges volontaires et l’entrepreneuriat permettent d’éradiquer la pauvreté et favorisent la prospérité pour tous. L’IEDM est un think tank indépendant sur les politiques publiques basé à Montréal. Par ses publications, ses apparitions dans les médias et ses services consultatifs aux décideurs politiques, l’IEDM stimule les débats et les réformes des politiques publiques en se basant sur les principes établis de l’économie de marché et sur l’entrepreneuriat.

Histoire de l’IEDM

L’IEDM a été créé par Pierre Lemieux en 1987. Michel Kelly-Gagnon en a pris la direction en 1999. Ce dernier a démissionné en avril 2006 pour prendre la tête du Conseil du patronat du Québec. L’économiste Paul Daniel Muller a occupé le poste de président de septembre 2006 à juillet 2008. M. Kelly-Gagnon a ensuite été choisi pour reprendre les rênes de l’IEDM à partir de février 2009Maxime Bernier y a brièvement occupé le poste de vice-président avant de devenir ministre fédéral de l’Industrie. Tasha Kheiriddin a également occupé ce poste pendant quelques mois en 2006. Marcel Boyer, professeur émérite à l’Université de Montréal, fut vice-président de 2007 à 2009.

La dette, lourde hypothèque

Si la tendance se maintient, la dette du Canada atteindra 100 % du produit intérieur brut (PIB).  Cette situation alarmante est favorable à la dévaluation de la monnaie canadienne et à une augmentation de l’inflation.  La dette du gouvernement du Canada augmente à une vitesse géométrique, plus d’un million $ par jour depuis le 30 novembre 2020.  Une compression des dépenses de l’État sera indispensable, une fois la crise sanitaire réglée.  Ces réflexions devront porter notamment sur les dépenses en santé qui atteindront bientôt la moitié des dépenses du gouvernement du Québec.  La « castonguette » a créé un accès illimité des ressources de l’État québécois aux membres de la corporation des médecins du Québec.  Ces accroissements de coûts très rapides se sont pourtant accompagnés d’une diminution des services.  Le temps d’attente pour un médecin de famille au Québec est de deux ans !    Section spéciale sur la dette canadienne :

Kelly-Gagnon  PDG

Michel fut l’un des cofondateurs des Amis de la Liberté au milieu des années 1990 et a contribué à la relance de l’IEDM à partir de 1997.  Après avoir dirigé l’IEDM de 1999 à 2006, Michel a été président du Conseil du patronat du Québec de mars 2006 à décembre 2008. Au début de sa carrière, il a pratiqué le droit pour ensuite devenir entrepreneur dans le domaine de la formation sur mesure en entreprise. Il a été membre du comité exécutif du conseil d’administration de la Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) de 2006 à 2009. Il a été l’un des six Québécois honorés par le palmarès 2008 des 40 Canadiens performants de moins de 40 ans. Michel est de retour à la tête de l’IEDM depuis janvier 2009.

Miguel Ouellette, directeur des opérations et économiste

Comme directeur des opérations, Miguel Ouellette gère les publications de l’IEDM et les projets qui en découlent. Miguel est détenteur d’une maîtrise en économie de l’Université de Toronto. Il s’est joint à l’équipe de l’IEDM en août 2020.

IEDM :  web

Carnaval des couleurs

Dans le contexte d'une carrière au gouvernement du Canada dans les secteurs de la francophonie, des langues officielles et de la culture, j'ai eu l'occasion de donner des conférences à l'UNESCO et l'Internet Society à Washington, à Paris et au Japon. Mes études m'ont aussi permis d'obtenir des maîtrises en administration publique et en histoire canadienne.

Partagez par courriel