//Déconfinement, supplice de la goutte d’eau

Déconfinement, supplice de la goutte d’eau

Alain Clavet
Le déconfinement goutte à goutte fait subir un véritable supplice aux Québécois.

Le confinement total et brutal du Québec a déstabilisé et déstructuré notre société et notre économie.  L’Organisation mondiale de la santé recommandait pourtant un programme de dépistage par des tests à tous, puis un confinement ciblé des personnes infectées.  L’Ontario n’a pas confiné la construction, cette unique mesure a coûté un milliard $ par semaine au Québec, selon l’Association de la construction du Québec.

Suite aux décisions autoritaires de Lucien Bouchard, qui a mis à la porte de nombreuses infirmières à la poursuite de son obsession du déficit zéro, et de la centralisation napoléonienne de Gaétan Barrette, qui a tout donné aux structures et aux médecins, les aînés croupissent dans des CHSLD, vétustes et sous financés, avec un manque criant de personnel.  Cette urgence nationale, qui doit être réglée notamment par des mesures facilitant l’intégration des aînés aux familles élargies, ne justifie pas le supplice de la goutte d’eau du déconfinement progressif.  François Legault peut faire confiance aux Québécois, les mesures sanitaires sont respectées et le confinement fait maintenant plus de mal que de bien. 

Les Québécois « dociles et obéissants » veulent respirer.  Les artistes, les restaurateurs, les tenanciers de bars, les entrepreneurs du monde du spectacle, les hôteliers, les aubergistes, les travailleurs du tourisme, des congrès et des croisières vont droit à la faillite.  Pourquoi au Québec la distanciation sociale est de deux mètres, mais de seulement un mètre en France?  Pourquoi notre taux de mortalité du Québec est-il comparable à celui de la Suède, qui n’a pas confiné sa population?  Ce sont des décisions politiques et François Legault ne peut se cacher derrière Horacio Arruda, un fonctionnaire.  Le temps presse!  François Legault doit prendre les décisions politiques qui s’imposent pour déconfiner rapidement. Il importe d’apprendre à vivre avec l’omniprésente COVID-19, en respectant des mesures sanitaires raisonnables, et non attendre docilement de mourir, goutte à goutte, à cause de la COVID-19.

Le Pois Penché

Dans le contexte d'une carrière au gouvernement du Canada dans les secteurs de la francophonie, des langues officielles et de la culture, j'ai eu l'occasion de donner des conférences à l'UNESCO et l'Internet Society à Washington, à Paris et au Japon. Mes études m'ont aussi permis d'obtenir des maîtrises en administration publique et en histoire canadienne.

Partagez par courriel