//Pour le gel des taxes foncières à Montréal

Pour le gel des taxes foncières à Montréal

Alain Clavet

Les taxes foncières et les taxes commerciales à Montréal augmentent à un rythme effréné.   Valérie Plante avait promis que l’augmentation des taxes ne dépasserait pas le niveau de l’inflation, ce qui est déjà lourd. Après son élection, notamment sur cette promesse, elle augmente l’ensemble les taxes de 3,3 % à 9 % selon les lieux de résidence. Cette augmentation accroit les fractures sociales, les inégalités, provoque une rupture de confiance avec la population et nuit à la croissance économique.

Une augmentation abusive.

L’assiette fiscale de Montréal et donc les revenus de la Ville augmentent de façon importante à cause de l’augmentation des valeurs résidentielles.   Les maisons et les condos augmentent en moyenne de 5 % par année.   « En 2017, l’accroissement moyen de la valeur des propriétés a été de 6,2% dans le secteur résidentiel et de 5,7% dans le secteur non-résidentiel. » (Dépliant 2017 sur le compte de taxes de Montréal.)  La Ville de Montréal devrait être capable de gérer et de payer ses dépenses grâce à l’augmentation de la valeur imposable des propriétés existantes.  À ceci s’ajoute l’augmentation de l’assiette fiscale grâce aux nombreux projets immobiliers en construction.

L’augmentation de 3,3 % à 9 % selon les zones d’habitation alourdit de façon importante le fardeau des citoyens. Impossible de planifier sa retraite dans un contexte où la Ville joue à la roulette russe avec notre budget et notre avenir.   De nombreux citoyens âgés se voient obligés de vendre leurs maisons ou condos, car ils ont des revenus souvent modestes et fixes.   Cette situation provoque des drames humains et des inégalités sociales croissantes.

À Montréal, la mairesse Plante a imposé une augmentation de 3,3% du compte de taxes résidentiel. Elle se défend en disant qu’elle avait seulement promis de limiter la hausse de la taxe foncière, sans tenir compte des autres taxes et tarifs. Elle dit que la taxe foncière n’augmentera que de 1,9%.

Or, selon un calcul effectué par l’Institut économique de Montréal, cette explication ne tient pas non plus la route. Comme l’indique le budget, la taxe foncière fera augmenter le compte de taxe total de 1,9%… mais la taxe foncière elle-même augmentera de 2,5%. Ce qui est toujours plus élevé que l’inflation. (Extrait d’un article d’Olivier Robichaud, Huffpost.).

Une rupture de confiance.

Pour l’investissement, la rétention à long terme et la prévisibilité des coûts sont essentielles. Valérie Plante est en rupture de confiance et de communication avec la population en générale et les personnes d’affaires en particulier.   Le cynisme ambiant envers les politiciens a une limite.   Dire n’importe quoi en campagne électorale pour être élu et ensuite faire tout le contraire, on ne peut qu’alimenter ce cynisme qui est un fléau minant à long terme la démocratie.

Augmentation des inégalités sociales.

Valérie Plante et Projet Montréal sont censés être de gauche et donc pour l’environnement et les communautés locales.   L’augmentation abusive et irréfléchie des taxes est plutôt une mesure qui augmente les inégalités sociales. Cette augmentation sera un facteur important d’inflation pour le prix des loyers.   Les propriétaires sont autorisés par la Régie du logement à tenir compte des augmentations de taxes afin de justifier une augmentation de loyer.   Les familles à revenus modestes seront progressivement chassées du centre-ville et notamment du Plateau-Mont-Royal. Par ailleurs, ce phénomène du déplacement vers les périphéries de Montréal augmente l’étalement urbain et nuit à l’environnement.

Difficultés économiques grandissantes.

Des dizaines de fois, j’ai vu des affiches dans les vitrines des restaurants et commerces en faillite des rues Saint-Laurent et Saint-Denis qui affirmaient en substance : « Les sommes abusives des taxes commerciales de la Ville de Montréal ont étouffé notre rêve et notre projet et ont provoqué la faillite.  Merci à la Ville de Montréal!>. Vous n’avez qu’à marcher sur la rue Saint-Denis notamment pour constater l’état économique déplorable de la Ville.  (Lire le texte de Maxime Bertrand, Radio-Canada. D’après une étude de l’Association des biens immobiliers du Canada, Montréal impose les taxes commerciales les plus élevées au Canada:  Ici Radio-Canada ).

Pour la création d’un nouveau parti politique municipal à Montréal.

Montréal a besoin d’un nouveau parti politique visant le gel des taxes.   Cet objectif devient incontournable dans le contexte où les Québécois et notamment les Montréalais sont les plus taxés en Amérique du Nord. (Voir l’article de Youri Chassin dans La Presse + : La Presse ).  Nous avons atteint un plateau d’exaspération. Les contribuables en ont assez et une action politique est requise pour faire la promotion puis la mise en œuvre d’une vision économique fondée sur le réalisme et la modestie des dépenses publiques. Pour l’ensemble des raisons précitées, nous souhaitons vivement la création d’un nouveau parti politique municipal qui viserait le gel des taux de taxes à Montréal.

Pour un nouveau parti politique municipal et le gel des taxes à Montréal.

Dans le contexte d'une carrière au gouvernement du Canada dans les secteurs de la francophonie, des langues officielles et de la culture, j'ai eu l'occasion de donner des conférences à l'UNESCO et l'Internet Society à Washington, à Paris et au Japon. Mes études m'ont aussi permis d'obtenir des maîtrises en administration publique et en histoire canadienne.

Partagez par courriel