//Philip Mazzei, plus grand que nature

Philip Mazzei, plus grand que nature

Roger Huet
J’ai rencontré Giovanni Mazzei à la dégustation de vins Pop-Up de l’agence Authentic. Il présentait les vins de la Maison Mazzei, qui travaille la vigne en Toscane depuis le XIe siècle. Parmi les bouteilles, il y en avait une avec une étiquette presque caricaturale, que je pris dans mes mains et dis : Bonjour Philip Mazzei.

Vous connaissez Philip Mazzei, me demanda Giovanni, surpris. Je lui dis oui, je connais bien Filippo, devenu Philip aux États-Unis. Je l’ai rencontré lors d’un périple historique que j’ai réalisé en Virginie, l’année dernière. Sa présence était partout.

 

  • L’histoire me passionne, me dit Giovanni; parlez-moi donc de notre héros familial. Je pris une gorgée du vin qu’il me tendait et commençai : Filippo Mazzei est né le 25 décembre 1730 à Poggio, dans la région de Caiano Prato, en Toscane. C’était un homme brillant qui se passionnait pour tout. Enfant, il jouait dans les vignes; très jeune, il a même participé à la cueillette du raisin et un peu plus tard, il a appris la fabrication du vin avec ses ainés. C’était une grande école. L’Europe était en pleine transformation et les idées des philosophes gagnaient la jeunesse. La lecture de Rousseau lui donne une conscience sociale et pousse Filippo à chercher son destin dans la médecine pour se rendre utile à l’humanité. Avec son diplôme de l’Université de Florence, il exerce quelque temps en Toscane, ensuite il se rend à plusieurs reprises au Moyen-Orient, surtout à Smyrne, en Turquie. Il était, en quelque sorte, un médecin sans frontières avant la lettre.

    roger philip mazzei portrait

    Après quelques années de va-et-vient entre l’Italie et l’Orient, Filippo, de plus en plus nourri des philosophes, décide qu’il veut découvrir l’Angleterre, qui était alors le pays le plus avancé pour le respect des droits humains. La monarchie constitutionnelle et parlementaire anglaise favorisait une forme de démocratie, ce qui n’était pas le cas ni en Italie, ni dans la plupart des pays de globe.

    Filippo s’installe négociant en vins à Londres en 1755, où il a également donné des cours d’italien. Il y rencontre Thomas Adams et Benjamin Franklin, avec qui il collabore. Filippo songe à importer des produits toscans, surtout du vin et des oliviers, dans les terres d’Amérique. Benjamin Franklin l’aide à trouver des investisseurs et le 2 septembre 1773, Filippo Mazzei embarque à Livourne, sur la côte Toscane, pour la Virginie. Il apporte des plants de vigne, des semences, des vers de soie, des livres et dix agriculteurs de Lucques. Il portait aussi des lettres de ses amis Adams et Franklin pour des hommes comme George Washington, James Monroe, Thomas Jefferson et bien d’autres qui allaient jouer, deux ans plus tard, un rôle capital dans la Guerre d’indépendance contre l’Angleterre et la fondation des États-Unis d’Amérique.

    Filippo anglicise alors son nom et devient Philipp Mazzei. Il se lie d’amitié avec Thomas Jefferson et le convainc qu’il serait possible de cultiver la vigne en Virginie. Jefferson lui offre une grande parcelle pour créer un vignoble expérimental. Philip et Thomas seront les premiers à produire du vin en sol américain. La propriété de Monticello de Thomas Jefferson deviendra le premier vignoble commercial de l’Amérique du Nord. La Guerre d’indépendance américaine éclate en avril 1775; Philip Mazzei s’engage totalement aux côtés des insurgés. Il aimait se définir comme « citoyen du monde »; c’est en humaniste qu’il écrit « Tous les hommes sont par nature également libres et indépendants. Une telle égalité est nécessaire pour créer un gouvernement libre ». Ce principe selon le président Kennedy a inspiré la grande doctrine « Tous les hommes sont créés égaux », reprise dans la Déclaration d’indépendance américaine, rédigée par Thomas Jefferson En 1779, Philip Mazzei retourne en Italie avec une mission secrète : il expédie des armes à l’État de Virginie jusqu’en 1783.

    La Guerre d’indépendance prend fin avec le Traité de paix de Versailles signé le 3 septembre 1783 et ratifié l’année suivante. Elle aura duré sept ans. Philip fait une brève visite à ses amis américains en 1785 en espérant obtenir un poste diplomatique pour l’Europe, sans résultat; alors il commence un périple à travers toute l’Europe pour promouvoir à son compte les idéaux républicains d’égalité, de justice et de liberté. En 1788 il publie à Paris ses « Recherches historiques et politiques sur les États-Unis de l’Amérique septentrionale », en quatre volumes, qui lui apportent beaucoup de prestige. En 1789, Philip est nommé conseiller privé à la cour du roi Stanislas II de Pologne. Après la partition de la Pologne entre la Russie et la Prusse en 1795, Mazzei, passe beaucoup de temps en France, qui vit les heures sombres et exaltantes de la Révolution française. Lorsque Napoléon renverse le gouvernement et se fait sacrer empereur, Mazzei, déçu, revient à Pise et poursuit une correspondance importante avec ses amis Madison et Jefferson, les informant les événements européens.

    À soixante-dix ans, il se rend à Saint-Pétersbourg en calèche pour réclamer au tsar Alexandre ses droits pour une terre qu’il a acquise en Pologne et qui est occupée par les Russes. Le tsar écoute l’histoire de sa vie, surpris et honoré d’être en présence d’un si grand homme. Il lui rend justice et bonifie ses droits. Philip Mazzei s’éteint le 19 mars 1816 à l’âge de 86 ans; il avait cultivé jusqu’au dernier jour ses vignes et son jardin, qui contenait des graines américaines qu’il avait reçues de son ami Jefferson. Après sa mort, sa fille Élizabeth retourna aux États-Unis à la demande de Thomas Jefferson. Elle épousera plus tard un neveu de John Adams.

    roger philip mazzei timbre

    En 1980, pour le 250e anniversaire de la naissance de Philip Mazzei, le service postal des États-Unis a émis un timbre-poste le désignant « Patriote américain ».

    Giovanni Mazzei me remercia et m’invita à déguster le Marchesi Mazzei Philip Toscana IGT 2015, un Super Toscan 100% Cabernet Sauvignon, 14o d’alcool.

    roger philip mazzei vin

    La robe est rouge foncé, magnifique. Bouquet riche de cassis, d’épices, de cèdre, de cuir, de moka et de réglisse. En bouche c’est un vin puissant, charpenté, qui possède une structure tannique très intéressante; un vin corsé mais avec une fraicheur et une masse fruitée délicieuses qui se poursuivent longtemps dans la gorge. Un vin de gastronomie qui se mariera à merveille avec une côte de bœuf, un porcelet au four, des pâtes sauce bolognaise, et c’est une merveille avec un plateau de fromages. Je suggère de le laisser reposer en carafe une trentaine de minutes et de le servir à 17 oC. Il peut se conserver en cave jusqu’en 2025.

    Photo principale :  Monticello, la résidence du président Jefferson, où Philip Mazzei fut souvent reçu.

    Marchesi Mazzei Philip Toscana IGT 2015 est disponible à la SAQ, code 13589926. Prix 50,75$.

    Liens :

    Marchesi Mazzei

    Représentés au Québec par Authentic Vins et Spiritueux

    Esther de la Durantaye, directrice des ventes
    edeladurantaye@awsm.ca

    Stéphanie Dupuy, spécialiste aux communications, gestion de contenu et médias sociaux
    sdupuy@awsm.ca
    Tél. : 514 356- 5222, poste 402

    Pascal Brouillard, représentant et responsable Presse
    pbrouillard@awsm.ca
    Tél. : 514-242-7097

    Roger Huet
    Chroniqueur vins et spiritueux
    Président du Club des Joyeux
    SamyRabbat.com
    LaMetropole.com

Ce Québécois d’origine sud-américaine, apporte au monde du vin, sa grande curiosité, et son esprit de fête. Ancien avocat, diplômé en sciences politiques et en sociologie, amoureux d’histoire, auteur de nombreux ouvrages, diplomate, éditeur. Dans ses chroniques Roger Huet parle du vin comme un ami, comme un poète, et vous fait vivre l’esprit de fête.

Partagez par courriel