//Mon opinion sur le choix électoral de 2018

Mon opinion sur le choix électoral de 2018

Alain Clavet
La campagne électorale 2018 s’avère finalement très intéressante.

Les débats ont permis aux chefs de confronter sans filet les divers éléments de leurs programmes électoraux.  Les questions ont été directes et ont abordé les préoccupations de la vie quotidienne des Québécois.  Je crois important d’exprimer mon opinion dans le contexte des importants enjeux de cette campagne.  Mon intérêt pour la politique s’est d’ailleurs concrètement vécu en 2014 car j’ai été candidat de la CAQ dans le comté de Mercier.

Manon Massé

Manon Massé, de Québec Solidaire, propose d’utiliser les 12 milliards $ du Fonds des générations pour dépenser et investir dans divers programmes généralement reliés au déficit climatique.  Cette approche est trop facile pour être bonne.  Le Fonds des générations est un fonds de prévoyance pour des cieux économiques éventuellement moins cléments.  Nous avons connu une grave récession il y maintenant dix ans.  Les difficiles et risquées négociations sur l’ALENA, le niveau très élevé d’endettement des ménages québécois, la pénurie de main-d’oeuvre et le risque d’une hausse des taux d’intérêt devraient plutôt appeler les gouvernements à la prudence.  Le cadre financier de Québec solidaire est globalement peu crédible et n’aborde pas de façon adéquate la question cruciale d’un développement économique plus rapide pour le Québec.

Jean-François Lisée

Jean-François Lisée, du Parti Québécois, laisse planer l’incertitude politique d’un référendum en 2022.  Jean-François Lisée manie bien les outils de la rhétorique mais son parti est divisé et fondé sur une option mauvaise pour l’avenir du Québec et à peu de mesures concrètes pour le développement économique.   Les conséquences de l’abolition du Réseau express métropolitain, le REM, notamment manque de réalisme.  Le Parti Québécois, nommément Lucien Bouchard, est en grande partie responsable du chaos de notre système de santé.  Les compressions budgétaires draconiennes faites par Lucien Bouchard dans le contexte de son obsession du déficit zéro laissent, encore aujourd’hui, de profondes blessures dans le système de santé.

Philippe Couillard

Philippe Couillard, du Parti Libéral, a fait un bon travail globalement.  Il semble cependant qu’il est décroché de la réalité économique des Québécois.  Son affirmation qu’une famille de trois personnes au Québec peut se nourrir avec un budget de 75 $ par semaine est triste et risible.  Philippe Couillard manifestement n’a pas fait son épicerie depuis plusieurs années!  Le Québec de 2018 a besoin d’un leader moderne et énergique avec une bonne compréhension de la difficile situation économique d’un grand nombre de Québécois.  Les Québécois sont étouffés économiquement par les taxes foncières, scolaires, la TPS, la TVQ, le niveau d’imposition et l’ironique taxe de Bienvenue.

La réalité c’est que l’argent disponible des familles québécoises fond comme une peau de chagrin.  Cette précarité provoque une fragilité économique qui fait en sorte que trop de Québécois sont locataires et employés à petits salaires, au lieu d’être propriétaires avec de bons revenus.  Le médecin spécialiste Philippe Couillard trouve normal que ses confrères de caste bénéficient des plus hauts salaires au Canada mais le premier ministre Couillard ne fait rien pour faire en sorte, par exemple, que le salaire minimum, les salaires des professeurs et les niveaux d’imposition soient comparables à ceux de l’Ontario.  Deux poids, deux mesures pour Philippe Couillard dans une situation évidente de conflit d’intérêts.

François Legault

François Legault, de la Coalition Avenir Québec, semble bien comprendre la situation économique de la famille moyenne au Québec.  Son programme vise notamment à diminuer et standardiser la taxe scolaire, qui avait d’ailleurs été beaucoup augmentée par Pauline Marois de façon autoritaire et sans consultation.  François Legault souhaite diminuer le gaspillage au Québec.  Sa feuille de route comme homme d’affaires et économiste rend cette affirmation crédible.  Les exemples des extraordinaires gaspillages de fonds publics que représentent, par exemple, la cimenterie de Port-Daniel en Gaspésie et les projets d’énergie éolienne dans le Nord-du-Québec, souvent évoqués par François Legault, sont à cet égard convaincants.  François Legault est le seul chef qui affirme l’intention de baisser les taxes au Québec!  Il entend valoriser Investissement Québec et le maintien des sièges sociaux des grandes compagnies au Québec.  Les familles du Québec ont de la difficulté à trouver un médecin de famille, une place en garderie subventionnée et l’attente en salle d’urgence est dangereusement longue pour la santé publique.  François Legault a tout à fait raison, il est urgent de changer le mode de rémunération des médecins au Québec.  Le meilleur choix pour le Québec, le 1er octobre 2018, est, selon moi, François Legault.

Mon opinion sur le choix électoral de 2018

Alain Clavet, Rédacteur en chef et ex-candidat de la CAQ dans Mercier

Dans le contexte d'une carrière au gouvernement du Canada dans les secteurs de la francophonie, des langues officielles et de la culture, j'ai eu l'occasion de donner des conférences à l'UNESCO et l'Internet Society à Washington, à Paris et au Japon. Mes études m'ont aussi permis d'obtenir des maîtrises en administration publique et en histoire canadienne.

Partagez par courriel