//Un héliport: service essentiel

Un héliport: service essentiel

Alain Clavet

Quelle est l’infrastructure essentielle à la santé, à la sécurité et au développement économique dont profitent Boston, Toronto et Gatineau et dont Montréal est pourtant privée? Un héliport! Montréal qui se targue d’être une Métropole ne possède aucune piste d’atterrissage publique au centre-ville pour les hélicoptères. Cela ne cesse d’étonner.

L’hélicoptère est pourtant essentiel pour la santé publique. Nos citoyens en danger pendant les inondations, les tempêtes de neige, les accidents de la route, notamment sur les ponts, ou qui doivent être transportés d’urgence vers un hôpital spécialisé, ne bénéficient pas de ce service vital.

En ce qui a trait à la sécurité, que dire d’une situation d’urgence lors d’un éventuel attentat terroriste? Ou de multiples blessés lors d’un mouvement de foules dans nos grands événements où les rues sont bloquées? Que dire de la sécurité de nos dignitaires étrangers? Barrack Obama n’a pu venir directement au centre-ville récemment pour y donner une conférence. Les coûts de sécurité de son transport dans une ville déjà congestionnée sont évidemment supérieurs à un transport en hélicoptère.

L’hélicoptère est aussi un outil essentiel de développement économique. La circulation rapide de biens précieux et des personnes d’affaires permettrait un accès accru et plus rapide à Montréal. Nous avons un constructeur d’hélicoptères à Dorval, des simulateurs de vol uniques au monde, des terrains disponibles pour la piste et un accord tacite du gouvernement du Canada, qui régit le domaine, pour sa mise en service.

Pourquoi donc Montréal n’a-t-il pas d’héliports? La Ville de Montréal, semble-t-il, n’en comprend pas la grande importance. Nous faisons donc appel au maire Coderre afin d’exercer son rôle de chef de file de Montréal afin de faire avancer ce dossier crucial. Une simple lettre d’intention à cet effet de la Ville de Montréal permettrait au gouvernement du Canada de donner suite à ce dossier.

En cette année du 375e anniversaire de Montréal, dotons notre ville de cet outil essentiel de développement afin de donner accès, à l’exemple des autres grandes villes du monde, à un service d’héliport au centre-ville de Montréal.

Dans le contexte d'une carrière au gouvernement du Canada dans les secteurs de la francophonie, des langues officielles et de la culture, j'ai eu l'occasion de donner des conférences à l'UNESCO et l'Internet Society à Washington, à Paris et au Japon. Mes études m'ont aussi permis d'obtenir des maîtrises en administration publique et en histoire canadienne.

Partagez par courriel