Le français, langue d’usage au PLQ

Richard Martineau affirme que la cheffe du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade, accorde peu d’importance au français.  Sur quoi se fonde cette opinion? J’ai assisté au congrès des jeunes libéraux à Montréal tout récemment, j’ai assisté à toutes les conférences, et j’affirme que c’est le français qui était la langue d’usage dans 95% des échanges.

C’est à peine si la cheffe a dit une phrase ou deux anglais pendant son allocution. C’est gratuit d’affirmer, et de profiter de sa tribune, pour attaquer la cheffe Dominique Anglade, sans faire certaines vérifications au préalable concernant le français au PLQ. Il y a des gens de toutes les origines au PLQ, et à une ou deux exceptions, les échanges sont dans la langue de Molière entre les candidats et les membres.

Suicide politique?

J’ai surpris mon entourage en annonçant que je me présente pour le Parti libéral du Québec dans Charlevoix Côte-de-Beaupré. Moi, un péquiste de la première heure. Je voulais faire ma part pour sortir François Legault, et j’ai considéré que la meilleure option c’était le PLQ. J’ai eu l’opportunité de faire une entrevue avec Dominique Anglade pour lametropole.com, et je suis tombé sous le charme. Puis, j’ai cassé la croûte avec la cheffe et les dix autres candidats du PLQ dans un restaurant de Québec, elle voulait nous connaître davantage. Elle n’a pas eu la visibilité à laquelle elle aurait eu droit normalement, parce qu’il n’y a pas eu de course à la chefferie au PLQ. Puis, Legault a occupé toute la place médiatique pendant la pandémie, laissant des miettes à l’opposition. Le débat des chefs va donner la chance à Dominique Anglade de faire une différence. Est-ce que François Legault sera présent…

N.B.:  Cet article exprime les opinions de l’auteur et non ceux de LaMetropole.Com

Le Pluvier

Michel Bureau

Le Bureau des Sports