//Mieux vaut en rire, 1er au 11 novembre 2020

Mieux vaut en rire, 1er au 11 novembre 2020

La Métropole
Mieux vaut en rire, 1er au 11 novembre 2020.  Sur l’actualité loufoque de la semaine.
« Vivre en démocratie, c’est accepter, dans le respect des lois, d’être sans cesse exposé à des idées contraires. Voire choquante. »  Emmanuel Macron

Q :  Pourquoi s’asseoir tranquille dans une salle de cinéma à 4 bancs d’un autre cinéphile suicidaire dans une immense salle avec un plafond de 30 pieds de haut serait plus dangereux, côté attraper le Covid, que bouffer les tomates d’un Walmart qui ont été tripotées pendant 10 minutes pour être certain que c’étaient bien des tomates et non des ananas ?

R :  La réponse est évidente.  C’est parce qu’il fait noir dans un cinéma.  Tout le monde sait que l’esprit du mal se cache toujours dans les salles obscures. Ainsi, bouffer les tomates tripotées c’est plus sanitaire qu’un mec qui mange son popcorn à 4 bancs d’un autre dans une salle obscure.  Nos inquisiteurs savent que les « bibittes covidiennes » se nourrissent de l’imaginaire incontrôlé par le gouvernement des salles obscures.  La culture est une source d’idée, c’est malsain.  La recherche du sanitaire, c’est évident, ne peut passer que par l’interdiction des théâtres, des bibliothèques et des cinémas.

Q : Un vent de folie souffle-t-il sur le Québec?  Un chevalier du Moyen-Âge avec une épée japonaise embroche des passants dans le Vieux-Québec,  WestJet rembourse ses clients,  Trudeau subventionne la paresse, les restaurants offrent en take-out des flambées au cognac et Legault permettra bientôt à des Montréalais seuls dans leurs appartements depuis des mois de voir une personne.

R:  À première vue, un observateur naïf pourrait voir un lien de la folie spontanée et croissante au Québec avec le fait que la moitié des restaurants et des commerces font faillite, que des milliers de personnes sont en chômage et seuls devant un écran depuis des mois, que les enfants ne vont plus à l’école et emmerdent les parents dans un 3 et demi, que les voisins ont appelé la police pour d’énoncer un party monstre à l’appartement qui était en fait sur TV5 (je n’aurais pas dû acheter un écran de 100 pouces avec son cacophonique ?).   Aucun rapport avec ces faits anodins, la folie qui sévit au Québec n’est due qu’à la dépression saisonnière.

Q :  La tendance mode cette année, les hommes en jupe.  On n’arrête pas le progrès !

R:  Je crois qu’il importe de se souvenir que les leaders des villages du Québec depuis des siècles portaient une longue robe noire.  On se souvient ils faisaient construire par le petit peuple des châteaux avec des tours et des cloches.  Les dimanches, ces chefs de tribus montaient par un escalier courbé dans un nid en bois pour haranguer les spectateurs silencieux.  Une grande crédibilité était donc accordée à ces hommes en longue robe noire.  Dois-je ajouter que nos amis écossais portaient la jupe légère avec beaucoup de masculinité?  La tendance mode 2020 des hommes en jupe sont un retour à une longue tradition québécoise.  Le fait que les hommes ont l’air ridicules en jupe n’a rien à voir.  La mode a toujours raison et les couturiers et les fabricants de guenilles ont un monopole reconnu pour nous informer de ce qui est beau ou laid.

Q :  La liberté d’expression est l’un des grands sujets de la semaine et même Macron a téléphoné à Legault.  Ouch ! c’est sérieux.

R : Trudeau est pour la liberté d’expression dans la mesure où elle ne dérange personne.  Legault est pour la liberté d’expression sauf celle de Trudeau. Trudeau a affirmé qu’il faut tenir compte de la sensibilité des autres pour établir les limites de la liberté d’expression.  Une caricature d’une vache dans un champ pourrait déranger la sensibilité des végétariens, végétaliens et « végétariens » qui considèrent qu’on ridiculise les vaches et ce faisant donne raison aux mangeurs de vaches communément appelés omnivores. Soyez donc prudent avant de caricaturer une vache, elle pourrait se plaindre. La police de Montréal a récemment donné une contravention à une vache dans le parc La Fontaine.  Elle se promenait en groupe sans masque et parlait une langue illégale à Montréal.  Un avertissement avant La Petite Vie a été ajouté par les inquisiteurs de Radio-Canada : Danger, le visionnement de cet épisode pourrait faire rire.  Une capacité de compréhension de l’humour au 2e degré est requise. La Petite Vie, les 15 ans de La Petite Vie.

« Ce n’est pas parce qu’on rit que c’est drôle ! » 


En hommage au Magazine CROC, 1979-1995.
Lire le numéro d’octobre 1979.   https://numerique.banq.qc.ca/patrimoine/details/52327/2164849

Hommage aux Cyniques. De 1961 à 1972, un quatuor d’humoristes a contribué de manière inédite à l’évolution de la société québécoise. Spécialistes de l’humour grinçant, les Cyniques ont traversé leur époque en n’épargnant personne : du clergé aux hommes politiques, en passant par les représentants de l’ordre et les icônes du milieu artistique québécois.


Collaboration spéciale : Vettier de Set 

Le Pois PenchéCarnaval des couleurs 3e édition
Partagez par courriel