//Mieux vaut en rire, l’actualité du 12 au 19 novembre 2020

Mieux vaut en rire, l’actualité du 12 au 19 novembre 2020

La Métropole
« Il y a un silence qui ment. » Les misérables. Victor Hugo.  « Rire est un médicament, un soin de l’esprit. » (C’est l’heure des contes par Gérard Jugnot.). « Valoriser l’humour, ce n’est pas le coter à la bourse. »  « De grâce, de l’irrévérence, de la liberté ! » « L’ironie et la lèse-majesté oxygènent une société. »  Vettier de Set

Q : Selon les experts traverser une crise dont on ignore comment et quand elle se terminera, c’est dur pour le moral. 30 % des 18 à 34 ans affirment souffrir de dépression et d’anxiété. Avez-vous des conseils pour préserver notre santé mentale en ces temps de pandémie ?

R :  L’humour, l’ironie, l’irrévérence sont certainement utiles afin de prendre du recul.  Le stress négatif provient de situations qui sont hors de notre contrôle.  (Stress sans détresse,  Dr Hans Selye.) Il y a aussi des solutions radicales.  À la question, où est notre asile d’aliénés promis, l’ex-premier ministre du Québec Maurice Duplessis avait répondu : « Vous l’aurez bientôt, j’ai commandé l’érection d’une clôture autour de la ville. »

Q :  Valérie Plante considère les automobiles qui traversent sa ville et son quartier sont des intruses, des étrangers de l’extérieur, qui dérangent et polluent les citoyens.  Que pensez-vous de la perte de 4,500 stationnements et des difficultés à circuler en automobile à Montréal ?

R : Valérie souhaite ardemment imposer, avec diligence et grands frais, des mesures « d’apaisement. »   Rues bloquées, trottoirs élargis, autoroute cyclable sur Saint-Denis, sens uniques et culs-de-sac, tout pour faire fuir les envahisseurs et les barbares des banlieues.  Nous tenons à féliciter notre mairesse, Montréal est aujourd’hui une ville apaisée, calme et morte. 

Q : Selon certains commentateurs,  le 450 dirigerait le 514.  Qu’en pensez-vous ?

R : Les décisions Covid de Québec illustrent le triomphe de l’esprit de campagne : les restos, c’est pour la fête des Mères et la Saint-Valentin et ceux qui ont le temps d’aller voir du théâtre, des concerts et d’aller au bistro n’ont évidemment pas d’entrée d’asphalte à arroser.  La conclusion coule de source, les services essentiels sont Walmart, Canadian Tire et Costco (une vente de Tempo possible à rater cette semaine) et le superflu : les théâtres, les cinémas, les concerts et les bibliothèques en un mot la culture.  À bas, la culture, à bas, le 514, vive le 450, vive l’agriculture !

Q :  Une carte économique du Covid donne l’impression que les régions où les riches ont leurs chalets ne risquent pas de passer au rouge. Est-ce un hasard ?

R :  Les médecins qui continuent de travailler, à voir leurs salaires faramineux augmenter, ont besoin, bien sûr, de fréquents séjours agréables dans leurs résidences secondaires avec gyms, cinéma maison et vues sur lacs et montagnes. Il est normal que les médecins, qui décident des couleurs Covid, prennent soin d’eux-mêmes.  Après tout, il faut être humain.

Q :  Certains journalistes ont remarqué que Valérie aime l’éphémère. Est-ce une nouvelle tendance pour l’aménagement urbain ?

R : Les aménagements éphémères : 400 000 $ de bancs, espaces publics, pistes cyclables et tables de pique-nique et de bebelles urbaines installés quelques semaines avant le froid.  Ce legs de « l’homme de la situation » sera comme son règne, éphémère.

Q : Valérie Plante dépense des millions $ pour aménager des voies cyclables. Cette année 34 km de voies cyclables de plus pour un total de 1,001 kilomètres.  Pour qui en fait ?

R :  La réponse coule de source, si on exclut les raisons évidentes : trop froid, trop de pluie, pas de vélos, trop vieux, hait les vélos, abandonné l’idée après 3 vols de vélos, résiste au « plaisir » de faire l’épicerie en vélos avec femme et enfants.  En fait,  il reste bien sûr « l’homme de la situation ». Puis, non finalement, Valérie se promène avec voiture, chauffeur, et stationnement réservé à l’Hôtel de Ville, payés par les « cons-tribuables ».

Q : 20 000 $ par mois de nos impôts pour un coach de communications au Dr Horacio Arruda. Une bonne idée ?

R :  Après consultations auprès de lobbyistes spécialistes de la langue de bois, nous croyons qu’un couvre-bouche bien serré serait plus efficace et moins coûteux.

Q :  Comment voyez-vous le règne Legault jusqu’à maintenant ?

R :  Le gouvernement Legault : Phase 1, interdiction aux musulmans de porter un couvre-visage en public. Phase 2, interdiction, à cause du Covid, de ne pas porter un couvre-visage en public. Phase terminale, interdiction de ne pas recycler les couvre-visages.

Q :  Et la gestion financière de la Ville de Montréal ?

R :  Valérie a dépensé 1 milliard $ en sécurité publique, dont 679 millions $ pour la police. (Journal de Montréal, 13 novembre 2020.) New York a dépensé 4 milliards donc 4 fois plus pour une population 13 fois plus grande.  Évidemment, faut comprendre, New York est une ville simple, sans conflits sociaux et raciaux alors que Montréal est bien compliquée.  Autre hypothèse, à New York quand un itinérant saoul et drogué fait une crise un policier règle le cas en 5 minutes.  À Montréal, 3 voitures de police [toujours 2 policiers par voiture] et une ambulance accourent, avec sirène (toujours) et vitesse maximum, selon un plan prévu dans les mesures d’urgence. Évidemment, c’est plus coûteux à 89 $ l’heure, plus extra les week-ends. Surtout, ne faites pas une mauvaise blague par courriel, les équipes d’interventions d’urgence, anti-émeute et canine vont sécuriser tout votre quartier.

Q : Que pensez-vous de la vie d’hôtel, place Dupuis, pour des centaines d’itinérants à Montréal ?

R : Je suis pour l’homéopathie urbaine. Préférable de dissoudre les cas problèmes plutôt que les concentrer. Un ghetto de centaines de cas complexes de drogues, d’alcoolisme et de problèmes mentaux dans un hôtel crée un cocktail Molotov social. Un autre exemple qui rappelle qu’un chameau est un cheval dessiné par un comité de fonctionnaires de la Ville de Montréal. Tous les itinérants du Québec réclameront leurs hôtels à Montréal. L’hôtel à la place Dupuis sera rapidement bondée, il faudrait ouvrir l’Hôtel de ville.

Q :  Le Canada a commandé 358 millions de doses vaccinales contre le Covid, soit 9,5 doses par habitant.  Comment sera-t-il possible d’utiliser 358 millions de vaccins pour une population totale de 37 millions d’habitants ?

R :  Au Canada on prend pas de chance.  37 millions fois deux, au cas où nous aurions besoin de 2 doses pour tous les habitants de 1 mois à 100 ans.   Donc, 74 millions de vaccins utilisables en théorie si tous les Canadiens sont vaccinés deux fois.  Il reste évidemment 284 millions de vaccins.  Nous serons donc obligés de nous faire vacciner deux fois les 2 bras et les 2 jambes pour écouler le stock.  Merci Canada, ça fait plaisir, on se sent en sécurité.

Q : Les grandes nouvelles de la semaine ?

R : Le retour, à la gloire de l’absurde, d’une grande émission culturelle à Radio-Québec : Les Appendices ! et publication de : Réflexions mentales. 2e Journal d’un Ti-Mé.  Claude Meunier. LEMÉAC, 2020, 196 p.

Photo principale : Claude Meunier

Collaboration spéciale :  Vettier de Set

Le Pois Penché
Partagez par courriel