//À la LNH, dans les petits pots les meilleurs onguents?

À la LNH, dans les petits pots les meilleurs onguents?

Michel Bureau
Le Bureau des sports
Ce n’est pas nécessairement le cas dans la LNH, il y a des exceptions bien sûr, mais ce n’est pas la norme. Brad Marchand, Gallagher, Pageau, notamment, sont des êtres d’exception, mais ils ne sont pas légion. À 5 pi 9, 186 lb, il faut être très solide et avoir une force mentale hors du commun, pour disputer 82 matchs durant une saison.

L’équipe la plus petite de la LNH avec en moyenne 5 pi 11 par joueur, et la plus légère avec un poids moyen de 189,5 lb, c’est le Canadien de Montréal. C’est après les fêtes que c’est plus laborieux pour les petits joueurs, une équipe rapide le Canadien, mais pas résistante. Selon Barry Melrose, ex-joueur dans la LNH et commentateur sportif au réseau sportsnet, l’avenir au hockey professionnel appartient aux gros attaquants de 6 pi 3 et plus. Or, le Canadien a toujours eu, au fil des ans, son lot de petits joueurs. Et cette année ne fait pas exception à la règle. Paul Byron (il vient de tomber au combat), Jonathan Drouin (absent pour minimum les six prochaines semaines), Victor Mete, Max Domi (plus l’ombre de lui même au cours des dernières semaines), Charles Hudon, Tomas Tatar, Jordan Weal, Brendan Gallagher (un être d’exception) sont tous de petits joueurs (5 pi 9 à 5 pi 10). Pas étonnant que le Canadien, année après année, manque d’énergie dans la dernière ligne droite.

À l’époque, il y a eu des petits joueurs qui ont tiré leur épingle du jeu, je pense notamment à Henri Richard qui avait des nerfs d’acier, et qui détient le record pour le plus grand nombre de coupes Stanley, 11, dans l’histoire de la LNH. Il en fallait d’ailleurs du nerf pour donner une claque sur la gueule au grand Serge Savard après une remarque désobligeante de sa part dans le vestiaire du Canadien à l’endroit du capitaine Henri Richard. Il y a eu John Mckenzie avec les Bruins de Boston, Stan Jonathan avec les Bruins, Bobby Baun avec les Maple Leafs de Toronto, mais encore là ce sont des êtres d’exception. À l’époque les petits gars avaient la couenne dure !

Le GustaveLas Olas
Partagez par courriel