//Alexandre Bilodeau et Mikaël Kingsbury, des athlètes hors de l’ordinaire

Alexandre Bilodeau et Mikaël Kingsbury, des athlètes hors de l’ordinaire

Michel Bureau
Bureau rencontre

J’en ai rencontré des athlètes en quarante ans de carrière, des personnalités, des artistes, des politiciens, etc. Mais je dois admettre que Alexandre Bilodeau et Mikaël Kingsbury sont dans une classe à part, des messieurs, des exemples pour les jeunes. Au nombre des athlètes les plus médaillés dans l’histoire du sport au Canada. Et pourtant, ils sont d’une grande simplicité. Les meilleurs sont les plus simples!

J’ai eu la chance de m’entretenir l’an dernier avec Mikaël pour une entrevue, et je l’ai rencontré alors que j’étais à la description des matchs de L’Armada dans la LHJMQ. Alexandre Bilodeau m’a aussi fait bonne impression. Il m’avait fait don de plusieurs de ses maillots à l’occasion du Tournoi de billard des célébrités au profit des enfants polymalformatif, un événement que j’ai mis sur pied pour la Fondation du regretté Paul Buisson. Alexandre est un autre athlète qui n’avait pas froid aux yeux pendant sa carrière, il composait bien avec la pression. Et quel ambassadeur pour son sport!

J’ai parlé longuement avec Mikaël de sa popularité dans son patelin à Deux-Montagnes, il a un parc qui porte son nom. Toujours aussi étonné d’avoir  eu un aussi grand hommage, il n’en demandait pas temps. Le succès ne lui a pas monté à la tête comme ce fut le cas pour trop d’athlètes qui furent mal conseillés. Bilodeau, ses parents habitent à Blainville, et Kingsbury, ont des parents exceptionnels, c’est toute la différence.  Trop de parents ont eu une mauvaise influence sur leurs jeunes, beaucoup de noms me viennent à l’esprit, mais je me garde une petite gêne. Curieusement, les délinquants ont surtout fait carrière au hockey ( Shayne Corson, Ribeiro, et cie), au football ( OJ Simpson), au baseball (Pete Rose), au golf ( Tiger Woods), la boxe (Les Hilton), mais je ne me souviens pas d’un athlète olympique québécois qui a fait un fou de lui.

J’ai suivi avec beaucoup d’intérêt les faits et gestes de Bilodeau et Kingsbury sur la piste et à l’extérieur. Rien à voir avec le comportement de certains athlètes dans les années 60, 70 et 80. Souvenez-vous de l’histoire des lampadaires sur la rive sud impliquant plusieurs joueurs du Canadien, dont notamment Chris Chelios. Et ce n’est que la pointe de l’iceberg, y a pas un journaliste qui va dire les vrais choses sur le Canadien. Mais bon, le Canadien va bien, on va faire dans le positif. Et le positif présentement c’est aussi les performances de Mikaël Kingsbury en fin de semaine dernière. Son neuvième podium en carrière lui procure maintenant le plus haut total absolu à des championnats du monde. Il est devenu le deuxième  chez les hommes seulement à réussir le combo simple-duel instauré aux championnats mondiaux en 1999. Il faut du cran pour pratiquer un sport aussi difficile pour le corps que le ski acrobatique. Même si Mikaël Kingsbury gagne sa vie dans les hauteurs, il ne regarde pas le monde de haut…Récemment, il a accordé une entrevue à mon ami Michel Thiffault de CKAJ Jonquière, avec toujours autant de professionnalisme, comme s’il accordait une entrevue à un confrère de Radio-Canada ou RDS.

Pour sa part, Bilodeau a tiré sa révérence en bonne santé, il vient tout juste de terminer un Bac à L’Université Concordia.  Alexandre Bilodeau mérite aussi d’avoir un parc, ou une rue à son nom dans Rosemère.

Promouvoir nos athlètes

Le gouvernement du Québec devrait souligner l’apport de nos athlètes avec des panneaux publicitaire le long de l’autoroute dans les patelins des athlètes les plus méritants. Guy Lafleur à Thurso, Patrick Roy à Ste-Foy, Mario Lemieux à Ville Émard, Kingsbury à Deux-Montagnes, Maurice Richard à Montréal dans le quartier Ahuntsic, Gilles Villeneuve à Berthier ( même s’il a déjà un musé à son nom), Alexandre Bilodeau à Rosemère, un peu comme au pays de l’oncle Sam, comme à titre d’exemple à Fort Lauderdale en Floride alors que la municipalité affiche un gros panneau à l’entrée de la ville:  ‘’Fort Lauderdale the home town of Joe Dimaggio’’, pour souligner les plus hauts faits d’armes de cette légende du baseball. Une belle façon de développer un sentiment de fierté, d’appartenance auprès des jeunes, surtout dans une province comme le Québec qui en a grand besoin. Cela pourrait aussi s’appliquer dans d’autres sphères d’activités. Le public pourrait être mis à contribution pour élire les personnalités de leur ville par un concours quelconque, rendu là c’est de la mécanique. Voilà peut être un projet intéressant pour la nouvelle ministre des sports Isabelle Charest, je vais lui en faire part.

Alexandre Bilodeau et Mikaël Kingsbury dans mon top 10 des plus grands sur la surface du jeu et à l’extérieur. Les autres étant: Eric Lucas, Alain Bonnamie, Guy Lafleur, Gary Carter, Jean Béliveau, David Ortiz, Jean-Yves Thériault, et Yvan Cournoyer

TAGS:
Partagez par courriel