//Derek Aucoin garde la tête haute

Derek Aucoin garde la tête haute

Michel Bureau
Alors que plusieurs sont sujet à la grande déprime pendant cette pandémie, d’autres gardent le moral et pourtant… Derek Aucoin opéré pour une tumeur au cerveau, le même cancer qui a emporté l’ex-receveur étoile des Expos Gary Carter à l’âge de 57 ans, garde la tête haute.

Il mord dans la vie. En entrevue à Tout le monde en parle, il s’est dit chanceux malgré tout. Il a réalisé son rêve d’enfiler l’uniforme des Expos, et garde espoir de battre cette terrible maladie. Ce qu’il trouve particulièrement difficile, pendant pandémie, c’est ne pas pouvoir jouer avec son fils Dawson (en honneur de son idole André Dawson) au hockey bottine dans la rue, de se lancer à la balle avec lui. Il voue une admiration sans borne pour sa conjointe Isabelle qui l’appui pendant cette épreuve. Son livre Gardez la tête haute aux Éditions de l’homme est déjà un best seller. Son médecin lui a dit de faire sa liste d’épicerie, il voulait passer à Tout le Monde en parle, c’est maintenant chose faite. Il tenait à faire un témoignage pour encourager les gens à garder espoir pendant cette période d’incertitude.

Le sympathique géant (6 ’’ 7) n’a pas joué longtemps pour les Expos, deux matchs, mais il en garde un précieux souvenir. Après un court séjour avec le grand club, il avait été retourné dans les mineurs. Puis s’en est suivi une dépression. C’était tout de même tout un exploit pour un petit gars de Boisbriand de se rendre jusque dans les majeurs. En somme, il n’y en a pas eu beaucoup de joueurs québécois à jouer dans la meilleure ligue de baseball au monde. C’est plus difficile qu’au hockey alors que les joueurs ont l’avantage de jouer pour la plupart dans leur province. Claude Raymond, Ron Piché, Raymond Daviault, Éric Gagné, Russell Martin, Aumont (il a été invité au camp d’entraînement des Blue Jays de Toronto cette année), Denis Boucher et Derek Aucoin sont au nombre des joueurs québécois qui ont fait carrière dans les grandes ligues. Un stade baseball porte le nom de Derek Aucoin à Boisbriand. Derek est toujours demeuré dans l’entourage des Expos. Après le départ de l’équipe, il a entrepris une carrière dans les communications. Il ne manquait pas de travail, lorsque la maladie l’a frappé de plein fouet. Il était en ondes au 98,5 FM avec une quotidienne Les amateurs de sport analyste aux matchs dans le baseball majeur sur TVA Sport. Il m’a confié qu’il était privilégié de faire carrière les communications. Et force est d’admettre qu’il se débrouille fort bien au micro, pertinent dans ses analyses, il partage bien cette passion du baseball qui l’anime.

C’est Derek Aucoin qui m’a présenté Mark Grudzielanek, l’ex-joueur d’avant champ des Expos, avec qui je suis demeuré un an dans le quartier Ahuntsic, soit lors de son arrivée avec le grand club. Derek avait pris part à une activité promotionnelle à Montréal-Nord que j’avais organisé avec Grudzielanek, qu’il avait connu dans les mineurs, ce dernier était alors dans le club-école des Expos à l’époque. Il m’avait présenté Grudzielanek comme un futur joueur étoile des Expos, il avait vu juste Derek. Mark Grudzielanek est devenu le meilleur frappeur de doubles dans l’histoire des Expos, il a fait sa marque par la suite avec les Dodgers de Los Angeles pour lesquels il a évolué pendant cinq ans avant de terminer sa carrière sous d’autres cieux. Une source d’inspiration Derek Aucoin pour nous tous !

Partagez par courriel