//Felipe Alou sous son mauvais jour

Felipe Alou sous son mauvais jour

Michel Bureau
Bureau rencontre

Cette nouvelle a fait beaucoup jaser à l’époque à la radio, dans les quotidiens. Bref, la montée de lait de Felipe Alou à mon égard a suscité beaucoup d’intérêt. Et tout cela parce qu’il n’avait pas aimé ma question. Une question pourtant toute simple. Pourquoi avoir cloué sur le banc Vladimir Guerrero à la cinquième manche qu’importe le pointage, les gens sont venu pour voir jouer Vladimir. Plusieurs des journalistes sur la galerie de presse étaient en accord avec moi, mais personne n’a eu l’audace de poser LA QUESTION à Felipe Alou. Il faut dire que Felipe était très populaire auprès de plusieurs journalistes influents. J’avoue que c’était un match à sens unique, mais quand même…

Felipe « en beau simonac » après moi m’a demandé si j’avais des compétences en matière de baseball. J’en ai fait la démonstration. Il m’a par la suite invité à demeurer dans son bureau après son point de presse, ce que j’ai refusé. Ron Fournier en avait grandement fait mention dans son show de fin de soirée. Il en avait été question également dans le Journal de Montréal et la Presse le lendemain. Rodger m’avait trouvé un peu trop audacieux, mais bon. Deux mois plus tard, Felipe Alou était remercié de ses services par grand galop et petit trot. Je ne pense pas que ce fut la raison pour laquelle Felipe avait perdu son job. Je ne sais pas si Felipe savait qu’à l’époque j’étais co-loc avec un de ses joueurs Mark Grudzielanek. Mais deux semaines après ma rencontre avec Felipe dans son bureau en présence des médias, il a envoyé Mark Grudzielanek dans le club école. Fort heureusement, il n’a pas eu le choix de rappeler Grudzielanek, et plus jamais il n’a été rétrogradé par la suite dans sa carrière. Je me souviens que Mark m’a dit un soir ‘’Felipe Alou piss me off’’ en revenant à la maison.

Grudzielanek a connu une brillante carrière dans les majeurs, il est celui-ci qui totalise le plus de double dans une saison dans l’histoire des Expos. Felipe également a connu une brillante carrière dans le baseball majeur. Et connu une belle carrière comme entraîneur-chef avec les Expos. Il a relancé l’équipe. J’ai beaucoup de respect pour l’homme de baseball, mais pour la diplomatie on va repasser, très condescendant Felipe. Et il a fait preuve de favoritisme en donnant aussi souvent la balle à son neveu Mel Rojas, pas nécessairement  le plus grand releveur dans l’histoire des Expos. Il faisait la job en moyenne une fois sur quatre. Pas un Eric Gagné pour tout vous dire. Mon oncle Felipe a permis à son neveu d’empocher des millions ailleurs par la suite, et comme prévu il n’a pas livré la marchandise. Je lève tout de même mon chapeau à Felipe pour l’ensemble de son oeuvre. Il a pris l’équipe à terre pour lui redonner une certaine fierté.

Partagez par courriel