//Guy Lafleur une source d’inspiration

Guy Lafleur une source d’inspiration

Michel Bureau
Après avoir subi un quadruple pontage, une opération au poumon, Guy Lafleur est de retour sur ses deux jambes en relativement bonne forme.

De passage à l’émission, TOUT LE MONDE EN PARLE, Lafleur s’est fait rassurant sur son état de santé. Il a profité de son passage à cette populaire émission pour lancer le vin Guy Lafleur, qui sera en vente demain dans toutes les succursales de la SAQ. Guy Lafleur qui pendant toute sa carrière grillait une cigarette entre les périodes a cessé de fumer. « Je fumais pendant ma carrière pour être à la même vitesse que mes adversaires », de dire, sourire en coin, la légende du Canadien. Lafleur avait quasi toutes les artères bloquées.

C’est lors d’un examen qu’il pensait être un examen de routine que Guy Lafleur a été hospitalisé sur le champ. Guy devait passer un examen médical pour le renouvellement de son permis de pilote d’hélicoptère. C’est après un voyage de pêche qu’il a eu l’idée d’aller voir un médecin plus rapidement que prévu. C’est un… ours qui  lui a donné le signal d’alarme. « Mon invité a vu un ours derrière lui, c’est alors que j’ai lancé des roches à l’ours dans l’espoir qu’il quitte. Tout de suite après, nous avons quitté les lieux en montant une pente abrupte rapidement pour gagner l’hélicoptère. J’ai eu le souffle court, et je m’étais promis d’aller voir un médecin dès mon arrivée », de dire la sympathique légende de notre sport national. Guy qui est aussi ambassadeur du club de hockey Canadien, a pris part à sa toute première activité promotionnelle récemment au Centre Bell. L’ex-numéro 10 du Canadien, est non seulement adulé par les partisans, mais aussi par ses ex-coéquipiers, des adversaires, et les membres de la presse parlée et écrite. « Bobby Orr a pris de mes nouvelles récemment sur mon état de santé », raconte Guy Lafleur qui était peiné d’apprendre que son ex-coéquipier Guy Lapointe souffrait d’un cancer de la gorge.

J’ai eu la chance de passer un après-midi avec Guy Lafleur lors d’un événement promotionnel à Boisbriand, il y a quelques années, et il a été d’une patience d’ange avec les partisans, de commerce agréable. Il aura été le dernier joueur du Canadien a soulevé les partisans des glorieux. Après une retraite qui n’était pas voulue, il a poursuivi sa carrière dans l’uniforme des Nordiques, et terminé celle-ci avec les Rangers de New York. Jacques Lemaire en avait fait un réserviste lorsqu’il était l’entraîneur du Canadien, ce qui avait soulevé l’ire de Guy Lafleur, et pour cause. Le Canadien aurait eu avantage à lui donner un poste stratégique à ce moment-là pour les décisions hockey dans son organisation, Serge Savard qui était alors le directeur-gérant du tricolore, a reconnu qu’il avait commis une erreur en n’offrant pas un poste à la hauteur des compétences de Guy Lafleur. Il aurait été excellent dans le rôle d’adjoint au directeur-gérant. Encore aujourd’hui, c’est inconcevable que le Canadien ne consulte pas davantage les anciens joueurs. Les conseils de Guy Lafleur seraient fort utiles pour le jeu de puissance du Canadien qui ne va nulle part depuis déjà trop longtemps. Guy Lafleur aura marqué l’histoire du Canadien au même titre que les Maurice Richard et Jean Béliveau. Guy Lafleur, c’est plus qu’un ambassadeur, c’est le Canadien, le dernier grand glorieux sur une longue période encore vivant.

Le Gustave
Partagez par courriel