Capitaine Suzuki maître à bord

Capitaine Suzuki maître à bord. Par Michel Bureau.
Nick Suzuki n’est pas le plus démonstratif dans le vestiaire, mais prêche par l’exemple sur la patinoire. Marc Bergevin n’aura pas fait que de mauvais coups comme directeur général du Canadien, la transaction Pacioretty-Suzuki avec les Golden Knights de Las Vegas fut un coup de maître, un vol !

On doit aussi à Bergevin la sélection de Goal Caufield. Le tandem Suzuki-Caulfield est l’un des plus explosifs dans la Ligue nationale présentement. Il y a belle lurette qu’on a vu un joueur du Canadien dans le top 10 des meilleurs compteurs dans la LNH. Il marque non seulement des buts, le 14 du tricolore, mais l’adversaire en compte rarement lorsqu’il est sur la patinoire (+6), c’est aussi le cas pour Caufield (+3). Suzuki mérite amplement le C sur son chandail. L’ex-entraîneur du Canadien, Michel Therrien, avait déjà confié à des amis lors d’un tournoi de golf que Pacioretty fut le pire capitaine dans l’histoire des glorieux. Therrien avait nié par la suite avoir tenu de tels propos, encore la faute des maudits journalistes. Chose certaine, cette fois on a fait le bon choix, et le capitaine Suzuki est là pour longtemps. Enfin, de la stabilité pour les années à venir.

Ce n’est pas un seul joueur qui soulève la foule au Centre Bell par le temps qui court, mais deux en particulier en Suzuki et Caufield, du jamais vu depuis Alex Kovalev. Le trio Suzuki, Caufield et Dach (une acquisition de Hughes) représente une force de frappe que le Canadien n’a pas eu depuis le trio Lemaire, Lafleur et Shutt. Dach présente lui également des statistiques fort intéressantes, quatre buts et neuf passes, et + 5 à sa fiche.

Deux gardiens pour le prix d’un

Martin St-Louis peut miser sur deux gardiens fiables, l’entraîneur des gardiens Éric Raymond, que j’ai connu alors qu’il évoluait pour le Collège français dans la ligue Junior majeure du Québec, fait de l’excellent travail notamment avec le jeune Samuel Montembeault que j’ai eu l’opportunité de voir à l’œuvre plusieurs fois alors qu’il évoluait pour L’Armada de Blainville-Boisbriand dans la LHJMQ. Ainsi, pour moins de dix millions $ par année, le salaire de Carey Price, le Canadien a deux bons gardiens.

Il y a encore loin de la coupe aux lèvres, j’en conviens, mais c’est un maudit bon début. Et n’y a personne qui s’ennuie de Ducharme, encore là, très bonne décision de Kent Hughes le choix de Martin St-Louis comme entraîneur-chef de la Sainte Flanelle, lui il a compris Let’s the children play. Finalement, et contre toute attente, nous aurons droit à une très bonne saison. Un peu de baume à l’approche d’un autre hiver rigoureux.

Las OlasMains Libres

Michel Bureau

Le Bureau des Sports