Patrick Roy chez l’ennemi juré du Canadien…

Patrick Roy n’a pas confirmé s’il était de retour avec les Remparts de Québec l’an prochain, il avait de grandes attentes cette année, mais son équipe a baissé pavillon devant les Cataractes de Shawinigan. Je doute fort qu’il soit de retour. Il n’a plus rien à prouver dans la LHJMQ.

Et comme Patrick est un gars de défi, il y a tout lieu de croire qu’il fera un retour comme entraîneur-chef dans la Ligue nationale. Il y a six équipes qui sont à la recherche d’un entraîneur-chef, dont les Bruins de Boston, une équipe taillée sur mesure pour Patrick Roy. Et dans cette éventualité, le capitaine des Bruins, et un des joueurs les plus complets dans la LNH, Patrice Bergeron, pourrait être tenté de poursuivre sa carrière une autre saison. La gloire de L’Ancienne Lorette est en réflexion en ce moment. Il y a les Stars de Dallas et le protégé de Patrick Roy, Alexander Radulov, mais le marché de Boston est plus attrayant. Patrick Roy a vendu sa luxueuse résidence de Beauport, récemment, son avenir n’est plus à Québec. Il y a également les Flyers de Philaldelphie, mais c’est une équipe en reconstruction. Il y a les Golden Knights de Las Vegas, aussi, mais ils ont congédié leurs deux premiers entraîneurs dont Gérard Gallant qu’ils ont laissé sur le coin de la rue, rien de rassurant pour le prochain entraîneur. Donc, ce n’est pas une option pour Patrick Roy.

Je sais cela peut sembler loufoque, mais souvenez-vous Claude Julien avait dit à un journaliste de Boston qu’il détestait les Canadiens, et pourtant le Canadien sous la férule de Marc Bergevin lui a offert un contrat  faramineux, contrat qu’il accepté sur le champ. Comme disent les Américains Money talk, bullshit walk. Nul doute que Patrick Roy pourrait relancer les Bruins, une équipe à son image. Chose certaine, les équipes à la recherche d’un entraîneur-chef vont statuer avant le repêchage de juillet à Montréal, il va y avoir beaucoup de mouvements de personnel d’ici là. Claude Julien, Alain Vigneault, Michel Therrien, sont aussi libres comme l’air, mais ils n’ont pas la stature de Patrick Roy, je m’excuse, mais ils sont passés date.

Dominique Ducharme s’est cassé les dents avec les Canadiens, pas de calibre pour diriger des hommes, à la toute fin, il n’avait plus le contrôle sur son équipe. Joël Bouchard est aussi disponible, une bonne tête de hockey, mais est-ce suffisant. Alors que Patrick Roy a prouvé qu’il peut non seulement diriger de jeunes joueurs, mais également des vétérans. Il impose le respect. Il a le contrôle sur son équipe.  Et Patrick Roy s’est assagi depuis son passage comme entraîneur-chef avec L’Avalanche du Colorado, et le conflit avec Joe Sakic. Il n’y a pas un seul média qui a parlé de la possibilité que Patrick Roy devienne le prochain entraîneur-chef des Bruins. Il faut dire que le journalisme sportif d’enquête n’est pas la tasse de thé de mes confrères.

La plupart ont les mains liées. À preuve, nous n’avons toujours pas eu de détails concernant cette poursuite contre Hockey Canada pour un viol collectif survenu en 2018, pas un seul journaliste n’a fait enquête là-dessus, si ce n’est que nous avons appris du bout des lèvres que certains joueurs présentement dans la LNH seraient impliqués dans cette histoire. Équipe Canada junior de 2018 était dirigée par… Dominique Ducharme, Joël Bouchard a aussi joué un rôle au sein de cette formation qui comptait notamment dans ses rangs : Maxime Comtois, Drake Batherson, Cal Foote, Cale Makar, Victor Mette. Les agents de certains joueurs de cette édition ont rapidement nié l’implication de leurs protégés dans cette histoire. La Ligue nationale n’a toujours pas donné suite.

Je serais curieux de connaître l’agenda de Patrick Roy dans les prochains jours, mon petit doigt me dit qu’il y a un voyage de prévu à Boston. Une histoire à suivre…  Je salive en pensant à un match Montréal-Boston avec Patrick Roy derrière le banc des Bruins ! Les Bruins qui comptent plus de partisans au Québec que n’importe quelle autre formation dans la LNH en seraient assurément fort heureux. Tout est possible dans ce bas monde, qui aurait dit que Bernard Drainville, un indépendantiste, aurait rallié les rangs de la CAQ, mais ça c’est une autre histoire.

Le PluvierJGA

Michel Bureau

Le Bureau des Sports