//Yvan Cournoyer, un leader silencieux

Yvan Cournoyer, un leader silencieux

Michel Bureau
Yvan Cournoyer aura connu une brillante carrière dans l’uniforme tricolore, gagnant de dix Coupes Stanley. Il a été le capitaine le plus silencieux dans l’histoire du Canadien, il donnait l’exemple par ses performances sur la patinoire. Il n’était pas du genre à faire de longs discours dans le vestiaire.

En carrière, Yvan Cournoyer, surnommé le roadrunner a amassé plus de 1 000 points, dont plus de 500 buts. Il a connu ses heures de gloire à l’ancien forum. Il a entrepris sa carrière avec le Canadien junior en 1961, pour ensuite faire le grand saut avec le Canadien de Montréal. Le mythique forum de Montréal aura été sa deuxième maison. Il a eu un pincement au coeur lors de la fermeture de l’amphithéâtre, il y a déjà 25 ans. À 77 ans, Yvan Cournoyer est toujours dans une bonne condition physique. Il faut dire qu’Yvan n’a pas abusé des bonnes choses de la vie. C’était un athlète très discipliné. Après sa carrière, il a été entraîneur adjoint chez le Canadien, puis entraîneur-chef des Roadrunners de Montréal, de la défunte ligue de roller-hockey. Mais le job d’entraîneur ce n’était visiblement pas sa tasse de thé. Il a contribué largement à la glorieuse époque du Canadien. Il a confié à mon confrère Michel Tassé, « que les fantômes du Forum n’ont pas suivi au Centre Bell, parce qu’on n’a pas voulu d’eux autres’’. En somme, on n’a plus recours aux précieux conseils de ses glorieux, semble-t-il, et pourtant. 

En parlant de l’ancienne demeure du Canadien, Yvan Cournoyer a encore frais en mémoire un match contre les Kings de Los Angeles en pleine tempête du siècle en 1971, devant seulement 3 000 spectateurs. J’ai moi aussi souvenir de cette fameuse partie. Yvan avait quitté son domicile en auto, mais les chemins étaient bloqués, il a ensuite rebroussé chemin chez lui pour prendre sa motoneige pour se rendre au Forum avec Jacques Lemaire. Le Canadien avait gagné ce match, et Yvan s’était inscrit à la feuille de pointage tout comme Lemaire. Mais rien ne peut battre les dix conquêtes de la Coupe Stanley de Yvan Cournoyer avec les Canadiens. Yvan était ce genre de joueur qui pouvait changer l’allure d’une partie, le genre de joueur qui manque cruellement aux Canadiens depuis des lunes. Bref, il faut remonter aussi loin qu’à l’époque de Guy Lafleur pour trouver un joueur aussi dominant.  Yvan n’était pas le plus grand de taille, mais assurément le plus talentueux, le plus courageux!

 

Le Pois PenchéCarnaval des couleurs 3e édition
Partagez par courriel