//Ron Fournier, le gourou de la chapelle sportive

Ron Fournier, le gourou de la chapelle sportive

Michel Bureau
Bureau rencontre

Ron Fournier vient encore en tête de liste pour les ‘’cotes’’ d’écoute en fin de soirée avec ‘’Bonsoir les sportifs’’ au 98.5 fm. Son style bien particulier ne plaît pas à tous, mais moi je l’aime bien. Il est drôle, sympathique, et il pose des questions pertinentes. En prime, il a beaucoup d’imagination, et c’est tout un raconteur. Et surtout, il sait mettre en valeur ses nombreux collaborateurs.

Ron rêvait de devenir officiel alors qu’il était enseignant faisant beaucoup de suppléance. ‘’Je me retrouvais très souvent avec des enfants turbulents. Je parvenais à capter leur attention en leur parlant de sport. A l’époque, j’étais arbitre dans des circuits mineurs pour arrondir mes fins de mois’’. Il confesse qu’il y a des joueurs qui ont tout fait pour le faire mal paraître en particulier Dave ‘’Tiger’’ Williams et Ken Linseman, deux petits diables, à qui Ron Fournier a donné son absolution.

Que de chemin parcouru depuis par le prophète du sport. Il a fait ses débuts avec feu Rhéaume ‘’rocky’’Brisebois à CJMS, puis il a travaillé avec les Richard Garneau, Mario Tremblay, Pierre Trudel, Pierre Houde, Jean-Paul Chartrand, Paul Arcand, etc. Ron est convaincu que parmi tout ce beau monde avec lequel il a travaillé, certains pourraient avoir des choses à lui reprocher, mais les critiques qu’il prend sérieusement en considération viennent de sa conjointe Chantal avec qui il partage sa vie depuis près de trente ans. ‘’Chantal me reproche souvent de prendre tout le plancher dans des soirées lorsque je raconte mes histoires, j’oublie que Chantal les écoutent pour la 500 ième fois. Je me dois définitivement d’être plus à l’écoute’’. Notre gourou est aussi distrait. Il a reçu à quelques occasions la visite des pompiers à sa résidence de St-Lambert, il oubliait souvent son steak sur le feu. ‘’Que voulez-vous notre détecteur de fumée est très sensible’’. Mais ce qui l’exaspère le plus c’est le manque de jugement chez une personne. ‘’Une personne intelligente ne m’impressionne pas nécessairement, il en va autrement pour une personne qui a du jugement une belle grandeur d’âme, et qui démontre une certaine ouverture d’esprit’’.

La télé s’incline devant Ron

Ron Fournier a toujours été partout ,quasi autant que Rodger Brulotte. Nous pouvons l’entendre au quotidien depuis des lunes. Ses expressions colorées  sont bien souvent reprises dans l’émission de Paul Arcand le lendemain matin. Il donne matière à réfléchir l’ami Ron. La télévision est arrivée tardivement dans sa vie. ‘’La télévision ne faisait pas vraiment partie de mon plan de carrière. Mike Pepperni m’avait pressenti pour devenir le tout premier animateur de l’émission 110% à Quatre Saisons. J’ai décliné son offre parce que cela ne m’intéressait pas vraiment. De me taper toute cette route pour me rendre en studio chaque soir me pesait lourd A la suite de l’alliance à l’époque entre TVA et le groupe Corus, on m’a fait une offre pour faire des commentaires. J’ai accepté mais à certaines conditions. Il était hors de question que je me déplace. TVA a alors aménagé un studio chez moi’’. La radio demeure son média favori. Ron tenait aussi à ses quatre mois de congé par année. ‘’Je suis un travailleur à temps partiel à temps plein’’, de faire remarquer Ron qui partage sa vie entre St-Sauveur et St-Lambert.

Le contact avec son public

Toute la visibilité qu’il a droit fait en sorte que Ron est reconnu partout sur la rue. ‘’Je n’ai pas de problème avec cela. On m’a raconté que René Lecavalier, un modèle pour moi comme descripteur des matchs du Canadien à la télé, avait beaucoup de difficulté à composer avec une certaine célébrité, qu’il se cachait chez lui. Cela m’avait fait beaucoup de peine d’entendre cela’’, de conclure Ron qui a été immortalisé l’an dernier à l’aréna D’Ahuntsic. Ron a maintenant un vestiaire celui des arbitres qui porte son nom avec de nombreuses photos sur les murs rappelant les grands moments de sa carrière comme officiel dans la LNH. Il faudrait aussi lui faire une place au temple de la renommée du sport au Québec!

Partagez par courriel