//Il fait bon vivre à Charlottesville

Il fait bon vivre à Charlottesville

Roger Huet

En quittant Richmond, nous avons roulé sur de belles routes à travers des collines verdoyantes et boisées. Le paysage est magnifique et je le buvais des yeux. Ma guide, Brigitte Bélanger Warner, connaît ces routes de campagne comme sa poche. Nous sommes arrivés Charlottesville, qui est une ville à taille humaine de 400 000 habitants. La voiture s’est arrêtée à l’entrée de la Residence Inn Downtown, de la chaîne Marriott, qui est à un jet de pierre du quartier historique.

Les suites sont de petits appartements tout équipés, très confortables, avec belle vue sur la ville. J’avais la soirée libre et ma guide m’avait suggéré de découvrir l’Historic Downtown Mall, qui est l’ancienne rue principale, devenue piétonnière.

roger charlottesville historic downtown mall1

Sur une longueur de huit pâtés de maisons, plus de 120 commerces s’y côtoient, pêle-mêle: des restaurants, des galeries d’art, des boutiques d’artisanat, des boutiques gourmandes, des antiquaires, un cinéma, un théâtre: The Paramount. Ce soir, on y jouait Un Américain à Paris.

roger charlottesville historic downtown mall2

Tout au bout de la rue, il y a l’hôtel de Ville, un amphithéâtre, le Pavillon, qui accueille de nombreux événements et des concerts gratuits l’été, le Downtown Visitors Center, qui sert de bureau d’information pour les touristes, et un long mur de 16 mètres, appelé The Freedom of Speech Wall. Il a été créé par le Thomas Jefferson Center pour la protection de la libre expression. C’est un monument au Premier Amendement qui rappelle que Jefferson a été un grand défenseur de la liberté de parole.

roger charlottesville mur lamentations

Vous pouvez écrire à la craie vos états d’âme. Certains expriment leurs frustrations ou leurs joies, et les amoureux leurs bonheurs et leurs peines. J’ai pris une craie et j’ai moi aussi laissé un petit peu de mon état d’âme, pour faire partie de la ville. Après, je me suis senti comme un citoyen de Charlottesville.

roger charlottesville historic downtown mall3

Cette rue longue d’environ un kilomètre est l’endroit le plus convivial au monde. Les restaurants sont pleins. Les habitants viennent de tous les quartiers pour boire la fraîcheur du soir sur les terrasses. Tous se mêlent: artistes, gens de la classe moyenne, des groupes de jeunes gens et surtout de jeunes filles. Parfois on voit un original qui vous dit en passant une pensée judicieuse ou sans aucun sens. Je suis allé manger une pizza chez Christian’s Pizza. Il est célèbre. Nulle part ailleurs en ville, vous ne trouverez des pizzas à croûte mince aussi délicieuses que chez Chris.

Charlottesville est une ville où la live music est très présente. Il y a de nombreux petits clubs de 50 personnes et moins où on peut l’écouter, mais il y a aussi le John Paul Jones Arena avec 15 000 sièges, où se produisent beaucoup d’artistes.

Le samedi 8 septembre 

C’est samedi, jour du Charlottesville City Market. Je me suis levé de bonne heure, parce que j’aime savoir comment se nourrissent les gens des villes que je visite. Ce marché du samedi se trouve sur la Water Street. C’est un marché à ciel ouvert, avec beaucoup d’étals. Une variété de produits de bouche d’abord, mais aussi toutes sortes d’autres choses, même des bijoux. Un vrai marché populaire, en somme! Ce qui fait son intérêt, ce sont quand même les magnifiques fruits et légumes, que des petits paysans locaux ont cueilli la veille, mûrs à point et parfumés. En Virginie, on favorise partout la consommation des produits locaux. C’est ancré dans les mœurs.

roger charlottesville city market legumes

La musique est très présente à Charlottesville; au marché, il y avait un espace où un groupe jouait du country.

roger charlottesville city market

Un policier me suivait des yeux, je le saluai, il me répondit aimablement. Il avait tout de suite repéré qu’il y avait quelque chose en moi qui n’avait pas la couleur de Charlottesville. Il est vrai que des villes comme Richmond et Charlottesville ont une vie propre, indépendante du tourisme, et c’est pourquoi elles sont encore plus belles.

Mais à part le marché du samedi, à deux pas de là, il y a le Market Street Wineshop, où on vous propose 1200 bouteilles différentes de vin, 400 sortes de bière et de cidre, de la région de Charlottesville, mais aussi de partout dans le monde. C’est également un marché de fine bouche, où l’on trouve entre autres des chocolats et des fromages exceptionnels.

À 11h30, Bri est venue me chercher à l’hôtel, pour m’amener au Pippin Hill Farm & Vineyards.

roger charlottesville pippin hill vue

La campagne est ici vallonnée, très verte et souvent boisée. Les collines offrent des vues extraordinaires.

roger charlottesville vgnoble pippin hill

On arrive à Pippin Hill en traversant ses vignobles qui sont magnifiques et en parfaite santé.

Pippin Hill comprend plusieurs maisons de ferme anciennes, dont la première ayant été aménagée en restaurant et en salle de dégustation.

roger charlottesville pippin hill tasting room farms

Nous avons été accueillis par le propriétaire, Dean Porter Andrews, qui avec son épouse Lynn Easton a créé cet endroit exceptionnel pour célébrer le vin, la bonne cuisine et la vie. Pippin Hill est un des endroits préférés des gens de la région pour célébrer un mariage.

roger charlottesville dean brigitteDean Porter Andrews et Brigitte Bélanger-Warner 

Nous avons dégusté des vins délicieux produits au domaine. Pippin Hill est un des 25 domaines vinicoles de la région de Monticello, fondée par le président Thomas Jefferson, qui a été le premier viticulteur des États-Unis.

Le maître des vignes est Chris Hill et les vins sont élaborés à 15 km de là, à la Michael Shaps Virginia Wineworks, qui sont partenaires de Pippin Hill.

La marque Pippin Hill comprend une douzaine de vins, dont deux mousseux, un vin de type porto et un rosé. Nous avons dégusté trois vins issus de cépages qui donnent des résultats remarquables dans la région: Le Viognier, le Sauvignon blanc et le Petit Verdot.

roger charlottesville vins pippin hill

Nous remarquons que les vins de la Virginie titrent entre 12 et 13 degrés d’alcool, et sont beaucoup moins alcooleux que ceux de la côte Ouest américaine, qui titrent souvent au-dessus de 14 degrés. En France, le Petit Verdot est utilisé comme cépage d’appoint à cause de sa complexité, mais en Virginie, il s’est tellement bien adapté au terroir, qu’il donne des vins intéressants, en monocépage, des vins de gourmandise.

roger charlottesville ian rynecki

Le chef exécutif Ian Rynecki a quitté ses fourneaux pour nous dire bonjour. Il a fait ses preuves dans les grands restaurants de San Francisco et de New York et trouve dans l’environnement de Monticello l’équilibre, et les produits de qualité et de proximité qui sont essentiels pour sa cuisine.

roger charlottesville mets

roger charlottesville desserts

Nous avons dégusté une délicate Coriander Carrot Ginger Soup, suivie d’une assiette de pappardelles à la viande, suivie d’un poulet aux figues fraîches, et nous avons terminé avec deux desserts, car nous sommes gourmands et ils étaient tous les deux à nôtre goût. Les vins choisis faisaient un très beau mariage. Le service était impeccable.

Pippin Hill Farm, 5022 Plank Road, North Garden Virginia 22959 USA, tel.: 434 202-8063.

Nous avons repris la route pour aller visiter la cidrerie Albemarle Ciderworks. Tout a commencé lorsque Bud Shelton, qui prenait sa retraite dans les années 1990, a planté un verger avec des pommiers, pour son plaisir. Quelque temps plus tard, sa fille Charlotte, qui assistait à une dégustation de fruits à Monticello, est rentrée avec un échantillonnage de pommes qui n’étaient plus commercialisées. Ils ont alors eu l’idée de planter des pommiers anciens et de vendre ces pommes au marché local. Au début ils avaient 20 variétés; ils en comptent aujourd’hui plus de 250. De là à faire du cidre il n’y avait qu’un pas, qu’ils ont vite franchi.

La plupart des pommes que l’on trouve ici ne sont pas natives des États-Unis.

Elles ont été importées d’Europe au long des siècles, surtout pour faire du cidre, qui était une boisson très populaire dans les siècles passés car l’eau n’était pas toujours potable. Le président Jefferson avait fait pousser plusieurs sortes de pommiers dans la région de Monticello, où il avait sa résidence.

Le domaine Albemarle Ciderworks demeure une entreprise familiale conduite toujours par Bill, Charlotte et Chuck Shelton. La jeune Anne Shelton vient de se joindre à l’équipe.

roger charlottesville albemarle ciderworks equipeLa force créatrice 

Beaucoup de producteurs pensent que les meilleurs cidres sont d’assemblage, ce qui n’est pas tout à fait la conviction de Bill, qui croit aux monocépages, quoique son cidre le plus recherché soit le Jupiter legacy, qui est fait de plusieurs variétés de pommes. Il faut reconnaître que les monocépages mettent en valeur le caractère de ces vieilles variétés récupérées de l’oubli.

roger charlottesville albemarle ciderworks

Les pommes à cidre sont souvent très acides et ne peuvent pas être consommées à table. Selon les saisons, l’Albemarle Ciderworks offre des cidres aux goûts très différents; ceux que nous avons essayés étaient excellents.

Albemarle Ciderworks, 2545 Rural Ridge Lane PO.Box 210 North Garden VA 22959 USA, tel.: 434 297-2326.

Nous sommes ensuite allés visiter les King Family Vineyards, qui sont situés au pied des Blue Ridge Mountains, tout près de Charlottesville. Il s’est mis à pleuvoir des cordes, ce qui nous a un peu gâché la vue d’un paysage qui est à couper le souffle. Les vins de la famille King sont très populaires en Virginie et la salle de dégustation était pleine en dépit de la pluie.

Le domaine a été créé par Ellen et David King, deux avocats texans qui, en 1996, décident de prendre leur retraite et commencer une nouvelle vie, en Virginie. Ils fondent le domaine vinicole qui porte leur nom. Leurs fils Carrington, Stuart et James, après avoir réussi dans différentes carrières, ont rejoint le domaine et sont en train de l’agrandir. Le maître de chai est un Français talentueux, Mathieu Finot, né à Crozes l’Hermitage, dans la Vallée du Rhône, en France.

roger charlottesville king family vignoble

Les vignes s’étendent sur 13 hectares, sur des sols argilo-calcaires-limoneux qui drainent bien et qui sont situés à une altitude moyenne de 250 mètres.

Nous avons dégusté deux vins produits en édition limitée: l’Orange Viognier 2016 et le Cabernet Franc 2016 ainsi qu’un Meritage 2010 rouge. Meritage est une appellation américaine pour des vins d’assemblage de type bordelais, haut de gamme.

Les éditions limitées sont des vins destinés à exprimer le caractère unique des vignobles du domaine. Chaque bouteille est étiquetée à la main, scellée avec de la cire et numérotée.

roger charlottesville king family wines

Le Meritage est un vin grandiose. J’exprimai mon regret de ne pas avoir du fromage pour accompagner ce vin. Le sommelier nous indiqua que dans la salle à côté, ils avaient des fromages à vendre. Nous avons trouvé un très vieux cheddar de 7 ans avec lequel nous avons fait un mariage parfait.

King Family Vineyards, 6550 Roseland Farm, Crozet, Virginia 22932-3336; tel 434 823-7800.

Nous avons repris la route et on m’a déposé à mon hôtel pour un court repos avant le souper.

Une heure plus tard, Brigitte m’attendait au lobby pour aller au Red Pump Kitchen.

Charlottesville est fière de la diversité et de la qualité de ses cuisines et Red Pump Kitchen est une des places gastronomiques du centre-ville. Elle est au cœur du populaire Historic Downtown Mall.

roger charlottesville facade mall

L’atmosphère est bon chic, bon genre, à la fois décontractée et festive.

roger charlottesville red pump kitchen

Avec une cuisine ouverte et un four à bois classique, la nourriture est méditerranéenne contemporaine avec une touche toscane. Leur carte de vins est très bien fournie.

roger charlottesville assiettes

Nous avons très bien mangé.

Red Pump Kitchen, 401 E. Main Street, Charlottesville, Virginia 22902, tel. 434 202-6040.

Le dimanche 9 septembre 

À 10 heures, Brigitte est passée me prendre à l’hôtel pour m’amener à Carter Mountain Orchard, une plantation de pommes vieille de trois siècles.

Pendant trente minutes nous avons parcouru des routes brillantes sous la pluie, bordées d’une végétation d’un vert intense.

L’histoire de Carter Mountain Orchard a commencé lorsque l’honorable John Carter, secrétaire de la colonie de Virginie, a obtenu une concession de 3250 hectares de terrain en 1729. En 1771, une grande partie de la montagne a été cédée à Thomas Jefferson en paiement d’honoraires, pour des services juridiques. Jefferson exerçait alors la profession d’avocat et n’était pas encore président des États-Unis. Cette partie du domaine est passée intégrer Monticello, la propriété voisine des Jefferson.

roger charlottesville paysage pluieCarter Mountain Orchard sous la pluie 

Le domaine, aujourd’hui connu comme Carter Mountain Orcharda changé de mains à plusieurs reprises au cours des 200 dernières années. La famille Chiles, propriétaire de Crown Orchard, a commencé à exploiter la Carter Mountain Orchard en location au début des années 1970 et a fini par acheter la propriété en 1985. Les pommes étaient cultivées pour la consommation et expédiées sur tout le territoire des États Unis.

En 1974, la Virginie connaît un hiver si froid que les pommiers ne donnent presque pas de fruits. N’ayant pas assez de production pour embaucher des cueilleurs, les Chiles ouvrent leur verger au public pour les laisser cueillir le peu de pommes qu’il y avait. La réponse enthousiaste du public leur a permis d’écouler leur petite production. C’est ainsi que la cueillette de pommes par les propres consommateurs est devenue l’activité attendue de l’automne. Dans les années 80, ils ont planté des pêches pour que les consommateurs puissent aussi venir cueillir des fruits pendant l’été. En 2008, ils ont construit une grande cuisine et font de délicieux beignets au cidre. Ils ont ajouté une boutique, un magasin de vin et une salle de dégustation exploitée par la Prince Michel Winery. Les vins sont faits avec le raisin produit à la Carter Mountain. Depuis 2012, ils ont aussi bâti une cidrerie, la Bold Rock Cellar. Dans la terminologie de la Virginie, le cidre doux est le moût sans alcool, et le cidre dur est le vrai cidre.

roger charlottesville carter mountain orchard

Dans la salle de dégustation, deux charmantes sommelières m’ont proposé d’abord du vin. J’ai testé le Prince Michel Viognier, qui est un très bon vin de la Virginie, ensuite j’ai testé le Carter Mountain Chardonnay, qui a un parfum de pomme verte et de pêche; c’est un vin de soif frais en bouche, facile à boire. J’ai goûté finalement au Prince Michael Dry Rosé, avec son parfum tirant à framboise, léger et agréable en bouche.

On m’a ensuite proposé du cidre, que j’ai décliné car après le vin, il risquait de me mettre KO.

Nous sommes repartis vers la l’historique Michie Tavern pour le lunch.

roger charlottesville michie tavern house

Nous avons été reçus chaleureusement par Cindy Conte, conservatrice de la Michie Tavern, qui nous a fait visiter les lieux. Sa famille en est la propriétaire. Elle a aussi coécrit avec Paxson Collins MacDonald un livre de recettes: A Taste of the 18th Century, avec des références à l’histoire de la Taverne. On peut le commander en écrivant à: info@michietavern.com.

roger charlottesville michie tavernCindy Conte avec Brigitte Bélanger-Warner

En 1777, le caporal William Michie hérite d’une belle terre de son père. Il décide alors de réorienter sa vie en construisant une taverne de campagne où il débite de l’alcool, mais donne aussi à manger et éventuellement le logis pour la nuit aux passagers qui s’y arrêtent.

roger charlottesville salon bleu

Avec une certaine vision des affaires, il construit au premier étage une salle de réunion qui sera louée pendant les élections pour les rassemblements partisans, au pasteur le samedi pour dire sa messe, ou encore à des arracheurs de dents ou à des docteurs itinérants pour opérer leurs patients.

roger charlottesville michie tavern table

Michie était un personnage haut en couleur et avait un grand sens pratique. Il autorisait ses clients à payer leurs dépenses, un tiers en argent et deux tiers en marchandises. Les chambres étaient communes et comportaient plusieurs lits. Les lits étaient partagés. Le premier client avait droit à la place près du mur, un deuxième client avait droit à la place de l’autre côté, mais avant de l’occuper il devait se présenter au premier client. Lorsqu’il y avait des enfants, on pouvait les coucher la tête au pied du lit et les pieds près des têtes des locataires. Lorsque tous les lits étaient pleins, on accommodait des voyageurs sur le plancher, sur des peaux. Michie était catégorique, aucun voyageur ne pouvait se coucher avec ses bottes. Comme dans cette promiscuité beaucoup de voyageurs voulaient les garder, de peur de les perdre, il décida que les bottes passeraient la nuit dans son bureau, fermées à double tour. C’était aussi une façon de s’assurer que ses clients ne partiraient pas au petit matin sans le payer.

Michie avait remarqué que ses cuisinières étaient assez joyeuses, et que les plats tardaient parfois à arriver sur les tables. Il décida d’interdire la bière en cuisine, et régla le problème. Il avait établi une autre règle amusante, les servantes devaient chanter, du moment qu’elles prenaient une assiette en main, jusqu’au moment où elles la déposaient à la table du client. Une délicatesse pour ses clients? C’était plutôt la façon qu’il avait trouvée pour les empêcher de se mettre des morceaux dans la bouche pendant le voyage des assiettes.

Dans beaucoup d’auberges de campagne il n’y avait pas de toilettes, les passagers se soulageaient dans les champs.

roger charlottesville michie tavern toilettes

Michie avait voulu donner plus de confort à ses locataires. Il avait construit une salle avec plusieurs chaises d’aisance, en file, séparée de l’édifice principal. Pendant les élections, elles pouvaient se transformer en salle de débats passionnés et les participants pouvaient repartir avec un œil au beurre noir.

Après la guerre de Sécession (9 mai 1865), la Michie Tavern cessa ses activités et devint une demeure privée.

En 1927, une femme d’affaires de l’endroit, Joséphine Henderson, observa que les maisons des présidents Monroe et Jefferson étaient ouvertes au public et rapportaient de bons revenus. Elle avait accumulé une certaine quantité de meubles et divers objets du dix-huitième siècle et décida d’en faire un musée. Elle acheta la maison qui était en assez mauvais état et la déplaça, pierre par pierre, à 25 kilomètres de là, au pied de la Montagne Carter, tout près de la maison de Jefferson, la restaura et y installa, l’année suivante, son musée. Jusqu’à aujourd’hui, la Michie Tavern conserve cette vocation muséale.

Nous avons mangé au restaurant rustique, servi par des servantes habillées comme au dix-huitième siècle. La nourriture était saine et savoureuse. Voulez-vous savoir ce que pouvait être un menu typique d’il y a trois siècles?

Poulet frit du sud accompagné de purée de pommes de terre et sauce maison, haricots verts, salade de chou, betteraves étuvées et pain de maïs. Comme dessert, une tarte aux pommes de Virginie. C’était bon et indémodable!

roger charlottesville menu

La visite au musée est libre. La Michie Tavern se finance avec son restaurant , son magasin général, sa boutique de souvenirs, sa boutique du forgeron, où l’on trouve une variété d’objets en cuivre, en laiton, en argent et en étain, de fabrication américaine, des reproductions coloniales et des pièces contemporaines. Mais celle qui m’a le plus impressionné c’est la boutique d’antiquités et d’objets militaires. On y trouve des journaux anciens du 19e, des pièces de monnaie américaines de toutes les époques, des pistolets et des fusils du 19e, des épées, des balles de fusil en pierre et des pointes de flèches. Ce sont souvent des pièces uniques.

La Michie Tavern est un incontournable lorsqu’on visite la région de Charlottesville!

Michie Tavern683 Thomas Jefferson Parkway, Charlottesville, VA 22902. Information générale: info@michietavern.com

Nous avons fait nos adieux à Cindy et nous sommes retournés en ville pour la grande visite de l’Université de Virginie.

L’édifice le plus emblématique de l’Université de Virginie est sa Rotonde, conçue par le président Jefferson. Elle s’inspire du Panthéon de Rome et comporte des colonnes des trois ordres classiques d’architecture: dorique, ionique et corinthien.

roger charlottesville rotonde

La Rotonde est flanquée de deux files d’édifices à colonnades qui comprennent les chambres des élèves et les salles à manger. Elles sont connues comme The Ranges. Les étudiants qui habitent des deux côtés de la pelouse (the lawn) sont appelés The Lawnies. Pour avoir l’honneur d’être un Lawny, il faut obtenir des notes remarquables. Quelques rares professeurs ont aussi le privilège d’habiter ces maisons. Je me suis recueilli devant la maison no 13, où a vécu Edgar Allan Poe lorsqu’il était étudiant à l’Université. Sa petite demeure est restée dans l’état.

roger charlottesville affiches theatre universitairePanneaux originaux du mur de Berlin dans le campus de l’université 

À l’époque où Jefferson a fondé l’Université de Virginie, il était coutume que les universités soient bâties autour d’une église. Seulement, comme les premiers présidents américains étaient des libres penseurs et des Francs-Maçons, ils n’ont pas voulu qu’il y ait une église dans le campus, car ils croyaient à la liberté religieuse.

C’est bien des années plus tard qu’a été bâtie une petite chapelle presque hors campus. Elle est modeste, mais connaît un grand succès, car les étudiants et les anciens élèves aiment s’y marier.

Nous sommes allés au Fralin Museum of Art, à même le campus.

Son objectif est de créer un environnement pour rassembler autour de l’art, les gens les plus divers, incluant des professeurs, des étudiants et un public très large.

roger charlottesville fralin museum

Le musée a des expositions permanentes d’art ancien et moderne de partout dans le monde. L’art contemporain y est prédominant.

Certaines pièces peuvent être photographiées, d’autres non. La surveillance est omniprésente.

Nous avons ensuite visité la bibliothèque de petites collections spéciales d’Albert et Shirley. Elle contiendrait 16 millions d’objets dans ses archives, dont seulement une petite partie est ouverte au public. Sa collection de livres et de manuscrits d’auteurs américains et britanniques est impressionnante. Elle a une riche collection de documents sur l’histoire de la Virginie.

Après un passage à mon hôtel, nous sommes allés souper au Clifton Inn.

roger charlottesville facade

Nous sommes arrivés au domaine The Clifton avec les derniers rayons de soleil et le paysage était digne d’un conte de fées. La maison de style colonial a été bâtie en 1799 pour la fille et le gendre de Thomas Jefferson, Martha Jefferson et Thomas Mann Randolph. Elle est entourée de 100 hectares de bois et de prés, sur une colline à pente douce, en périphérie de Charlottesville.

La maison avait besoin d’une cure de jeunesse, l’équipe de Blackberry Farm Design l’a prise en charge. Elle est aujourd’hui un hôtel de charme de 20 chambres où se mêlent le classique pour le charme et le contemporain pour le confort.

roger charlottesville pasillo

Le directeur général, François Bladt, nous a fait visiter le bar salon, The Copper Bar, qui comprend un bar moderne en quartz avec des étagères en chêne bordées de cuivre et des miroirs d’un côté et de somptueuses banquettes en velours.

roger charlottesville cellar

Au sous-sol, nous avons admiré la cave à vin bien fournie, avec une grande table au milieu, idéale pour des soupers festifs. À l’arrière de la maison, il y a les terrasses vitrées qui font office de restaurant pour les grandes réceptions, ainsi que le parc qui est magnifique, avec un lac privé, de vastes jardins, des pistes de randonnée. Au fond, on admire les montagnes Blue Ridge et Monticello.

The Clifton est certainement un endroit de rêve pour se marier et vivre sa nuit de noces, ou bien pour célébrer un grand événement. Nous avons été installés au restaurant, qui est situé dans la bibliothèque, au rez-de-chaussée, tout en ton bleu-gris, à la manière ancienne. Même les nombreux livres sur les étagères ont des couvertures de cette couleur.

roger charlottesville salle manger bibliotheque

Le restaurant est dirigé par le chef étoilé Matthew Bousquet. Les menus de saison proposent des plats d’influence du centre du littoral atlantique, mettant en valeur des ingrédients locaux, issus pour la plupart du jardin du chef, pour créer une cuisine distincte de la région. Nous avons magnifiquement soupé, les vins faisaient un accord parfait.

The Clifton Inn1296 Clifton Inn Drive, Charlottesville, VA 22911, tel.: 434 971-1800, reception@the-clifton.com 

Le lundi 11 septembre 

Pour ma dernière journée en Virginie, j’ai rendez-vous avec l’histoire. Brigitte est passée me chercher à mon hôtel à 10 heures pour aller visiter la maison des présidents James Monroe à Highland, et Thomas Jefferson à Monticello. Tous deux ont été avocats, grands fonctionnaires de l’État, hommes politiques et présidents des États-Unis. Tous les deux avaient des plantations travaillées par des esclaves.

roger charlottesville sally hemmings

Une des esclaves, Sally Hemmings, a été la grande passion de Thomas Jefferson et lui a donné six enfants.

roger charlottesville president monroe maison

Nous sommes arrivés à la résidence de James Monroe, cinquième président des États-Unis, élu pour deux mandats entre 1817 et 1825. Il était connu pour sa grande honnêteté. Il s’est battu pour l’indépendance des États-Unis; plus tard, il a négocié avec Napoléon l’achat de la Louisiane.

roger charlottesville james monroe

Lorsqu’il a été président, il s’est beaucoup soucié d’avoir une armée forte pour sécuriser les frontières. En politique étrangère, il a établi la «Doctrine Monroe», qui peut se résumer ainsi: Le Continent américain est aux Américains. Elle était destinée à décourager les puissances européennes de venir agresser un pays du continent américain.

roger charlottesville monroe highland guest house

Il semblerait que la maison qu’on visite n’ait été en réalité que celle que le président avait fait bâtir pour ses visiteurs. La maison du président aurait brûlé à la fin du dix-neuvième et fait actuellement l’objet de fouilles.

La maison des hôtes contient une collection exceptionnelle de meubles du 18e et du début du 19e siècle, dont de nombreux originaux de la famille Monroe.

Nous avons repris la route vers la maison de Thomas Jefferson à Monticello. Jefferson est un des signataires de la Déclaration d’indépendance américaine. Il sera plus tard le troisième président et l’auteur du Statut de la Virginie pour la liberté religieuse. Il fondera l’Université de Virginie, sur les terrains achetés par Maddison.

roger charlottesville thomas jefferson

Jefferson avait passé de nombreuses années en Europe et était particulièrement amoureux de l’Italie. À son retour, il a fait modifier sa maison pour lui ajouter un dôme. Il a baptisé sa plantation Monticello, qui veut dire «petit mont», en italien, et y a fait planter les premières vignes avec des cépages qu’il avait rapportés d’Italie. C’est aussi lui qui a créé la cave à vin de la Maison-Blanche.

roger charlottesville monticello

La maison est magnifique, et conserve le mobilier d’époque. Chaque salle, chaque recoin est un bijou. Le hall d’entrée, le parloir, la bibliothèque, la salle à manger, l’escalier, les chambres, tout est parfait! Monsieur Jefferson avait beaucoup de goût.

Dans les communs, à l’arrière de la maison, il y a naturellement un cellier.

Nous nous sommes arrêtés au restaurant qui a été aménagé pour les visiteurs et nous sommes repartis pour notre dernière visite: Les vignobles de Jefferson.

Thomas Jefferson convainquit Filippo Mazzei, vigneron de la Toscane, de venir voir s’il était possible de cultiver la vigne en Virginie. Les Mazzei ont fait du vin en Toscane depuis le onzième siècle. Répondant à l’invitation de Jefferson, Mazzei s’est penché sur les conditions du sol et du climat de la Virginie et écrira à Washington «le sol et le climat de la Virginie sont parfaitement adaptés à la production de vin». Lui et Jefferson ont planté des vignes à Monticello et ont fait des vins pour la première fois aux États-Unis.

Filippo Mazzei aimait se définir comme un « citoyen du monde ». Il était l’ami des pères fondateurs de l’Amérique: Washington, Franklin, Adams, et Jefferson. Il n’était pas seulement un grand vigneron, mais aussi un humaniste. Il a écrit que «Tous les hommes sont par nature également libres et indépendants. Une telle égalité est nécessaire pour créer un gouvernement libre». Ce principe selon le président Kennedy a inspiré « La grande doctrine »: Tous les hommes sont créés égaux « , reprise dans la Déclaration d’indépendance rédigée par Thomas Jefferson.

roger charlottesville timbre philipp mazei

En 1980, pour le 250e anniversaire de la naissance de Philip Mazzei, le service postal des États-Unis a émis un timbre-poste le désignant « Patriote américain ».

Au Vignoble Jefferson, nous avons été accueillis par le directeur du domaine et copropriétaire, Attila Woodward, qui nous a fait visiter les installations.

roger charlottesville attila woodward

Les vignes étaient en friche lorsque Stanley et Shirley Woodward ont acheté le Vignoble de Jefferson en 1981. Ils ont replanté les vignes, sous les conseils d’un viticulteur de talent, Gabriele Rausse, tout en étant conscients qu’ils étaient sur un domaine historique qui avait produit les premiers vins aux États-Unis. Trois générations ont travaillé d’arrache-pied pour rebâtir ce vignoble modèle. Attila a été nommé directeur partenaire en 2016. Son objectif est de continuer à améliorer le domaine tout en préservant son côté rustique.

roger charlottesville fut

C’est Paul Villagéliu, directeur de la salle, qui nous a conduit une dégustation en règle.

roger charlottesville paul villageliu

Les vins sont magnifiques. La production est à charge de Chris Ritzcovan.

roger charlottesville jefferson vineyards vins

J’ai particulièrement apprécié le Chardonnay 2017, 13o d’alcool, vieilli 6 mois en fûts de chêne.

J’ai aussi aimé le Petit Verdot 2016, 13o d’alcool vieilli 10 mois en barrique américaine.

J’ai énormément aimé le Meritage 2017, 55% Petit Verdot, 25% Merlot, 10% Cabernet Sauvignon, 7% Cabernet Franc, 3% Malbec, 12,9o d’alcool. Vieilli 19 mois en fûts de chêne.

Jefferson Vineyards, 1353 Thomas Jefferson Parkway, Charlottesville, Virginia 22902, tel.: 434 977-3042.

Nous avons embarqué dans la voiture pour l’aéroport de Charlottesville-Albemarle. J’ai fait mes adieux à Brigitte Belanger Warner, qui a été une guide exceptionnelle et qui a conçu un itinéraire intense et intéressant jusqu’à la dernière minute. Merci.

Charlottesville se trouve exactement au milieu entre le Québec et la Floride. À tous les snowbirds, je leur suggère de s’y arrêter, autant à l’aller comme au retour; ils y découvriront une très belle ville et une magnifique région où l’on cultive l’art de vivre heureux. 

Liens: 

Visit Charlottesville

Facebook

Instagram

Twitter

Roger Huet
Chroniqueur vins et tourisme
Président du Club des Joyeux
SamyRabbat.com
LaMetropole.com

Ce Québécois d’origine sud-américaine, apporte au monde du vin, sa grande curiosité, et son esprit de fête. Ancien avocat, diplômé en sciences politiques et en sociologie, amoureux d’histoire, auteur de nombreux ouvrages, diplomate, éditeur. Dans ses chroniques Roger Huet parle du vin comme un ami, comme un poète, et vous fait vivre l’esprit de fête.

Partagez par courriel