//Strasbourg, le Moulin de la Wantzenau

Strasbourg, le Moulin de la Wantzenau

Martine Ousset
Strasbourg, la romantique capitale de l’Europe, recèle des trésors.  L’un de ces trésors, à découvrir lors d’une prochaine visite, le Moulin de la Wantzenau.

La Wantzenau est une rivière aux eaux douces qui serpente dans les champs de maïs à 20 minutes du centre-ville de Strasbourg.  Édifié dès 1608 par l’évêché de Strasbourg, le moulin seigneurial de la Wantzenau à roue d’aube est actionné par la rivière pour moudre le blé.  Ce moulin a été détruit en 1622, lors de la guerre de Trente Ans, puis reconstruit en 1629.  À la suite d’un incendie Sébastien Clauss rebâtit le moulin en 1872.  En 1874, une auberge s’ajoute à la propriété. En 1940, des tirs de l’artillerie allemande, installée à Oberkirch, réduisent le moulin en cendres. Reconstruit entre 1941 et 1943 par les Allemands, il est exploité par Alfred Clauss jusqu’en 1966 et l’activité de meunerie cesse définitivement en 1970.  Un restaurant est ouvert puis en 1951, Charles et Paulette Clauss prennent la succession de Victorine, épouse d’Alfred. En 1981, le moulin est transformé en auberge par Béatrice et Andrée Clauss puis revendue récemment.

L’auberge Le Moulin de la Wantzenau

L’établissement Le Moulin de La Wantzenau  est situé dans la campagne, à seulement 12 km du centre-ville de Strasbourg. Cet ancien moulin dispose d’un bar muni d’une cheminée à foyer ouvert. Un petit-déjeuner buffet biologique, composé de produits régionaux, est servi dans le salon adjacent à un charmant petit bar où les clients peuvent prendre l’apéro ou même commander un repas. L’accueil à l’auberge est chaleureux, les chambres confortables et la vue des jardins et du Moulin ajoutent au charme de cet endroit. Vous pourrez également déguster une cuisine gastronomique traditionnelle au restaurant. L’hôtel est installé à 10 km du Parlement européen, du Palais des congrès et du Parc des expositions. Le club de golf de la Wantzenau se trouve, quant à lui, à seulement 4 km.

Le restaurant au Moulin de la Wantzenau
Restaurant Bas Rhin
Caché en pleine campagne, à 15 min du centre de Strasbourg, ce restaurant (Bas-Rhin) vous accueille depuis près de vingt ans dans un ancien moulin de 1874, du mercredi au dimanche, dans une des trois salles entièrement rajeunies, à l’élégance discrète, ouvertes sur les alentours. Ce restaurant gastronomique a fait de sa spécialité le poussin, une recette simple, mais particulière qui a fait la réputation de l’établissement.
Le chef prépare des plats régionaux, mais également des mets de sa création, plus personnels, selon son inspiration.  Salades, choux, tomates, courgettes et autres basilics, ciboulette et menthe n’ont que quelques mètres à parcourir jusqu’à votre assiette.
Juste en face de l’auberge Philippe Clausse, frère d’Andrée, est toujours le chef-propriétaire du joli restaurant Moulin Wantzeneau.  Même si l’auberge a été vendue, Philippe a gardé ce joli havre de poésie et de nature qui inspire ses délicieuses créations culinaires aux parfums subtils.  Le restaurant vous accueille dans trois salles bien rénovées, très élégantes et ouvertes sur la nature.  Quand les beaux jours reviennent, le jardin sous les tilleuls séculaires est une oasis de charme qui vous enchantera.  La gentillesse de Philippe et de son équipe est remarquable que vous soyez seul, en amoureux ou en groupe, vous serez traités comme des rois et reines.  C’est le parfait endroit pour de belles réceptions, mariages, séminaires grâce à l’hôtel qui recevra vos invités.
À la carte de Philippe, on apprécie des plats souvent oubliés, mais combien délicieux qui feront le bonheur des amoureux comme moi de la cuisine classique, dont les secrets lui ont été dévoilés par sa grand-mère et son père, des chefs renommés de la région. Par exemple, la cassolette d’escargots à la crème de noisette, la variation de foie gras d’oie et de canard, le mignon de veau aux cèpes.  Philippe et son équipe, grâce à leur accueil, leur gentillesse et professionnalisme font de ce restaurant un véritable bijou sous les arbres.  Une sélection de 350 vins complète ce bonheur !
Mentionnons également le restaurant l’O’Berges du Moulin, le petit frère du restaurant gastronomique.  Il occupe les murs de l’ancienne scierie sur la rive du Muehgiessen, un bras de la rivière qui alimente le Moulin de la Wantzenau.  Le projet a éclos avec l’énergie de Sébastien Werlé et de Philippe Clauss.   L’O’Berges est un restaurant sans prétention, chaleureux, à prix modérés, ouvert les midis et soirs et le brunch du dimanche, fort populaire. Au menu, une belle sélection de grillades, des poissons : le bar rôti à la braise, une poêlée de gambas, d’excellents desserts, une carte des vins sympathiques et un service amical et décontracté.
Le Gustave

Martine bénéficie d’une vaste expérience de la restauration dans de nombreuses institutions de prestige de Montréal. Auteur du livre : 100 bonnes tables du midi à Montréal, Martine écrit sur la gastronomie, les voyages et l’art de vivre.

Partagez par courriel