La Question interdite, Valérie Gans

La Question interdite, Valérie Gans

Valérie Gans, une autre voix pour établir une nuance – grande absente du discours ambiant

Longtemps critique littéraire au Figaro Madame, Valérie Gans a publié de nombreux romans dans des maisons d’édition dont le nom n’est plus à faire. Lattès, Payot, Flammarion…Ses sujets touchent les femmes et les hommes, le couple, la famille, l’amour et ses affres, la vie de tous les jours. D’autres romans sous despseudos confirment sa prolificité – un petit côté chick lit mais littéraire, habile, léger et soudainement profond : des phrases qui marquent, obligeant à s’arrêter pour mieux les absorber.

Une question se pose, au sujet de son tout dernier roman, intitulé La question interdite, justement… Pourquoi ne pas l’avoir publié dans une de ces maisons dont le nom n’est plus à faire? N’en aurait-on par hasard pas voulu dans les milieux de l’édition mainstream – les milieux dominants – où tout se joue?

En effet, Une Autre Voix est le nom de la maison d’édition que Valérie Gans vient de fonder à Paris. Premier roman paru, le sien. Quel courage, quel enthousiasme, alors que La question interdite et l’éditrice fraîchement débarquée sur le terrain ont toutes les chances d’être broyées par le bulldozer officiel. Mais peut-être pas. Valérie semble solide, déterminée. Longtemps expatriée au Moyen-Orient, la journaliste a œuvré dans le monde cruel de la publicité, des médias, de l’édition. Jusqu’à maintenant, si l’on en croit les notices à son sujet, elle y a été fort bien accueillie.

C’est l’indignation qui a conduit Valérie Gans à publier son roman dans sa propre maison d’édition et à s’avancer sur la piste avec audace et résolution, comme un Cessna suivrait un 747 de toute la puissance de son seul moteur. Le tarmac n’est-il pas le même pour tous les appareils? Il y aurait peut-être lieu d’aller fouiner dans la tour de contrôle, pour voir réellement ce qui se passe.

Ce qui se passe, c’est que, de nos tristes jours, tout ne peut pas être dit. L’éditrice, la romancière, l’essayiste, tout compte fait, n’en peut plus de cette censure, de cette hypocrisie galopante – un sérieux Covid, cette fois clairement létal – une maladie nommée wokisme ayant germé dans les miasmes de la doctrine appelée rectitude politique, un virus d’une extrême perfidie qu’on attrape avec ou sans masque, avec ou sans vaccin – très peu d’épargnés dès lors roués de coups, bombardés de pierres et d’injures, exécutés. De quoi vomir. En effet. Si on tient à sa vie, il vaut mieux se camper du côté de la sphère de la victimite transformée en culte, sinon pas de salut. Les « donneurs de leçons, philosophes de comptoir, justiciers sur la toile », décrit Gans, ont tous les pouvoirs. Ils dévoreront leur proie jusqu’à l’os.

Dans ces conditions, comment proposer à l’édition mainstream (celle qui engage maintenant des sensitive readers pour obtenir les prix vendus d’avance) un roman sur l’inverse de ce que prêche la pensée unique, le sacro-saint narratif – la doxa? Un roman allant à contre-courant du seul courant en vigueur ne sera pas publié, point final. Cela n’est plus possible depuis que pour survivre selon le code des nouvelles convenances, il faut marcher sur des œufs, prendre des gants blancs, se munir de pincettes, se vautrer dans les euphémismes, se confondre en bienveillance, se moudre dans l’inclusion, se réclamer d’une morale immaculée, d’une vertu irréprochable – quelle satisfaction de léviter en intouchables, aux yeux et au vu de toute la société. Une jouissance, certainement. Alors un roman sur une jeune fille de quatorze ans manipulée par sa mère et responsable du suicide du vidéaste qui l’a filmée nue, c’est La question interdite, le sujet interdit, le thème interdit. On n’y touchera pas. 

À l’heure de #MeToo, du mouvement « Balance ton porc! » et de slogans genre «Acteur, violeur, ta bite dans un mixer! », ce qui sera digne de publication est l’histoire du gros dégueulasse pédophile qui a abusé la pauvre ado perdue et traumatisée, celle du grand-père libidineux, de l’oncle pervers, du réalisateur vicieux, du comédien salace, celle des chairs abusées, des jeunes innocentes perdues et traumatisées, des psychés foutues à vie. On vous vénère, victimes, on n’en a que pour vous. On veut lire votre malheur, en parler, le répandre, et surtout pas passer à autre chose après avoir essayé de comprendre, puisque comprendre n’est pas juger… Mais on sait cela, n’est-ce pas?

Quant aux petites anonymes de neuf ans, tripotées, harcelées, brisées par un instituteur, un concierge, un chauffeur d’autobus, un jardinier! Allez vous rhabiller. Ce sont les porcs célèbres, ceux qui ont de l’argent, du pouvoir, de la superbe et du succès qu’on veut abattre – des artistes flamboyants, des politiques aussi. Il faut bien alimenter la nouvelle de l’actualité à même les meilleures tables. Bien sûr, cela ne veut pas dire que les agresseurs n’existent pas. Là n’est pas la question.

Interdite ?

Valérie Gans est représentée à Paris par l’attachée de presse Guilaine Depis, directrice de l’agence Balustrade (son agence). Une autre qui n’a pas froid aux yeux et qui s’insurge contre les dérives d’un mouvement qui, au départ, au tout départ, évidemment, avait du bon. Mais depuis ce temps déjà très ancien, le macho a disparu dans un trou de souris, l’homme a été psychiquement bien castré et se comporte désormais comme un lobotomisé, pourquoi encore en rajouter une couche? Guilaine Depis défend les indéfendables d’aujourd’hui, chevauchant les médias sociaux avec son sourire éblouissant, sa grâce d’écuyère accomplie – une guerrière aux allures de star discourant comme un ministre qui aurait quelque chose à dire. Ça fait du bien de voir ça. Ça change. Ça repose de la bêtise devenue dogme, enfin on a le droit de reprendre son souffle.

Le communiqué de presse qu’elle a concocté pour présenter Une Autre Voix est parfaitement clair. Cette nouvelle maison d’édition veut ouvrir les yeux, être libre, briser le déni parce que par peur, nous sommes soumis à la Cancel Culture, au wokisme, au #MeToo, à la réécriture de l’Histoire et des livres, à la déconstruction des relations hommes-femmes et de l’amour…

L’amour…

Tiens!

Et s’il revenait, au lieu de la haine et du mépris généralisé véhiculé sur tous les écrans de ce monde?

Des femmes comme Valérie Gans et Guilaine Depis tentent actuellement une manœuvre audacieuse, voire risquée : faire la part des choses. De nos jours, cela tient pratiquement de la gageure. Cependant, il s’agit bien de la seule voie pour rétablir l’équilibre. Beaucoup de funambules du discours officiel gagneraient à s’en souvenir.

Ainsi la nouvelle maison d’édition souhaite aborder tous les sujets de société sous tous les angles.

Pas de censure chez Valérie Gans. 

Ambitieux programme lancé avec La question interdite pour, lit-on dans le communiqué, « faire réfléchir la foule lyncheuse qui prend du plaisir à haïr à l’emporte-pièce dès la moindre accusation portée sur un homme par une femme, avant les résultats d’enquêtes, et les verdicts des vrais tribunaux; chambouler certaines formules imbéciles comme « Victime on te croit » érigées en dogmes du nouveau monde, avide de déboulonner les statues et de salir les idoles du passé».

Dans le monde d’aujourd’hui, une telle initiative relève de l’exploit. Chapeau à Valérie Gans et à Guilaine Depis qui la soutient.

Ce roman est à lire. Bien construit, vif,ponctué de nombreux rebondissements bien amenés. Il tient en haleine, jusqu’à la fin. Un élégant petit tour de force qui dénonce un danger réel et bien davantage une très grave réalité –en l’occurrence le bûcher embrasé par la nouvelle asphyxiante bien-pensance, terrifiante inquisitrice. L’Histoire l’a montré : les victimes ont été rôties, et après elles les bourreaux. Le vent tourne, mais on n’apprend rien de l’Histoire. Valérie Gans a le mérite de vouloir s’imposer dans ce chaos, en appeler à la réflexion, afin que le délire batte en retraite.

Qui aime bien châtie bien. Ainsi, on déplorera – hélas – certaines failles de ce premier ouvrage : une police de caractères défectueuse rognant les lettres jouxtant des apostrophes, de multiples coquilles et lieux communs, le non-choix entre l’orthographe traditionnelle ou l’horrible nouvelle, l’excès de mots anglais francisés, comme s’il fallait se ranger à cette mode virale (c’est un langage, c’est vrai), et l’absence de tirets cadratin indiquant les dialogues, un parti-pris qui n’apporte rien à la forme, et suscite l’agacement.

Néanmoins, l’anglais étant parfois irremplaçable, le souhait à formuler ne saurait être mieux servi que par cette locution consacrée : God save Une Autre Voix ! Que le Cessna décolle et qu’à défaut de dépasser le Boeing, puisque ce n’est pas possible, qu’il fasse assez de figures de voltige pour attirer l’attention des pondérés et fermer le clapet aux insupportables glapisseurs de notre affligeante époque. Alors le but de Valérie Gans aura été atteint : faire réfléchir la foule lyncheuse – la plus à plaindre et la plus nocive de toutes les dérives hystériquement dénoncées.

La Question interdite, Une autre voix.

Poésie Trois-RivièreMains Libres

Auteur de romans, d’essais et de biographies, Marie Desjardins, née à Montréal, vient de faire paraître AMBASSADOR HOTEL, aux éditions du CRAM. Elle a enseigné la littérature à l’Université McGill et publié de nombreux portraits dans des magazines.