//Chattermarks au théâtre de la Chapelle
Chattermarks

Chattermarks au théâtre de la Chapelle

Raymond Carpentier

La pièce est une allégorie post-apocalyptique et mystérieuse. Un bataillon féminin de mercenaires s’entraîne et se déplace dans une zone glacée. La société ne semble pas s’être relevée d’un long conflit. Une époque de non-droit semble s’être instaurée. Des conflits idéologiques semblent tenailler plusieurs membres de cette troupe, hésitant entre le respect bien militaire de la hiérarchie et la conscience de faire des actions justes.

C’est dans ce contexte tendu qu’une soldate part rejoindre sa sœur qui est restée sur le domaine familial. L’équilibre mental de cette sœur semble avoir été très affecté par les privations et la chute des acquis sociaux de sa famille.

Le hasard fait en sorte que la troupe d’origine de la mercenaire rejoint le village des sœurs. La rencontre passe par un interrogatoire de la sœur resté au domaine et sur ses actions de possible collaboration avec l’ennemie. Et la justice sommaire rendue par la troupe de mercenaires à l’encontre de ces collaborateurs.

chatter marksLes costumes et les décors sont simples et efficaces. Les cinq actrices ont un jeu juste et incarne bien leurs rôles. Tout l’univers est hanté par le bruit des glaciers qui glissent sur le sol rocheux en y laissant des stries ainsi que, sous l’intense pression, des marques en forme de croissants de lune, les chattermarks en anglais.

Intensément montréalais

L’auteur Joseph Shragge est montréalais et nous ressentons son appartenance à la métropole québécoise sous plusieurs aspects. Aucun repère géographique ou historique du texte ne fait référence à la ville de Montréal. Par contre, l’univers linguistique où se mélange l’anglais, le français et aussi d’autres langues comme l’allemand reflète bien notre réalité. La présence oppressante du froid, des tempêtes et de l’hiver évoque notre saison la plus significative. Une technologie intéressante est aussi utilisée pour certaines représentations. Un écran de sous-titres, situé prés du plafond du théâtre et visible des rangés les plus élevés permet de suivre les dialogues anglais pour les gens moins familiers avec la langue de Shakespeare.

Présenté par Cabal Theater

Du 13 au 22 janvier 2020 au Théâtre de la Chapelle
3700 rue Saint-Dominique

Lyrique 2020Las Olas

Anthropologue de formation, spécialisé en archéologie, Raymond Carpentier travaille dans le milieu des nouveaux médias et de l’internet depuis des décennies. Passionné de cinéma, de technologies, de cuisine, d’histoires, de sciences, de santé, de nutrition, de musique, c’est un touche-à-tout.

Partagez par courriel