//Monique Leyrac nous a appris la beauté

Monique Leyrac nous a appris la beauté

Alain Clavet
François Dompierre écrit sur Monique Leyrac, un acte d’amour, qui mérite notre reconnaissance.

La grande Monique Leyrac, 91 ans, a chanté, de sa voix limpide, les plus grands : Gilles Vigneault, Félix Leclerc, Claude Léveillée et joué l’éternelle Sarah Bernhardt, Bertolt Brecht, Molière et La fiancée du pirate, la Polly de l’Opéra de quat’sous.  Monique Leyrac, inoubliable, par son répertoire de chansons : C’est toute une musique, La Manikoutai, Pour cet Amour, Pendant que, Les Filles de Trois-Rivières.

Monique Leyrac

Ses succès à Paris et au Québec de la Révolution tranquille, ont permis à Monique Leyrac de démontrer l’ampleur de son talent. Sans concession, elle chante debout son amour du Québec et de la langue française. Interprète émouvante de Mon Pays de Vigneault et de Nelligan, mis en musique par André Gagnon.  Diction parfaite, voix lumineuse, la grande Leyrac devient porte-étendard de ce que le Québec a de plus beau.  C’est ici que je veux vivre. C’est peut-être que je t’aime.  Une fierté culturelle, fondée sur l’amour de la musique et du français, qu’elle partage avec Luc Plamondon.

François Dompierre

Quel roman que la vie de Monique Leyrac depuis ses débuts à la boîte au Faisan Doré en 1947 avec son premier amoureux, l’animateur Jacques Norman, Charles Aznavour, un grand ami, et Pierre Roche. Celle qui fut l’amie de Brel, Brassens et Piaf a toujours gardé la nostalgie du Québec.  Je joins ma voix à celle d’un admirateur, qui, à la fin d’un spectacle, s’exclama :  Madame, vous nous avez appris la beauté !

À lire : Monique Leyrac, le roman d’une vie, de François Dompierre, publié aux éditions La Presse.

Monique Leyrac chante Vigneault et Léveillée : https://music.youtube.com/watch?v=_gwFgB-ivY8

 

Dans le contexte d'une carrière au gouvernement du Canada dans les secteurs de la francophonie, des langues officielles et de la culture, j'ai eu l'occasion de donner des conférences à l'UNESCO et l'Internet Society à Washington, à Paris et au Japon. Mes études m'ont aussi permis d'obtenir des maîtrises en administration publique et en histoire canadienne.

Partagez par courriel