//Marie-Ève Dicaire, une combattante!

Marie-Ève Dicaire, une combattante!

Michel Bureau
Le Bureau des sports.  La boxe, le noble art dans toute sa splendeur.

Ceinture noire et cinq fois championne mondiale de karaté, à 19 ans Marie-Ève Dicaire avait déjà son école de karaté. Elle a tout remporté sur le circuit mondial en karaté. Marie-Ève Dicaire aimait mieux donner des coups de poing, au lieu des coups de pied, raison pour laquelle elle a choisi de faire carrière dans la boxe et quelle carrière ! Toujours invaincue en 17 combats chez les professionnelles, elle a récemment défendu avec succès, pour une troisième fois, son titre de championne du monde au centre Vidéotron contre la Vénézuélienne Ogleidis Suarez. Marie-Ève est la première Québécoise invitée à un gala de boxe professionnelle, et la première Québécoise championne mondiale de IBF chez les mi-moyennes. Titre remporté suite au combat avec Chris Namus de l’Uruguay en décembre 2018, au Centre Vidéotron à Québec, un endroit de prédilection pour Marie-Ève. Elle rêve de prendre part aux Jeux olympiques. Et ce qui ne gâte rien, elle est féminine, jolie et s’exprime bien.

J’ai eu la chance de voir plusieurs de ses combats, et chaque fois, je suis tombé sous le charme, une grande élégance même dans une arène. Marie-Ève Dicaire, très mobile, et explosive, danse littéralement dans l’arène comme un Sugar Ray Leonard, pas facile à suivre pour une adversaire. De plus, pas arrogante comme Jean Pascal, cet excellent athlète. Marie-Ève ne fait pas de pitreries lors des conférences de presse, et respecte ses adversaires. Elle n’a pas besoin de jeux d’intimidation et écoute avec attention les recommandations de son entraîneur, Stéphane Harnois.

Cette athlète se donne corps et âme à son public et donne tout un spectacle entre les câbles. Curieusement, contrairement à plusieurs boxeurs, elle reste debout entre les reprises.  Marie-Ève Dicaire serait une bonne porte-parole pour une entreprise, une digne représentante pour sa ville Saint-Eustache, le Québec et le Canada. D’ailleurs, pourquoi n’a-t-elle pas encore reçu la médaille de la Légion d’honneur du Québec, et l’équivalent au Canada? J’ose espérer que le maire de Saint-Eustache lui a fait signer le livre d’or de la ville. À 33 ans, elle a encore de belles années devant elle. Marie-Ève Dicaire, une belle source d’inspiration pour notre jeunesse.  Ils ne sont pas légion les athlètes professionnels de son calibre.

Je dirais que Marie-Ève Dicaire est la Sidney Crosby de la boxe au Québec, rien de moins, dans une discipline sportive trop souvent ternie par des scandales. Un modèle dans sa discipline sportive comme Éric Lucas, Alain Bonnamie, Sébastien Bouchard, Lucian Bute, tous des athlètes irréprochables dans l’arène comme à l’extérieur. Il en faut de la discipline pour faire carrière dans la boxe, des sacrifices, des diètes sévères en plus de semaines de préparation avant un combat. Les boxeurs(es) pratiquent l’un des sports les plus exigeants au monde.

Bravo à Yvon Michel! Il eu l’audace de défier le monde très macho de la boxe professionnelle et présenter une femme en grande finale à son gala de boxe. Marie-Ève Dicaire, une combattante qui aime relever les défis.

TAGS:
Lyrique 2020Las Olas
Partagez par courriel