//Plymouth célébrera son 400e anniversaire en 2020

Plymouth célébrera son 400e anniversaire en 2020

Bernard Gauthier
Les préparatifs de l’an prochain en vue du 400e anniversaire de fondation de Plymouth et de l’arrivée de ses premiers pèlerins à bord du Mayflower s’activent.

Des centaines d’expositions historiques et culturelles, de festivals, de programmes éducatifs, de soirées thématiques et d’événements auront lieu pour mieux comprendre l’adaptation des premiers pèlerins dans leur nouvelle terre d’accueil.

Crédit: John Harris

Au cours de notre visite à Plymouth, le vaisseau Mayflower était en cale sèche au Connecticut pour des travaux de rénovation. Toutefois, cet imposant voilier d’une centaine de pieds sera présent tout au long des célébrations en 2020 à Plymouth.

Crédit: Plymouth County

La petite histoire du Mayflower se résume en quelques mots. Fuyant les persécutions en Angleterre, une centaine de pèlerins ont décidé de quitter leur pays vers un monde meilleur leur permettant de pratiquer librement leur religion. Le point d’arrivée était initialement la Virginie. En raison de mauvaises conditions météorologiques, le Mayflower a dû accoster à la pointe nord de Cape Cod.  Plusieurs semaines plus tard, il a vogué vers une côte longeant des terres plus arables et moins sablonneuses en novembre 1620. Et c’est ainsi que la ville de Plymouth a vu le jour à cette époque.

Jenny Museum

Tout ce que vous voulez savoir et apprendre sur les raisons et circonstances du départ des premiers pèlerins d’Angleterre de la future Plymouth se retrouve au Jenny Museum, petit musée bien sympathique, expliquant les 5 types de liberté ou droit que les pélerins recherchaient en Amérique, loin de leur Angleterre de naissance. Vous y rencontrerez peut-être en personne Leo Martin, historien érudit qui explique entre autres dans une vidéo, l’histoire de ces premiers pèlerins en sol anglais, hollandais, puis américain. Histoire fascinante et pleine d’humanité. Une autre exposition traite de l’abolition de l’esclavage, ainsi que des nouveaux abolitionnistes de l’esclavage sexuel actuel et une dernière sur les valeurs familiales.

  Crédit: Bernard Gauthier

Crédit: Bernard Gauthier

La relation avec les autochtones et le passage de la vie commune à la propriété foncière sont deux autres éléments clés du musée.

Pilgrim Hall Museum

L’histoire des premiers pèlerins venus s’établir à Plymouth est un incontournable à découvrir dans plusieurs musées de la municipalité, dont le Pilgrim Hall Museum au centre-ville de Plymouth. Je vous ai déjà parlé du Jenny Museum, mais le Pilgrim Hall Museum est aussi à retenir pour ses nombreuses collections d’artefacts remontant au temps de la traversée et des premières années, ses œuvres d’art, sa majestueuse bibliothèque et ses innombrables archives. Tout pour piquer la curiosité et nous toucher par l’histoire des pèlerins. On peut en outre y voir un portrait original d’Edward Winslow qui remonte à 1651. Winslow était l’un des premiers responsables de la traversée du Mayflower vers l’Amérique.

Crédit: Kindra Clineff

Plimoth Plantation

Si vous désirez vous tremper  dans la vie quotidienne des premiers pèlerins et des amérindiens qui les ont accueillis, allez au Plimoth Plantation. Ce village d’antan, super bien aménagé, permet tout d’abord aux visiteurs d’observer le mode de vie d’une famille amérindienne, puis de déambuler sur de petits chemins bordés des premières habitations d’autrefois. Des personnages à l’accent britannique vous y accueillent  et vous racontent le quotidien des premières années de leur arrivée. À l’intérieur du musée, la traversée du Mayflower dans l’Atlantique est expliquée dans les moindres détails.

Crédit: Bernard Gauthier

 Crédit: Bernard Gauthier

Crédit: Bernard Gauthier

Crédit: Plymouth County

Plimoth Grist Mill

Un arrêt au Plimoth Grist Mill – un moulin à farine à l’origine – s’inscrit dans la continuité d’en apprendre davantage sur l’arrivée des premiers pèlerins. Le mérite de la construction de ce premier moulin à Plymouth revient à John Jenny qui s’est établi en 1623.  Depuis 2012, la vocation du moulin est entièrement dédiée à l’industrie touristique. Les visiteurs peuvent assister au processus complet de meunerie, alors que des employés expliquent les diverses étapes de la production en utilisant notamment le gruau et la semoule de maïs comme produits primaires. Les produits sont ensuite vendus à des entreprises de la région dans le cadre du mouvement d’achat local.

Crédit: Plymouth County

Myles Standish Monument

En mémoire du capitaine Myles Standish, le chef militaire de la colonie de Plymouth au 17e siècle, les autorités de Duxbury, à quelques minutes de voiture de Plymouth, ont décidé d’y aménager un parc national avec sentiers pédestres, tables à pique-nique, des programmes d’interprétation de la flore et la construction d’une tour en granit de 116 pieds. Soyez prêts : il y a quelque 125 marches pour atteindre le sommet. Mais l’ascension en vaut la peine. Si le ciel est dégagé, vous y apercevrez la plage de Duxbury, le port de Plymouth et plusieurs phares de 19e siècle. Le monument est ouvert sept jours sur sept du lever au coucher du soleil.

Crédit: Bernard Gauthier

Crédit: Bernard Gauthier

North River Wildlife Sanctuary

Toujours à Marshfield, le North River Wildlife Sanctuary ou Mass Audubon est l’endroit désigné pour les amants de la nature et particulièrement les ornithologues, amateurs ou professionnels. Il y a au-delà de 300 espèces d’oiseaux qui se déplacent régulièrement dans le Massachusetts. Or, une réserve comme celle-ci offre d’excellentes occasions d’observer les oiseaux et d’en apprendre davantage sur eux. Des sentiers pédestres de diverses longueurs, des programmes d’observation pour jeunes et moins jeunes, des expositions et des conférences sont proposés chaque mois au Mass Audubon. Saviez-vous que la chouette des neiges est la plus grande de son espèce en Amérique du Nord ? Elle fait l’objet d’une protection unique dans cette réserve naturelle.

Crédit: Joseph Antony

Crédit : John Dougherty

Dead of Night Ghost Tours

Croyez-vous aux fantômes ? Êtes-vous sceptique ?  Quoiqu’il en soit, la tournée Dead of Night Ghost Tours ne laisse personne indifférent. Jan Williams est celle qui accompagne les touristes jusqu’au cimetière où de nombreux pèlerins ont été enterrés. Avec un peu de chance, dit-elle, une photo prise avec flash dans la noirceur enveloppant les centaines de pierres tombales pourrait donner lieu à quelques apparitions surprises. Ce soir-là, il n’y a rien qui a retenu notre attention. Pas même dans les deux maisons présumément hantées, malgré ses demandes à répétition au Capitaine George de se manifester sur la chaise berçante. Parfois, ajoute-t-elle, les fantômes se manifestent davantage. Preuves à l’appui, Jan fait circuler des photos où l’on aperçoit assez clairement des silhouettes nous laissant perplexes. L’ancienne prison de Plymouth, maintenant convertie en une bibliothèque, est reconnue comme étant un lieu hanté. Là encore, pas de chance. Nous n’avons rien aperçu de particulier.

Crédit: Bernard Gauthier

Crédit: Bernard Gauthier

1620 Wine Bar, Plymouth

Vous aimez les tapas, la musique, participer à une dégustation de vins et faire la fête ? Face à la marina de Plymouth, le 1620 Wine Bar a pignon sur rue depuis 1824. Autrefois manufacturier de cordages pour les navires marchands, le bâtiment fut abandonné pendant plusieurs années. Rénové en 2015 et complété deux ans plus tard, le nouveau 1620 Wine Bar est maintenant un lieu de vinification et se prête très bien à diverses réceptions telles les mariages, graduations et autres événements.

Crédit: Bernard Gauthier

Produits ici même à Plymouth, les vins sont disponibles en une trentaine de variétés. Récipiendaire de plusieurs prix, les dégustations combinées à une visite des lieux sont de 75 $ par personne pour un groupe de 4 à 20 personnes. La simple dégustation est de 15 $ par personne et se résume à 5 vins. Le Meetinghouse White est mon préféré. Il s’agit d’un vin blanc plutôt sucré avec des notes de citron doux, de miel et de pomme croquante. Irrésistible. Un rosé, deux verres de vin rouge et un deuxième verre de vin blanc complètent la présentation de vins.

Crédit: Bernard Gauthier

Pilgrim Belle & Fast ferry to Provincetown

Pour une croisière au coucher de soleil, une traversée rapide entre Plymouth et Provincetown, de la pêche en haute mer ou l’observation de baleines, CaptainJohn Boats est numéro 1 à Plymouth. J’ai eu l’occasion de faire la croisière au coucher de soleil sur le Pilgrim Belle. Une belle tournée dans la baie enserrée en partie par une jolie presqu’île sablonneuse accueillant trois habitations. Un coucher sans nuages ou presque dans un ciel rosé. Une énorme bouée où s’accrochaient des dizaines de cormorans comme un tricot de dentelle. Spectaculaire. Au-devant du bateau, les plages étaient resplendissantes. Deux chevaux montés par des cavaliers sur le sable étincelant avant de galopper jusqu’à la pointe de la presqu’île.

Crédit: Bernard Gauthier

Crédit: Bernard Gauthier

Quant à la traversée entre Plymouth et Provincetown sur le Fast Ferry, elle dure une heure et demie. L’aller-retour permet aux touristes de visiter Provincetown  pendant cinq heures, le temps nécessaire pour découvrir cette charmante ville touristique de 3 000 habitants, mais qui en accueille 50 000 en haute saison. Réputée pour la qualité de ses plages, Provincetown est un lieu reconnu pour ses nombreuses boutiques d’artisanat et galeries de peinture. Destination gaie, c’est ici que l’on compte la plus grande concentration de couples homosexuels aux États-Unis.

Crédit: Bernard Gauthier

Crédit: Bernard Gauthier

Crédit: Bernard Gauthier

Cabby Shack 

Le Cabby Shack est un restaurant festif où les fruits de mer sont en vedette. Situé face à la marina de Plymouth, c’est un endroit que je vous recommande pour son menu très généreux à des prix raisonnables. Le homard est particulièrement recherché pour sa fraîcheur et sa bonne préparation. Une suggestion : commandez une chaudrée de palourdes ou aux fruits de mer. Vous aurez le choix entre une tasse et un bol. Si vous avez une faim de loup, allez-y avec un bol. Vous ne le regretterez pas.

Crédit: Bernard Gauthier

Crédit: Bernard Gauthier

Leena’s Kitchen

Vous êtes moins friand des fruits de mer et préférez des spécialités italiennes ? Ou encore des viandes telles le porc, le poulet ou l’agneau ? Le Leena’s Kitchen est le restaurant qui répond à un autre type de clientèle. À la fois décontracté, moderne et intimiste, l’établissement propose une table à la hauteur des clients exigeants et d’excellents vins. Les prix du menu ne s’adressent toutefois pas à toutes les bourses.

Crédit: Bernard Gauthier

Crédit: Bernard Gauthier

Blue Spruce Motel & Townhouses

Crédit: Bernard Gauthier

Baymont Inn & Suites  

Le choix des établissements hôteliers à Plymouth et ses environs est varié. Il y en a pour toutes les bourses.  Pour une famille de deux enfants, le Blue Spruce Motel & Townhouses est à retenir. Pourquoi ? Parce qu’il offre la possibilité de vous héberger dans une chambre de motel ou même un petit cottage de deux chambres à coucher et de vous permettre de faire à manger dans une cuisine attenante au salon, ou sur un barbecue sur le patio extérieur. Micro-ondes, réfrigérateur, vaisselle, tout y est. Il ne reste plus qu’à vous approvisionner dans le marché local situé en face. Propre et tranquille, c’est une adresse que je vous recommande.  De son côté, le Baymont Inn & Suites offre un petit déjeuner continental très généreux et varié et de belles grandes chambres, dont six suites avec cheminée et/ou baignoire à remous. Le personnel est très courtois et sympathique. Le prix de location d’une chambre est très raisonnable et varie selon la saison. L’hôtel de 80 chambres dispose également d’une jolie piscine intérieure.

Plymouth County

Newport Mansions, Rhode Island

Plus au sud, à Newport, Rhode Island, à une heure et demie de route depuis Plymouth, des milliers de touristes font un détour pour aller découvrir les Newport Mansions. Il y en a 11 au total. De très riches habitations, voire châteaux, qui servaient de résidences secondaires à ses propriétaires fortunés particulièrement au 19e siècle. Qui étaient les propriétaires ? De riches industriels dans les secteurs du charbon, de chemins de fer, etc. L’opulence est présente partout. Les halls d’entrée sont hors du commun. Le premier domaine à visiter et de loin le plus recherché est The Breakers. Construit en 1893, ce manoir de cinq étages comporte 70 pièces et une superficie de 125 000 pi2 avec un guide ou en empruntant un casque d’écoute. Il suffit ensuite de choisir la langue de son choix. Le français y figure.

  Crédit: Bernard Gauthier

Crédit: Bernard Gauthier

Le marbre, importé d’Italie et d’Afrique, est présent dans toutes les pièces. Le manteau de la bibliothèque est inspiré des éléments architecturaux de plusieurs châteaux en France. Le propriétaire, Cornelius Vanderbilt – tête dirigeante de chemins de fer dans les années 1885  – avait un penchant pour les bois rares et les mosaïques qu’il exposait fièrement dans son manoir.

Crédit: Bernard Gauthier

The Breakers attire à lui seul 45 000 visiteurs chaque année. Le prix d’entrée est de 26 $. Toutefois, si vous avez l’intention de vous arrêter à un deuxième manoir, prévoyez un prix de 32 $. Le Marble House, également bâti comme résidence secondaire, a des airs de déjà vu avec la Maison-Blanche à Washington, de part  son apparence extérieure. Un peu plus «modeste», ce manoir compte une cinquantaine de pièces. Il fallait se doter d’un personnel de 36 domestiques, majordomes, servantes, cochers, cuisiniers et valets pour entretenir le bâtiment et veiller aux bonnes opérations quotidiennes.

Crédit: Bernard Gauthier

Ce qui m’a probablement le plus impressionné est la salle à manger. Plusieurs trophées en bronze de même que du marbre rose dominent la pièce. La bibliothèque de style rococo en surprend plus d’un après avoir quitté la salle à manger. Les portes sont en noyer sculpté et le plafond rappelle la France du 18e siècle.

Le Marble House est considéré comme monument historique national depuis le 17 février 2006.

 Crédit: Bernard Gauthier

Avant de vous rendre à Newport, je vous recommande fortement de lire sur les divers manoirs. Il est impossible de tous les visiter en une seule journée. Les stationnements sont gratuits.

https://www.youtube.com/watch?v=1oTgD2Efabw

Journaliste en radio, télévision et dans plusieurs médias écrits depuis plus de 35 ans, Bernard Gauthier a été rédacteur en chef émérite au Magazine Circuit Industriel (MCI) après avoir occupé les fonctions de rédacteur en chef pendant plus de 10 ans. Chroniqueur touristique à ses heures, il publie un compte-rendu de ses voyages sur le site La Métropole. Bernard Gauthier a parcouru l’Europe, les États-Unis, le Canada, les Caraïbes et quelques pays en Amérique du Sud, au Moyen-Orient, en Afrique du Nord, en Scandinavie, en Russie et en Asie du Sud-Est dont l’Indonésie (Bali), Singapour et le Vietnam.

Partagez par courriel