La Nuit des Rois de William Shakespeare

Pour amorcer sa saison, le Théâtre du Nouveau Monde propose une adaptation contemporaine et festive de la pièce La Nuit des Rois de William Shakespeare.

Pour se faire, le TNM a recruté deux jeunes prodiges : le metteur en scène Frédéric Bélanger qui insuffle un vent de modernisme à ce texte écrit il y a plus de quatre siècles et Rébecca Déraspe, traductrice méticuleuse et formidable adaptatrice au sens de l’humour assez pointu. Avec ces deux artistes à la barre, la comédie shakespearienne devient un conte musical, avec sur la scène un orchestre déjanté et fantaisiste, un écran géant qui projette des images romanesques, un univers insolite et moderne qui traite pourtant de sujets graves : l’amour, le désir, le travestissement. 

«Cest vraiment un texte qui pose des questions sur le rapport au désir, à lamour, aux genres, aux corps (…) », assurait Rébecca Déraspe dans une récente entrevue. Autour de Marie Pier Labrecque en Olivia et Clara Prévost en Viola, Frédéric Bélanger a réuni une distribution colorée où brillent entre autres Yves Jacques en Malvolio, le ridicule intendant d’Olivia, Jean Philippe Perras, Kathleen Fortin, Étienne Pilon et Benoît McGinnis dans le rôle de Feste, le bouffon poète qui tire les ficelles de cette extravagante histoire.

L’intrigue se situe en Illiryie où règne le duc Orsino amoureux de la riche comtesse Olivia qui n’a de cesse de le repousser. La belle aristocrate pleure son père et son frère qu’elle croit morts dans un naufrage qui a également rejeté sur le rivage la jeune Viola sans son jumeau Sébastien disparu dans la tempête. Pour survivre, Viola se déguise en homme, emprunte le nom de Césario et se présente à la cour du duc. Il la (le) charge de persuader Olivia de répondre à ses avances. Coup de théâtre, Olivia est séduite par Viola qu’elle croit être un homme. Lorsque Sébastien, le jumeau que l’on imagine mort débarque par hasard chez la comtesse, celle-ci n’y voit que du feu. Après une série de quiproquos et de jeux de rôles auxquels participe un quatuor de personnages comiques, Viola révèlera sa véritable identité. Elle épousera le duc et Sébastien convolera en justes noces avec Olivia.

Ici, on aime qui ne nous aime pas, on est une femme lorsqu’on est un homme, on est très grand ou très petit. On est un jumeau ou une jumelle, un marin hors la loi, un intendant à l’ambition démesurée, une servante délurée, un bouffon perspicace, mais peu importe, on cherche l’amour. On se fuit et on se suit. Les triangles amoureux se forment dans le désordre, puis dans l’ordre. On se cherche et on se trouve. Mais en fin de compte, tout le monde s’amuse! À voir, pour se sentir le cœur léger en ce début d’automne.

TNM.  LA NUIT DES ROIS de William Shakespeare

Traduction et adaptation : Rébecca Déraspe et Frédéric Bélanger. Mise en scène Frédéric Bélanger, du 30 septembre au 15 octobre 2022

Mains Libres

Dominique Paupardin

Journaliste indépendante, elle s'intéresse au théâtre, à la danse et au cinéma mais signe aussi des grands reportages pour différents médias.. Elle a été critique littéraire pendant une dizaine d'années au journal La Presse et réalise aujourd'hui différentes chroniques reliées à l'actualité et au milieu culturel.