//Rétrospective de l’année 2018 dans les sports

Rétrospective de l’année 2018 dans les sports

Michel Bureau
La coupe Stanley aux Capitals et l’année D’Alexander Ovechkin

Finalement, les Capitals de Washington ont livré la marchandise, et Alexander Ovechkin a volé le show. Depuis le temps que les pseudos experts prédisaient année après année la Coupe Stanley aux Capitals de Washington, il fallait bien que cela arrive à un moment donné. La crème fini toujours par remonter sur le dessus. La magie des Golden Nights n’a pas opérée. Et le but gagnant dans le match décisif a été marqué par…Devante Smith-Pelley qui a joué brièvement pour le Canadien. Lars Eller, un autre ancien du Canadien, a lui  aussi tiré son épingle du jeu. Les meilleurs joueurs des Capitals ont été les meilleurs. Et tout indique que les Caps ne sont pas rassasiés. Le grand Alexander Ovechkin est au sommet de son art. Au moment de mettre sous presse, il était le meilleur compteur dans la LNH avec 29 buts.

Pour le Canadien la saison 2017-2018 a été désastreuse. La tête de Marc Bergevin mise à prix. L’absence de Shea Weber a fait mal au tricolore. Bergevin a bougé et échangé Pacioretty à Las Vegas, et Galcheynuk en Arizona.Mais fort heureusement le tricolore est plus compétitif en fin d’année, et 2019 pourrait être une bonne saison. Bergevin a purifié l’air dans le vestiaire. L’arrivée de Max Domi et Tatar a changé la chimie dans le vestiaire, et Domi a fait débloquer Jonathan Drouin. Et même s’il ne l’a pas avoué, Michel Therrien avait raison de dire que Pacioretty aura été le plus mauvais capitaine dans l’histoire du Canadien, la transaction qui a envoyé Pacioretty à Vegas, le confirme. Il y a cependant encore loin de la coupe aux lèvres tout de même pour les glorieux. On a quasi pardonné à Bergevin d’avoir laissé partir Radulov. Le plus important c’est que Carey Price semble en plein contrôle. Le retour au jeu de Weber va faire un bien immense au tricolore. Ce ne sera pas suffisant cependant pour conduire le Canadien à la terre promise. Le Canadien ne figure pas dans le carré d’as, et les Capitals seront encore très difficile à battre. Hormis les Capitals, les Maple Leafs de Toronto, le Lightning de Tampa Bay, les Flames de Calgary, les Jets de Winnipeg et les Predators de Nashville seront à surveiller en 2019.

L’année des Red Sox

Au baseball, les Red Sox de Boston ont fait flèche de tout bois. Toute l’année les Red Sox ont été dominants, dans une classe à part. Le lanceur David Price a mis fin à sa disette en série d’après saison en récoltant deux victoires en série mondiale. Les Dodgers n’ont pas fait le poids. Alex Cora, l’entraîneur-chef des Red Sox de Boston est devenu le cinquième coach de l’histoire à gagner la série mondiale à sa toute première saison dans les majeures. Comme c’est souvent le cas lors des grandes classiques, tout sports confondus, c’est un héros obscur, Steve Pearce, qui a mérité le titre du joueur par excellence en série mondiale. Pearce a fait mal au lanceur étoile, Clinton Kershaw, et aux Dodgers de Los-Angeles. Un neuvième titre en 117 ans d’histoire pour les Red Sox de Boston. Pour les Dodgers de Los Angeles, une  deuxième participation consécutive à la grande classique, mais le même résultat. En 2017, les Dodgers avait plié l’échine devant les Astros de Houston. Cette année, il faudra surveiller de près les Braves D’Atlanta et le montréalais, Alex Anthopoulos, tout un architecte. Son départ a fait très mal aux Blue Jays.

L’année 2018 en fut une très très difficile pour les Blue Jays de Toronto, et pour Russell Martin. Le 55 des Blue Jays n’a même pas frappé pour son poids, sa pire saison en carrière. Il y a eu l’histoire du releveur Roberto Osuna, sa suspension, qui a fait mal à l’équipe. En somme, le seul beau flash concernant les Blue Jays, c’est le circuit de Guerrero fils lors du match hors concours entre les Blue Jays et les Cards de St-Louis au Stade Olympique.

L’année 2018 se termine sur une bonne note pour les amateurs de baseball au Québec, puisque le baseball majeur pourrait revenir plus vite que prévu à Montréal. Le retour du baseball majeur dans nos murs pourrait passer par le déménagement des Rays de Tampa Bay. Tout pointe dans cette direction. Les Expos dans la même division que les Yankees de New-York, les Blue Jays de Toronto, et les Red Sox de Boston, ce serait complètement fou, j’en rêve. Soulignons qu’en 2019, les Blue Jays disputeront de nouveau deux matchs hors concours au Stade Olympique, cette fois contre les Brewers de Millwakee, finalistes dans la Nationale en 2018. Russell Martin sera-t-il encore un membre des Blue Jays à cette date? Il est permis d’en douter. L’année 2019, ne s’annonce pas facile pour les Blue Jays. La lumière au bout du tunnel a pour nom Guerrero Jr.

Les Eagles contre toute attente

Au football, les Eagles de Philaldelphie ont déjoué les prévisions des pseudos experts en remportant les grands honneurs contre les Patriot’s de la Nouvelle-Angleterre dans le match ultime avec le quart réserviste Nick Foles, qui a brillé sous pression. Des jeux truqués, de belles passes, de belles courses au sol, un match fort excitant du début jusqu’à la fin. Au deuxième quart, les Eagles ont pris une sérieuse option sur la rencontre menant 22-12, au troisième quart, les Pats ont montré des dents avant que les Eagles reprennent les devants une fois de plus pour finalement l’emporter 41-33. Un premier titre pour les Eagles de Philaldelphie. Hormis Nick Foles, Jefferey a connu tout un match avec des attrapées spectaculaire. Le Super Bowl aura lieu le 3 février prochain au Mercedes Field D’Atlanta. Les Chiefs de Kansas City, les Chargers et les Rams de Los-Angeles, les Patriots de la Nouvelle-Angleterre, seront à surveiller. Les Bears de Chicago pourraient causer une surprise.

Au football canadien, les Stampeders de Calgary sans surprise ont remporté la Coupe Grey. Pour les Alouettes, ce fut la descente aux enfers, pathétique. Nos oiseaux n’ont jamais volé aussi bas. Depuis le départ de Larry Smith, devenu sénateur, les Alouettes ne vont nul part. L’avenir de l’équipe est incertain. Johnny Manziel n’a pas eu l’effet escompté chez les Alouettes au poste de quart, et il a coûté la peau des fesses à l’équipe. La prochaine saison sera déterminante pour les oiseaux. Il y a urgence en la demeure.

A la boxe – Un nouveau monarque

Eleider Alvarez est devenu le nouveau champion de la WBO en disposant de Sergey Kovalev qui n’a fait qu’une bouchée de Jean Pascal. Si Alvarez l’emporte de nouveau le 2 février prochain, lors du combat revanche contre Kovalev, sa deuxième défense de son titre sera présentée à Québec. Alvarez a accepté un pacte de sept combats qui lui assurera une bourse garantie d’un million et plus par combat, s’il demeure champion. Selon Yvon Michel, le contrat D’Alvarez est le plus lucratif de l’histoire de la boxe au Québec. Il est solide Alvarez, il ne se défile pas lui contrairement à d’autres champions.

Adonis Stevenson a perdu son titre contre Oleksandr Gvozdyk au Centre Vidéotron, le 1er décembre, de façon dramatique au 11è round. Stevenson a frappé son mur. Le boxeur de 41 ans livre aujourd’hui le combat le plus important de sa vie. Au moment de mettre sous presse, Stevenson était dans le coma à l’hôpital de L’enfant -Jésus à Québec. Et tout indique qu’il va garder des séquelles de son combat du 1er décembre. Un combat de trop pour le mal aimé des amateurs du noble art au Québec. Pour tout vous dire, Stevenson n’avait pas le charisme d’un Gary Carter, mais il aura laissé sa marque dans son sport.

Trop tard pour L’Impact

Un très mauvais début de saison aura fait mal à L’Impact. La troupe de Rémi Garde a connu une bonne fin de saison ratant les séries de peu, mais le mal était déjà fait. Il y a tout de même de l’espoir pour L’Impact en 2019. Si Joey Saputo peut patienter un peu, Rémi Garde pourrait conduire cette équipe aux grands honneurs. Il est l’homme de la situation.

Mes prédictions:

Coupe Stanley: Les Capitals de Washington ou les Maple Leafs de Toronto.

Super Bowl: Les Chiefs de Kansas City ou les Rams de Los-Angeles.

Série Mondiale: Les Braves D’Atlanta ou les Astros de Houston.

Boxe: Eleider Alvarez va conserver sa ceinture de champion du monde de la WBO.

NB: De très Joyeuses Fêtes à tous que 2019 soit une Année d’exception pour vous.

Partagez par courriel