Un deuxième simulateur de vol à Montréal offrant une vue du cockpit d'un avion.

Deuxième simulateur de vol à Montréal

Un deuxième simulateur de vol à Montréal.
Par Bernard Gauthier

C’était ma deuxième expérience à bord d’un simulateur d’un Airbus A320. Les écrans haute résolution entouraient le cockpit, créant une illusion parfaite d’être dans un avion en plein vol. Ça demeure toujours une expérience unique.

Avant le départ de Montréal, j’ai cédé ma place de commandant de bord à mon beau-fils, Jérémie, qui a déjà les certifications requises pour exercer sa profession à bord d’un avion de ligne.

Ceci dit au moment où le simulateur s’est mis en marche, les moteurs virtuels ont commencé à rugir, et l’immersion était si réaliste que j’ai pu entendre distinctement le bruit puissant des turbines.

Alors que le commandant de bord, Jérémie, s’apprête à décoller, les commandes réactives du simulateur répondaient à chacun de ses mouvements, nous donnant l’impression d’être aux commandes d’un avion réel.

Une fois en l’air, le paysage virtuel défilait devant nous. Nous avons survolé Montréal, le Mont-Royal, avec une petite incursion jusqu’à l’aéroport de Longueuil pour faire un touch & go, c’est-à-dire un atterrissage et un décollage non complétés. Il s’agit d’une manœuvre courante dans l’aviation visant à améliorer l’habileté des pilotes.

Nous avions une heure en simulateur et le chef instructeur, Mathias, a programmé l’ordinateur pour obtenir des conditions de météo très nuageuses, avec une visibilité réduite au minimum, jusqu’au moment de l’atterrissage final à Montréal. Pour augmenter le niveau de difficultés, Mathias en a ajouté une couche en simulant une panne moteur. Jérémie a réussi avec brio toutes les épreuves. Il est prêt à prendre les commandes.

Quant à moi, j’ai piloté au-dessus de Montréal en m’alignant vers la piste d’atterrissage. Disons que j’ai ressenti une légère appréhension en m’approchant de la piste virtuelle. La concentration était de mise, alors que je devais aligner l’avion correctement et ajuster la trajectoire. Ce fut loin d’être parfait et j’aurais besoin d’un très bon entraînement avant de prendre les commandes. Je suis loin du Cessna avec lequel j’avais appris à piloter en 1979!

Lorsque l’on observe le cockpit d’un A320, il est facile de se sentir submergé par la multitude de boutons, d’interrupteurs et d’écrans. Cependant, chaque commande a son rôle spécifique et est conçue pour faciliter la gestion de l’avion dans différentes situations de vol.

Pour les pilotes débutants ou ceux qui ne sont pas familiers avec l’avionique moderne, il peut être utile de commencer par se familiariser avec les commandes de base, telles que les manettes des gaz, le manche à balai et les palonniers. Ce sont les éléments essentiels pour contrôler la puissance, l’attitude et la direction de l’avion.

Ensuite, il est possible de se concentrer sur les instruments de vol principaux, tels que l’altimètre, l’horizon artificiel et le variomètre qui fournissent des informations vitales sur l’altitude, l’attitude et les variations de vitesse verticale de l’avion.

DÉCALAGE

Pourquoi y a-t-il un décalage entre le moment où l’on met les manettes de gaz au fond et l’augmentation réelle de la vitesse? AviaSim répond qu’il s’agit de caractéristiques normales du fonctionnement des avions, y compris dans les simulateurs. Même chose pour orienter l’aéronef dans une direction ou une autre.

Lorsque les gaz sont augmentés au maximum, il y a un certain temps nécessaire pour que les moteurs atteignent leur pleine puissance et que l’avion accélère en conséquence. Cela est dû à la fois à la physique des moteurs à réaction et aux performances de l’aéronef lui-même. Le délai peut varier en fonction de la puissance des moteurs, de la configuration de l’avion, des conditions météorologiques et de la charge à bord.

De même, lors de la rotation de l’avion pour effectuer un virage, il y a un temps de latence entre l’entrée de la commande et la réponse de l’aéronef. Cela est dû aux caractéristiques aérodynamiques de l’avion, à la masse en mouvement et aux forces exercées sur la structure de l’aile. L’avion a besoin de temps pour modifier son cap et effectuer le virage demandé.

AVIASIM

AviaSim est une entreprise spécialisée dans les simulateurs de vol grand public. Elle propose des expériences de simulation de vol réalistes et immersives pour les passionnés d’aviation, les amateurs de sensations fortes et les curieux qui souhaitent découvrir ce que c’est que de piloter un avion.

Les simulateurs d’AviaSim sont souvent basés sur des répliques de cockpits d’avions commerciaux tels que l’Airbus A320 ou le Boeing 737. Ces simulateurs sont équipés d’écrans haute résolution, de commandes réactives et de systèmes avancés de modélisation des performances de vol, ce qui permet aux utilisateurs de vivre une expérience de pilotage réaliste.

Lors d’une séance chez AviaSim, les participants ont l’opportunité de s’asseoir aux commandes du simulateur et de se sentir comme de véritables pilotes. Ils peuvent choisir parmi différentes destinations, aéroports et scénarios de vol pour personnaliser leur expérience. Que ce soit pour effectuer un décollage et un atterrissage, gérer des situations d’urgence ou simplement explorer le ciel, AviaSim offre une gamme d’options pour répondre aux attentes de chacun.

Les instructeurs d’AviaSim sont généralement des pilotes professionnels ou des passionnés d’aviation expérimentés, qui guident les participants tout au long de leur expérience de simulation de vol. Ils fournissent des instructions, des conseils et des explications sur les différents aspects du pilotage, ce qui permet aux utilisateurs d’apprendre et de progresser dans leurs compétences.

Les sessions chez AviaSim peuvent être adaptées à différents niveaux d’expérience, allant des débutants complets aux pilotes amateurs souhaitant perfectionner leurs compétences. Que vous souhaitiez simplement vivre l’excitation de piloter un avion ou approfondir votre compréhension des procédures et des techniques de vol, AviaSim offre une opportunité unique de découvrir le monde de l’aviation de manière ludique et éducative.

Il est recommandé de visiter le site web officiel d’AviaSim pour obtenir des informations détaillées sur les emplacements, les tarifs, les disponibilités et les offres spéciales proposées par l’entreprise.

Après l’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau à Dorval en 2022, AviaSim ouvre au grand public son deuxième simulateur à l’Hôtel Delta au centre-ville de Montréal. AviaSim propose 24 000 destinations dans le monde pour apprendre à décoller et atterrir.

« Après le succès du premier simulateur au Marriott Aéroport de Montréal, nous réaffirmons notre ambition de nous installer et de grandir dans divers emplacements au Québec, annonce Thomas Gasser, président-directeur général d’AviaSim. Notre arrivée au centre-ville, en partenariat avec l’hôtel Delta par Marriott, permet de proposer ce loisir unique à encore plus de résidents de la région ainsi qu’aux nombreux touristes venus visiter Montréal. Chaque participant et participante repartira avec l’expérience d’une activité de loisir intéressante, unique, et même pratique. Nous souhaitons un bon voyage simulé à tous ! »

Les chiffres derrière le succès du simulateur de l’hôtel Marriott Terminal Aéroport de Montréal parlent d’eux-mêmes : la liste d’attente pour certains forfaits atteint maintenant plusieurs mois et plusieurs milliers de personnes satisfaites ont effectué des manœuvres de décollage et d’atterrissage depuis novembre 2022, le tout appuyé par une équipe formée d’une dizaine de pilotes expérimentés. Ainsi le nouveau simulateur situé à l’hôtel Delta, près du métro Place des Arts, à Montréal, offre de nouvelles possibilités au public montréalais.

Fondée en France en 2012, AviaSim s’est rapidement imposée comme chef de file de l’industrie du loisir en développant un concept de simulation aéronautique alliant produits innovants et ultraréalistes, services hors pair et expériences de vol exclusives et personnalisées. Déjà présente dans 20 villes françaises, suisses, belges, et maintenant une ville canadienne, AviaSim projette d’ouvrir cinq à huit simulateurs de vol au Canada d’ici 2024.

Crédit photos: Bernard Gauthier, Emmanuelle Gauthier-Lamer et AviaSim
AviaSim
Bernard Gauthier

 

https://www.youtube.com/watch?v=cv41hm4JEB8

Las OlasPoésie Trois-Rivière

Journaliste en radio, télévision et dans plusieurs médias écrits depuis plus de 35 ans, Bernard Gauthier a été rédacteur en chef émérite au Magazine Circuit Industriel (MCI) après avoir occupé les fonctions de rédacteur en chef pendant plus de 10 ans. Chroniqueur touristique à ses heures, il publie un compte-rendu de ses voyages sur le site La Métropole. Bernard Gauthier a parcouru l’Europe, les États-Unis, le Canada, les Caraïbes et quelques pays en Amérique du Sud, au Moyen-Orient, en Afrique du Nord, en Scandinavie, en Russie et en Asie du Sud-Est dont l’Indonésie (Bali), Singapour et le Vietnam. En 2020, il a parcouru les Territoires du Nord-Ouest canadien jusqu'à Tuktoyaktuk, dernier village accessible par la route face à l'Océan Arctique.