//Le testament du Tsar

Le testament du Tsar

Marie Desjardins
Plus de cent ans sont passés depuis l’assassinat du tsar Nicolas II et de sa famille.

Ici et là dans le monde, des passionnés du destin tragique des Romanov continuent d’étudier, de chercher. Y aurait-il eu des survivants ? La question a été examinée sous tous ses angles. Mais encore… Parmi de très nombreuses rumeurs et suppositions, l’une d’elles voudrait que, du trésor impérial — notamment celui des bijoux — un inestimable trésor, de nombreuses pièces auraient disparu. En novembre 2018, Stellene Vollandes, journaliste de Town and Country, rappelle ce dossier des joyaux, mentionnant divers catalogues existants, et qu’elle a consultés. Oui, il y a des pièces manquantes. Vols ? Héritages secrets ? Saccages ? Les enquêtes suivent leur cours… depuis un siècle.

En France, un auteur du nom de Youri Fedotoff publie, en 2019, un bien étrange roman tenant de l’épopée, et qui pourrait en partie expliquer ce qu’il est advenu de certains de ces bijoux — et plus particulièrement des diamants. Fedotoff, lui-même descendant d’un Russe blanc et d’une comtesse hongroise, est, par le cœur et l’âme, appelé par le parcours de ces monarques disparus. Comme de nombreux compatriotes, descendants d’émigrés de la révolution russe, il n’a pas oublié. Ceux qui aiment le tsar sans même l’avoir connu ; ceux qui vouent un culte à l’ancienne sainte Russie sont comme cet écrivain : en dépit du passage de décades, maintenant, l’allégeance est la même — on vénère, même en secret, cette famille dont la fin a frappé les imaginations.

Cependant, Fedotoff a quelque chose, disons de plus, qui l’autorise à s’éprendre de cette grande page humaine : son propre père, à la veille de sa mort, lui a livré un secret. Fedotoff en fait le sujet même du roman conséquemment intitulé Le testament du Tsar : au moment de son abdication, Nicolas II confie à son filleul, Michel Trepchine, une fortune en diamants, mais également le rôle de régent de toutes les Russies. Tout un programme, alors que les bolchéviques ont envahi le pays, massacrant les blancs afin d’ériger un système libéré des entraves — supposément — du régime implacable qui a régné pendant des siècles dans ce coin du monde.

Fedotoff a l’imagination féconde, mais également des connaissances extrêmement précises sur l’époque qu’il nomme le chaos 1917-1945. Au fil des chapitres transportant le lecteur en Russie, en France, en Allemagne, aux États-Unis, en Hongrie, etc., Trepchine, un héros, s’il en est, met tout en œuvre pour reconquérir la Russie, qu’en cas de réussite, il régirait. Bien sûr, on connaît le fin mot de l’histoire. Pas un Romanov, frère, neveu, oncle ou filleul n’a retrouvé ce pays comme autrefois. La révolution a été accomplie dans tous les sens du terme. Pourtant, la diaspora existe, comme le bien filtre le mal, et, dans le secret des êtres, le tsarisme n’est pas mort, Nicolas n’est pas mort — avec sa famille, de l’au-delà, il veille sur ses fidèles qui, eux, veillent sur les legs de cette dynastie.

Et si cette histoire était vraie ? Le roman, une sorte de plongée dans ce passé chaotique revisité par Fedotoffpropose des éclairages aussi généraux que particuliers sur une kyrielle de thèmes — guerre, conflits, amour, fuites, intrigues de tout acabit. Par exemple, l’auteur reproduit des conversations intimes qui auraient décidé du cours des choses, et décrit avec brio les interventions de familles influentes se retrouvant dans des palaces européens ou des manoirs à l’île des Monts Deserts — plus jamais on ne parcourra le Maine avec les mêmes yeux. Le lecteur a l’impression que l’auteur les a connus intimement, qu’il était là par un étrange voyage de l’esprit vers ce qui n’existe plus. Dès le début, on assiste à l’enfouissement des diamants dans un endroit du monde des plus improbables, et donc possible. On fait partie du secret.

Le roman, contrairement à la biographie, donne toutes les libertés. Ce laissez-passer permet des révélations ; même si relevant de l’interprétation, celle-ci sont un chemin vers la vérité. Tout au long de ces pages saluées par Patrick Poivre d’Arvor, l’auteur fait revivre les deux guerres de divers points de vue. Le lecteur amateur de curiosités historiques se trouvera dans ce tourbillon comme dans un musée sans gardien ; il peut toucher à tout, tout écouter, tout voir — c’est un exercice fascinant.

Le Testament du Tsar, ce travail colossal montrant clairement l’érudition et la passion de son auteur, aurait toutefois mérité une édition plus attentive. C’est souvent le lot des romans d’envergure, complexes, tissés, riches, denses ; ils ne trouvent pas preneurs dans les maisons qui mènent le bal des publications. Cela est à déplorer. Car l’auteur qui en vaut la peine est souvent celui qui n’est pas soutenu. Cependant, comme il a le feu sacré (ce lieu commun qui dit bien les choses), il s’arrange lui-même pour que son cri silencieux soit entendu, même dans la steppe balayée par le blizzard. Il faut féliciter Youri Fedotoff d’avoir donné une histoire à l’Histoire. La sienne est à lire pour qui vibre à l’évocation d’un passé toujours vivant pour ceux qui voient autrement.

Youri Fedotoff, Le testament du Tsar, Chaos 1917-1945, Y & O éditions, 2019, 420 pages.

https://letestamentdutsar.com/

Las Olas

Auteur de romans, d’essais et de biographies, Marie Desjardins, née à Montréal, vient de faire paraître AMBASSADOR HOTEL, aux éditions du CRAM. Elle a enseigné la littérature à l’Université McGill et publié de nombreux portraits dans des magazines.

Partagez par courriel