//Budget du Québec, 3 crises

Budget du Québec, 3 crises

Alain Clavet
Le Budget du Québec 2021 sera déposé demain, jeudi 25 mars. Karl Blackburn, président et chef de la direction du Conseil du patronat du Québec (CPQ), nous a accordé une entrevue sur les recommandations du CPQ pour le Budget. Trois crises se dégagent à l’horizon.
1re crise : Cascade de faillites

Dans le contexte de la pandémie nous vivons présentement une relance en K. Ceci signifie que certains secteurs économiques progressent rapidement et d’autres sont fragilisés de façon importante.  Les secteurs de la restauration, de l’hôtellerie, du tourisme, du voyage, de la culture et des arts vivants, et du transport aérien feront bientôt face à un point de bascule.  Dès septembre 2021, la fin de l’aide directe des gouvernements, combinée à l’accumulation des dettes et à la hausse des taux d’intérêt risque de provoquer des faillites en cascade.  « Selon l’Enquête sur la situation des entreprises de Statistique Canada, 43,9 % des entreprises ne seront pas en mesure d’assumer davantage de dettes au 3e trimestre de 2020. » Tous les éléments d’une « tempête parfaite » se dessinent à l’horizon.

La mise en œuvre de la recommandation 1.2 du CPQ  serait un pas dans la bonne direction.  « Maintenir les aides directes sur les frais fixes et l’octroi des fonds supplémentaires pour les secteurs dont l’arrêt des activités a été forcé et dont la reprise reste pleinement dépendante de la situation sanitaire (tourisme, culture, milieux récréatifs et sportifs, événementiels, tourisme d’affaires, secteur aéronautique, transport, commerce de détail, etc. ».  Également la recommandation 1.3 : «  […] stratégies promotionnelles, un fonds d’investissement dans le produit touristique et pour les événements, une exonération de taxes de vente sur la restauration pour l’année 2021. Aussi la 1.4 : “Augmenter le volet non remboursable des prêts pour les plus petites entreprises et pour les entreprises plus durement touchées par l’impact des mesures en place pour combattre la pandémie.”  Finalement, 1,6 : “Renforcer le soutien aux médias québécois […] liés à l’ère numérique.”

2e crise :  Pauvreté des retraités

La population âgée de 75 ans et plus au Québec doublera d’ici 20 ans. De nombreuses caisses de retraite sont déjà confrontées à des problèmes de liquidité. L’inflation, officiellement à 1 ou 2 %, est en fait de plus de 10 %.  Les matériaux de construction ont plus que doublé de prix cette année, les maisons, les condos et la nourriture ont augmenté de 7 à 10 %. Le pouvoir d’achat des retraités, notamment, à faibles revenus fixes fond comme neige au soleil.  Le rêve d’une prise en charge collective des aînés, fruit de la Révolution tranquille, a été couronné, en cette année de pandémie, d’un retentissant échec.  L’éclatement des familles, la séparation de la société par âges conduit à l’abandon des aînés et à la détresse sociale. La famille élargie doit demeurer le point d’assise de la solidarité sociale.

La recommandation 1.11 : “[…] Alléger les exigences pour les promoteurs de régimes de retraite à prestations déterminées […] afin de leur offrir une flexibilité supplémentaire pour maintenir la viabilité de leurs régimes et de répondre à leurs enjeux en termes de liquidités.”  La recommandation 5.6 : “Continuer d’encourager le prolongement de la vie active des travailleurs d’expérience avec des incitatifs notamment pour les employeurs.”  Et les recommandations 7.10 à 7,12 : “Renforcer les budgets publics dans le maintien à domicile. Accroître l’offre de services variables et évolutifs permettant le maintien à long terme d’un usager dans son milieu de vie et 7.12 :  » déployer des leviers financiers pour le développement de logements de qualité accessibles pour les aînés. es.”

3e crise :  Dette, lourde hypothèque

Le gouvernement du Canada a dépensé plus de 70 milliards $ contre la pandémie et sa dette atteint près de 90 % du Produit intérieur brut [PIB].  Au Québec, la dette représente 50 % du PIB.  Des centaines de millions $ afin de payer les intérêts d’une dette à un taux moyen de 3,25 %.  “Le service de la dette augmentera d’environ 22 % selon la dernière mise à jour économique du gouvernement du Québec [novembre 2020].” [Mémoire du CPQ, p. 16].  Une décote du crédit du Québec aurait aussi, bien sûr, des conséquences très sérieuses sur la croissance des intérêts à payer. Près de la moitié des dépenses du Québec [aujourd’hui 44 %] sont pour la santé. Pourtant, une fois inscrit au Registre pour l’obtention d’un médecin de famille, le temps d’attente est de 2 ans !  Depuis la “castonguette” les dépenses en santé augmentent à de façon exponentielle.  Les salaires des médecins ont beaucoup augmenté et pourtant l’accès aux médecins et les services diminuent. La Loi sur la réduction de la dette et instituant le fonds des générations et la Loi sur l’équilibre budgétaire ne seront pas respectées.

Le CPQ recommande de “desserrer certaines exigences, notamment le délai pour le retour à l’équilibre budgétaire”. P. 16.  Aussi, recommandation 7.5 : “La réouverture et la pérennité du programme immigrant investisseur du Québec.”  et recommandation 5.4 :  » Miser davantage sur une immigration économique permanente et temporaire conforme aux besoins du marché du travail.  »  Le Québec connaît une grave pénurie de main-d’œuvre.  L’immigration, l’amélioration du capital humain par la formation, l’adoption des nouvelles technologies et la justice fiscale par la taxation des Google, Amazon, Facebook, Uber et Netflix de ce monde, constituent des conditions essentielles au retour de la prospérité et de l’accroissement des recettes fiscales.

Les recommandations du CPQ pour le Budget 2021 dégagent un sentiment d’urgence pour améliorer le capital humain, l’agilité de l’État et l’innovation technologique dans le respect de l’environnement. Le gouvernement Legault saura-t-il proposer des mesures rapides et bien ciblées pour faire face aux trois crises prévisibles ? Nous le saurons demain.

Consultations prébudgétaires du CPQ sur le Budget du Québec 2021 :

CPQ:  https://www.cpq.qc.ca/fr/

Biographie du Président et chef de la direction, Karl Blackburn :  https://www.cpq.qc.ca/fr/landing/dossier-de-presse/

Carnaval des couleursMains Libres

Dans le contexte d'une carrière au gouvernement du Canada dans les secteurs de la francophonie, des langues officielles et de la culture, j'ai eu l'occasion de donner des conférences à l'UNESCO et l'Internet Society à Washington, à Paris et au Japon. Mes études m'ont aussi permis d'obtenir des maîtrises en administration publique et en histoire canadienne.

Partagez par courriel