Tania Langlais, Les pommiers dépassaient partout les palissades

Tania Langlais, Les pommiers dépassaient partout les palissades. Par Ricardo Langlois
Tania Langlais Tania Langlais
Tania Langlais

Tania Langlais, Les pommiers dépassaient partout les palissades. Par Ricardo Langlois

Pour un chroniqueur de poésie, lire un livre de Tania Langlais est un privilège absolu. Surtout ce livre que je découvre. Il est question d’amour fou allant jusqu’au suicide. Il faut écrire des graffitis, des territoires à explorer. Comment faire son chemin en creusant des phrases incendiaires. Vladimir Maiakovski aime Lili Brik. Célèbre poète de l’avant-garde russe. Il écrit. Il voyage. Il est surtout fou de Lili.

Une balle au cœur

« Il pleure souvent Lili, il a trente-six ans, il se tire une balle dans le cœur » (p. 14 ). 

Une écriture minimaliste pour l’autrice. C’est une écriture qui fouette, blesse, pleine d’innocence et de clair-obscur. Est-ce que cette lecture m’apportera quelque chose? C’est tragique (1). Une journée de deuil avec « des pommiers qui dépassent partout des palissades ».

« Le cœur est un poème

Sans résistance

Elle lui interdit de mourir »  (p.17)

Une joie affolée

Ne pas craindre de me détacher de la poussière des sentiers battus. Aller vers un pays inconnu. Le pays intérieur de Tania Langlais. Il y a une certaine beauté. Une beauté tranquille. Un livre qui nous raconte des secrets. Lire pour avancer. Ai-je assez de force pour lire le souffle d’une voix unique dans le paysage poétique québécois? J’ai mis du temps. Les poèmes racontent la tyrannie du monde.

« Ton prénom on dirait une joie

Affolée presque

Un fauve soudain consolé

Hors champ

Qui fuirait par le jardin

Lili

Bruissant dans le petit matin »  (p. 19)

Élégie de leffroi

Pour des raisons personnelles, j’ai pensé à Verlaine quand il a tiré sur Arthur Rimbaud. Cette image a été si forte lorsque j’ai lu Rimbaud pour la première fois (2).

« On dira que cet amour était traversé

De ruptures

Et danimaux petits

Ne moublie pas

Jai froid  jai perdu

Ta douleur

Reviens-moi je taimerai

Comme un chien » (p. 40)

Écrire est un acte de résistance. L’écriture me fait toucher à l’infini, à l’éternité. Je cherche l’Illumination. L’écriture comme le sacrifice ultime. Écrire comme un poète surdoué. Madame Langlais a ce génie.

« Comment t’écrire

Nous ne sommes pas l’événement

Nous sommes lamour

Surdoué

Cette douleur

Tu signes

Qui pleure » (p.46 )

Anne Hébert

Et lobsession de leau

L’autrice a eu un choc en lisant « Les fous de Bassan » d’Anne Hébert (3), roman baigné par le fleuve. L’eau est partout dans son œuvre.

Personnellement, j’aime écrire aux Iles de Boucherville.

« Le prochain livre sera nécessaire

Ou ne sera pas

Il faudra écrire sur leau

Il faudra le noyer aussitôt » (p.50)

Elle n’écrit pas beaucoup. C’est une écriture qui vise d’autres espérances. Une écriture sans tabou. Je trouve au-delà des mots, un langage pour effrayer la mort. Faire basculer l’intériorité, les affects. Un cri ou une prière inventée. Une arme : des poèmes tout petits. L’ombre de l’écriture consentie. Un Chant comme la vivacité d’un souffle qui déchire entre les lignes.

Vous l’avez sûrement deviné, j’ai adoré cette écriture qui décape, qui est avant-gardiste.

Screenshot

Notes

1. Roland Barthes, « Le plaisir du texte », L’idée d’un discours suicidaire, p. 33.

2. Le 10 juillet 1873, Rimbaud est blessé d’un coup de revolver par Verlaine. Arthur Rimbaud, « Poésies »,  Chronologie. NRF Gallimard.

3. Les trois auteur.e.s ayant marqué la trajectoire de lautrice Tania Langlais. Site ICI Ottawa-Gatineau par Valérie Lessard.

Tania Langlais est née à Montréal en 1979. Elle reste la plus jeune lauréate du prix Émile-Nelligan à ce jour. Avec « Pendant que Perceval tombait », elle a reçu le Prix litéraire du Gouverneur général et le prix Alain-Grandbois.

Tania Langlais, Les pommiers dépassaient partout des palissades,  Les Herbes Rouges 2024.

LaMetropole.com est à votre service pour la rédaction d’articles promotionnels et des annonces publicitaires :  [email protected]

Le Pois PenchéMains Libres

Ricardo Langlois a été animateur, journaliste à la pige et chroniqueur pour Famillerock.com