Des chefs de premier plan en tablier posant devant un tableau Bed & Brunch.

Un premier Bed & Brunch

Non, ce n’est pas un Bed & Breakfast. Vous avez bien lu. Sauf erreur, il s’agit du premier Bed & Brunch où nous sommes invités à découvrir et déguster un petit déjeuner gastronomique exquis composé des meilleurs produits de l’Île d’Orléans, près de Québec.

Par Bernard Gauthier

Dès le 4 mai prochain, La Maison de l’Île d’Orléans recevra ses premiers clients en quête d’une expérience culinaire unique dans un environnement calme face au grandiose fleuve Saint-Laurent. Les propriétaires, Sylvie Lavoie et Yves Blanchette, sont très reconnus dans l’industrie du gîte touristique. Ils ont remporté le Lauréat de Travel & Hospitality Awards 2022 en tant que gagnants de la maison d’hôtes de l’année au Québec.  

Cette reconnaissance leur fut accordée parmi 1200 candidatures reçues dans le cadre du programme 2022 North, South & Central Americas Travel Awards. C’est pas peu dire. Sylvie et Yves possèdent une bonne feuille de route. Pendant plus de 10 ans, ils ont géré des maisons d’hébergement sur l’Île de Terre-de-Haut, dans l’archipel des Saintes, près de la Guadeloupe. Après quoi, ils ont décidé de revenir au bercail à l’Île d’Orléans.

Une expérience hors du commun

Le petit déjeuner est servi à 9 h le lendemain de l’arrivée. Prévoyez deux heures pour apprécier les derniers produits du terroir de l’île. Le temps ne compte plus ici. Le repas compte 4 services. Sylvie et Yves se font un plaisir d’expliquer à leurs invités le contenu de chacune des assiettes, tout en précisant l’importance d’encourager les producteurs et artisans-transformateurs locaux de l’île.

Ce matin, notre première entrée fut un petit œuf mimosa de caille à la crevette nordique. Délicieux. Sublime. En d’autres termes, il s’agit d’un œuf de lompe ( œufs de poisson présentés comme succédané du caviar d’esturgeon) et une petite salade de micropousses, de betteraves et de radis.

La deuxième entrée est un carpaccio inspiré de Daniel Vézina, chef cuisinier et auteur de six livres de recettes dont le dernier remonte à 2015, la Cuisine réfléchie. «  C’est un carpaccio de betteraves jaunes de l’île d’Orléans avec asperges locales assorti de saumon fumé au bois de pommier sauvage qu’on fait ici, une mayonnaise à l’aneth, une seconde au gingembre avec des boutons de marguerite. Avant que les boutons éclosent et qu’ils deviennent des fleurs, je les mets dans la saumure – eau très salée que l’on utilise en conservation pour déshydrater les aliments – et c’est ce qu’on désigne ensuite comme nos câpres au Québec. Un câpre est un bouton de fleur », explique Yves Blanchette.

Passons maintenant au plat principal: Le nid d’amour. Il s’agit d’une assiette inspirée de la chef cuisinière arménienne, Julia Sedefdjian, propriétaire du restaurant Baieta à Paris, récipiendaire d’une étoile Michelin, la plus jeune chef à recevoir une telle distinction en France. Le plat représente une œuvre non terminée. Tout à fait divin. « Prenez votre couteau et votre fourchette, coupez votre œuf. Le jaune s’étale sur le « vert » de la « verdure»,  c’est la fin du tableau. Cette préparation est l’un de nos dix œufs que nous proposons à nos invités », ajoute Yves.

Pour ce qui est du dessert, nous avons eu le privilège de savourer un gratin de crème chiboust aux fraises de l’Île d’Orléans. Un incontournable. Vous voulez connaître la recette? C’est une crème pâtissière à l’intérieur de laquelle sont inclus des blancs d’oeufs battus en neige à une température de 50°C, ce qui va donner lieu à une crème très légère. Un fond de fraises est déjà présent.

Sylvie et Yves sont des passionnés du slow food, prendre tout son temps pour bien manger. C’est ce qui fait la différence des autres établissements. Pour tous les deux, cette façon de faire a aussi un avantage économique. Plutôt que de se lever tôt pour son petit déjeuner, sentir ensuite la faim se pointer vers l’heure du midi pour un autre repas dans un restaurant, le slow food permet de s’en sortir à moindre coût et d’éviter d’arriver trop tôt à la prochaine destination puisque les chambres ne sont généralement pas prêtes avant 16 h.

La Maison de l’Île d’Orléans offre une piscine chauffée extérieure, face au fleuve. Les magnifiques chambres ont été réaménagées en 2020. Elles sont dotées d’une téléviseur intelligent, d’une très grande salle de bain privée moderne, d’un réseau Internet haute vitesse, d’un lit Queen mécanisé avec matelas-mémoire, de 4 grandes fenêtres dont l’une avec vue sur le fleuve et la piscine.

Vous pouvez réserver dès maintenant pour la saison estivale.

Photos: Marc Vandelac, Bernard Gauthier, Catherine Potvin, Maison de l’Île d’Orléans

Maison de l’Île d’Orléans

Bernard Gauthier

https://www.youtube.com/watch?v=GL66GX4BIL8

JGALas Olas