Festival du film capturé dans une photo en noir et blanc d'une femme tenant un appareil photo.

Festival du film saoudien 2023

Festival du film saoudien du 4 au 11 mai 2023, 9e édition

698 participants en lice pour 5 compétitions
230 films en compétition
401 scénarios
67 projets de productions.

Du 4 au 11 mai 2023 se tiendra à Dhahran (Arabie Saoudite) la 9e édition du Festival du film saoudien organisée par l’Association saoudienne du Cinéma. Cet événement culturel en partenariat avec le Centre du roi Abdelaziz pour la Connaissance et la Culture (Ithra) et le soutien de l’Autorité du Cinéma relevant du Ministère saoudien de la Culture.

« La Comédie » à l’honneur 

Le Festival choisit chaque année un thème à mettre à l’honneur, après « Le Cinéma poétique » pour l’édition 2022. « La Comédie » qui sera le thème de la 9e édition.

Au programme : des ateliers, des masters classes, des workshops ainsi qu’une programmation de projections de films internationaux qui seront présentés comme des modèles de la thématique.

Hommage aux figures du cinéma 

Depuis sa création, le Festival a instauré la tradition de rendre hommage aux figures du cinéma saoudien et ceux des pays du Golfe.

Seront distingués cette année
Le cinéaste saoudien Salah Al-Fawzan qui s’est illustré au sein de l’industrie cinématographique égyptienne en y produisant 34 longs-métrages.
Amine Saleh, cinéaste, écrivain et critique cinématographique ayant traduit plusieurs ouvrages de cinéma vers la langue arabe et ayant écrit une vingtaine de scénarios pour des feuilletons télévisés ainsi que 7 scénarios de longs-métrages.
Haifaa al-Mansour

Haifaa al-Mansour est une cinéaste originaire d’Arabie Saoudite, née en 1974. Elle est la première réalisatrice de son pays et est considérée comme une pionnière pour les femmes dans l’industrie cinématographique saoudienne.

Elle a commencé sa carrière en écrivant et en réalisant des courts métrages, avant de passer au long métrage avec son premier film « Les Fille du Soleil » en 2005. Elle a ensuite réalisé plusieurs autres films, dont « La Fille Sans Voix » en 2013 et « Mary Shelley » en 2017.

Cependant, son film le plus connu et le plus acclamé est « Wadjda », sorti en 2012. Il s’agit du premier long métrage réalisé par une femme saoudienne et a été présenté en avant-première au Festival international du film de Venise. Le film raconte l’histoire d’une jeune fille qui rêve d’acheter un vélo, malgré les interdits imposés aux femmes dans son pays. Le film a été salué pour sa représentation authentique de la vie des femmes en Arabie Saoudite, ainsi que pour sa portée universelle sur la lutte pour l’égalité des sexes.

En plus de sa carrière de réalisatrice, al-Mansour est également connue pour son engagement en faveur des droits des femmes dans son pays et a été nommée ambassadrice de bonne volonté de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) en 2018. Elle continue de travailler sur des projets cinématographiques qui mettent en lumière les histoires des femmes saoudiennes et leur lutte pour la liberté et l’égalité


Festival du film saoudien 
du 4 au 11 mai 2023, 9e édition
Photo principale:  Haifaa al-Mansour
JGALe Pois Penché