Les délicieux homards de la Gaspésie de retour !

Un bateau transportant des Homards gaspésiens est à l'eau près d'une falaise. Un bateau transportant des Homards gaspésiens est à l'eau près d'une falaise.
Ce dernier hiver a été plutôt morne et triste, avec des chutes de neige qui se sont fait attendre, aucune prédiction du printemps par Fred la « Marmotte officielle du Québec » à la suite de son décès inattendu, puis l’absence d’un beau couvert blanc dans le golfe du Saint-Laurent et la baie des Chaleurs en cette année si près du record minimum de couverture de glace, sans compter cet épisode de verglas digne de 1998. Pas de quoi se réjouir, mais sentez-vous le vent tourner ?

Soyons positifs, le soleil nous éclaire plus longtemps et nous réchauffe de plus en plus, mais surtout les pêcheurs de homards gaspésiens vont reprendre la mer à la fin avril ! Enfin, nous pourrons à nouveau nous délecter de sa chair blanche et savoureuse, ferme et tendre à la fois.

Le homard pêché en Gaspésie, un délice qu’on aime retrouver chaque printemps!

La saison 2023 marquera la 13e année de l’identification des homards pêchés en Gaspésie, approche de traçabilité encore unique au monde, qui met en relation les Québécois et les pêcheurs sur le site monhomard.ca où le numéro inscrit sur le médaillon permet d’aller à la rencontre du pêcheur qui a capturé notre homard.

Médaillon apposé sur chaque homard à sa sortie de l’eau directement sur le bateau

L’environnement change, mais les mesures de pêche durable mises en place depuis longtemps en Gaspésie, elles, s’améliorent toujours pour assurer qu’il y ait du bon homard année après année. Pour s’adapter aux changements de l’écosystème et à la fermeture des pêches de certaines espèces de poisson utilisées comme appât (hareng, maquereau, plie), les pêcheurs de homard gaspésiens testent différents appâts alternatifs. S’ils s’avèrent efficaces, ces alternatives seront une solution novatrice pour réduire, voir éliminer l’utilisation des appâts naturels traditionnels, contribuant ainsi à une pêche durable et pérenne.

Aussi, les pêcheurs testent et adoptent depuis 2021 divers dispositifs pour éviter que les baleines ne s’emmêlent dans les cordages ou faire en sorte qu’elles puissent se libérer si cela arrivait. Plusieurs modifications de la pêche assurent maintenant la pérennité de la ressource « homard » tout en protégeant les baleines et autres mammifères marins.

Jean Côté

L’année 2023 sera la treizième année de production en écloserie de bébés homards ensemencés sur les fonds marins gaspésiens. Jean Côté, biologiste et directeur scientifique du RPPSG, verra à ce que près de 250 000 petits homards soient retournés en mer afin de compenser 3-5 % des captures de homards.

 


Petits homards élevés en écloserie – 250 000 sont retournés à la mer chaque année

La récente évaluation par Pêches et Océans Canada des stocks de homards de la Gaspésie concluent que le homard est abondant et productif. Les débarquements 2022 ont été près du record et les indicateurs montrent que la population se porte très bien. La saison 2023 devrait donc être à l’image des dernières saisons de pêche, c’est-à-dire généreuse. Tous les amateurs pourront se réjouir à la dégustation de la chair savoureuse et unique de notre homard.

Mains LibresPoésie Trois-Rivière

LaMetropole.com couvre l’ensemble des activités culturelles du Quartier des Spectacles à Montréal et d’événements culturels et sociaux au Québec et dans le monde.