Patrick Roy immortalisé !

Le gardien des Canadiens de Montréal, Patrick Roy, est prêt à réaliser un arrêt et à être immortalisé ! Le gardien des Canadiens de Montréal, Patrick Roy, est prêt à réaliser un arrêt et à être immortalisé !
Patrick Roy immortalisé !  Par Michel Bureau
Mario Cecchini est en poste depuis à peine six mois, et déjà, il fait sentir sa présence en posant des gestes concrets. Il a été clair concernant les initiations menant à la démission de Gilles Courteau, ce sera tolérance zéro, il en va de même pour les bagarres. Et quelle bonne idée de remettre dorénavant le trophée Patrick Roy, remis au meilleur gardien dans la LHJMQ. Mario Cecchini est un homme de marketing, un choix judicieux comme président de la LHJMQ.
Il va assurément redorer le blason de la ligue Junior Majeur du Québec. Et il va tout mettre en œuvre pour que la LHJMQ rayonne pour les bonnes raisons sur la planète hockey. Il est très respecté dans le monde de la presse parlée et écrite. L’idée d’immortaliser Patrick Roy qui a donné 25 ans de sa vie dans la LHJMQ, fait l’unanimité!
Patrick Roy un homme d’exception
Je m’explique toujours mal pourquoi Patrick Roy n’a pas été nommé entraîneur-chef du Canadien, ou ailleurs dans la LNH. Je sais qu’il a un caractère bouillant, mais il s’est beaucoup assagi avec le temps. Il a fait un x pour un retour dans la LHJMQ, mais la porte est toujours ouverte pour un poste dans la LNH. J’ai eu la chance de casser la croûte avec Patrick alors qu’il faisait flèche de tout bois avec le Canadien.  J’ai eu la chance de le revoir à quelques reprises, il a toujours été de commerce agréable.
Pas étonnant que c’est lui qui a fait l’hommage le plus senti lors des funérailles de Guy Lafleur. Car, Patrick est un peu à l’image du regretté Guy Lafleur, déterminé, talentueux, et pas la langue dans sa poche. Mais la politique du Canadien, même si personne dans l’entourage de l’équipe ne veut l’admettre, lorsqu’un joueur est plus populaire que le logo de l’équipe, on le sacrifie.
À Québec, Patrick Roy est quasi un dieu, et à la grandeur du Québec également. Son chandail le 33 est dans les hauteurs du Centre Bell, ne manque plus qu’une statue devant le Centre Vidéotron, et pourquoi pas le nom d’un amphithéâtre, d’un parc, d’une rue en son honneur. Et faut-il le rappeler, c’est Patrick Roy qui était devant le filet lors de la dernière conquête de la Coupe Stanley par les Canadiens en 1993, déjà quarante ans.
Et je ne veux pas vous décourager chers partisans du Canadien, mais ça va prendre minimum 25 ans avant le prochain défilé du Canadien sur Sainte-Catherine. Vivement le retour des Nordiques, et de Patrick Roy derrière le banc. C’est permis de rêver!
Poésie Trois-RivièreMains Libres