Legault le père Noël des riches fumant une cigarette dans la neige.

Legault, le père Noël des riches

Legault, le père Noël des riches.  Par Michel Bureau
Il y a quelques semaines sur lametropole.com, j’écrivais que le PM pour regagner l’estime de la population, plus particulièrement dans la région de Québec, allait promouvoir le retour des Nordiques d’une certaine façon, question de faire oublier le troisième lien, le tramway, c’était écrit dans le ciel. Son gouvernement vient de faire un beau cadeau de cinq à sept millions $ aux richissimes Kings de Los Angeles.
Et ce c’est sans compter les millions $ versés à des entreprises déjà multimillionnaires, la liste est longue. Rappelons que son gouvernement avait donné une permission spéciale aux Canadiens en série d’après-saisons pendant la pandémie d’avoir un certain nombre de spectateurs, alors qu’il y avait des restrictions pour les cinémas, restaurant, etc.
Legault dans un monde imaginaire
Notre bon papa Noël rêve en couleur, il vit dans un monde de licorne. S’il pense sérieusement que deux matchs hors concours des Kings de Los Angeles vont convaincre Bettman de donner une franchise à Québec. Comme si Bettman ne savait pas que Québec était un bon marché.  Comme l’a fait remarquer Luc Robitaille, président des Kings de Los Angeles, en conférence de presse. Une ville qui attire plus de 18 000 spectateurs pour un match de hockey junior, c’est déjà très convaincant. Il n’est pas stupide Bettman. Et d’autre part, il n’est pas question d’expansion pour le moment dans la LNH, pas à l’ordre du jour. Ce n’est pas Bettman qu’il faut convaincre, mais bien Geoff Molson qui est très influent auprès de Bettman. C’est d’ailleurs Bettman, souvenez-vous, qui a recommandé Gordon comme président de son équipe.
Et si Legault pense sérieusement que Bettman va venir assister à un des matchs hors concours des Kings au Centre Vidéotron, il vit vraiment sur une autre planète. Legault à zéro influence auprès de Bettman, Molson oui. La question est de savoir si Molson est vraiment favorable au retour des Nordiques, j’en doute. Si oui, il n’y a pas mieux placé que le monsieur de la bonne bière pour convaincre Bettman. En guise de conclusion, j’ai un message pour notre Pinocchio de la politique, on joue pas avec les sentiments des gens pour se faire du capital politique, pathétique. Il aurait été plus logique de donner un certain montant aux Capitales de Québec, une équipe d’ici gérée par des gens d’ici. Mais les Capitales, c’est moins sexy que les Kings de Los Angeles.
Las OlasMains Libres

Le Bureau des Sports